La chaise berçante revue et corrigée par Dutailier depuis 35 ans

Offert par Les Affaires


Édition du 15 Novembre 2014

La chaise berçante revue et corrigée par Dutailier depuis 35 ans

Offert par Les Affaires


Édition du 15 Novembre 2014

Le rythme est intense, et la vigilance est de mise pour garder ses parts de marché et ne pas se faire copier. D'ailleurs, Dutailier a déposé une quinzaine de brevets sur les mécanismes, les dessins industriels et les concepts brevets, et doit régulièrement faire valoir ses droits face à des produits de contrefaçon.

Les années 90 ont été l'âge d'or de l'industrie mais aujourd'hui, les temps sont plus durs et le taux de croissance est plutôt à la stabilité. Dutailier vend ses fauteuils - et depuis quelques années, a recommencé à vendre du mobilier de chambre à coucher d'enfants - au Canada et aux États-Unis, qui représentent un marché important pour elle, avec 60 % de ses livraisons comparé à 40 % pour le Canada.

En Europe, le succès a été plus mitigé en raison du contexte économique, mais aussi pour des questions de goût. En effet, les fauteuils oscillants n'ont pas autant la cote sur l'Ancien Continent qu'ici.

L'expérience a toutefois porté ses fruits : «Quand nous étions en Allemagne, on nous a demandé de trouver le moyen d'arrêter le basculement. On ne nous avait jamais demandé ça en Amérique du Nord, se souvient M. Fontaine. Mais ça nous a permis de mettre au point un système qui, aujourd'hui, donne un caractère de sûreté supplémentaire à nos produits. Comme ils sont très prisés dans les chambres de bébé, c'est un avantage supplémentaire.»

Le maître-mot de David Fontaine pour continuer sur la lancée : «Nous mettre au défi en permanence, car si on reste dans notre zone de confort, on risque de se faire manger par les vendeurs à bas prix.»

Cliquez ici pour consulter le dossier Industrie du meuble     

À la une

Collations et café pour être au bureau «comme à la maison»

Mis à jour à 12:42 | lesaffaires.com

POUR OU CONTRE LE TÉLÉTRAVAIL. «Il n’y a rien comme être ensemble pour former une équipe solide et forte.»

«À l'aide! Les réunions se multiplient et m'épuisent.»

MAUDITE JOB! «Chez nous, le mode hybride a multiplié le nombre de réunions. Et ça m'épuise...»

Comment faut-il s'y prendre pour obtenir une augmentation de salaire?

Les bons employeurs devraient déjà accorder des augmentations de salaire annuelles d’environ 2% à 3%.