Des bons coups, malgré tout!

Offert par Les Affaires


Édition du 27 Octobre 2021

Des bons coups, malgré tout!

Offert par Les Affaires


Édition du 27 Octobre 2021

Par Claudine Hébert

(Photo: 123RF)

INDUSTRIE DES SPORTS D'HIVER. « Miraculeuse ». Voilà comment Yves Juneau, PDG de l’Association des stations de ski du Québec (ASSQ) décrit la saison hivernale 2020-2021. Malgré les restrictions sanitaires liées à la pandémie, dont une capacité des remontées mécaniques réduite de 50 %, l’ensemble des stations de montagne de la province ont enregistré 6,1 millions de jours-ski. « Ce qui dépasse la moyenne des dix dernières années qui était de 5,9 millions », souligne-t-il.

« La clientèle a été au rendez-vous. D’ailleurs, plus de 60 % des visiteurs détenaient un abonnement de saison. Généralement, la clientèle d’abonnés représente un skieur sur deux sur les pentes. », soulève le PDG. Cette situation semble vouloir se répéter pour la saison qui vient. Avant même le début du mois d’octobre, la plupart des stations enregistraient déjà des hausses de ventes d’abonnement de saison qui allaient de 10 % à 15 % , fait savoir le dirigeant.

Selon Yves Juneau, l’interdiction de pratiquer des sports d’équipe au cours de l’hiver dernier, entre autres le hockey, a mené beaucoup de familles à (re)découvrir les plaisirs des sports de montagne. « Je suis convaincu que plusieurs d’entre elles vont vouloir répéter l’expérience cette saison », estime-t-il. Étant donné le taux de succès de la vaccination, son association souhaite maintenant que les remontées des stations puissent fonctionner au maximum de leur capacité.

Mais, à elles seules, les hausses de ventes d’abonnement n’auraient pas suffi à sauver la saison de ski, soutient Michel Couture, président et propriétaire de la station Ski Saint-Bruno. « Heureusement que nous avons eu une aide gouvernementale salariale qui a permis d’éponger les pertes liées à la fermeture de notre cafétéria et de notre école de ski. », dit-il. Juste pour cette destination, les leçons de ski représentent plus du quart de la clientèle qui fréquente la station montérégienne qui enregistre plus de 200 000 jours-ski bon an mal an.

Même les conditions météorologiques ont aidé les stations à faire face à la tempête. « Malgré la pluie survenue en décembre 2020, nous avons connu deux belles semaines pendant le temps des fêtes, un congé qui a d’ailleurs été prolongé de sept jours par le gouvernement », signale Michel Couture. La météo a également été exceptionnelle lors de la semaine de relâche. « Saison après saison, il est assez rare de bénéficier de conditions idéales durant toutes ces semaines à fort achalandage », insiste-t-il. Autre source de revenus non négligeable, les stations ont pu vendre près de 100 % de leurs billets de ski journalier à prix régulier. « Chez nous, ça ne s’était jamais vu depuis que notre famille a acheté la station à la fin des années 1980. Pour stimuler les ventes, il a toujours fallu créer des forfaits à prix réduit. Ce qui n’a pas été nécessaire l’hiver dernier », souligne le dirigeant de la station Ski Saint-Bruno.

 

Un coup de main aux agences

La forfaitisation a néanmoins été un outil très utile pour booster les ventes de séjours dans les agences québécoises. C’est le cas notamment chez Canada Aventures Motoneige qui a pu bénéficier du programme Explore Québec. Sans la présence des touristes européens, l’entreprise de Saint-Michel-des-Saints se dirigeait vers une saison désastreuse. « Ce programme nous a toutefois aidés à séduire près de 200 clients d’ici. C’est peu comparé aux 2000 motoneigistes que nous accueillons habituellement. Mais cette clientèle locale nous a permis de garder la majeure partie de l’équipe administrative en poste, soit une dizaine d’employés », indique Xavier Biron, directeur de l’agence.  

Même son de cloche chez Voyages Gendron pour qui le programme d’aide de forfaitisation Explore Québec a contribué à maintenir en poste la douzaine de membres de l’équipe dédiés aux voyages de ski. « D’ailleurs, grâce à ce coup de main, l’agence n’avait jamais autant vendu de longs séjours et escapades de ski en sol québécois depuis sa création en 1982 », indique Monyse Bélisle, directrice des produits ski et marketing de l’agence. En effet, la moitié des séjours de ski vendus par l’entreprise de Salaberry-de-Valleyfield à l’hiver 2021 avaient pour principale destination la Gaspésie, Charlevoix et le Saguenay. Et l’autre moitié ? Ce sont les destinations de ski de l’Ouest canadien qui ont été privilégiées, avance la directrice.

Sur le même sujet

À la une

Reprendre le flambeau d'une entreprise sans se brûler

BALADO. Voici comment un repreneur peut insuffler ses idées plus ambitieuses aux autres actionnaires

Meilleure année en plus de 30 ans pour les mises en chantier

Il y a 17 minutes | Charles Poulin

Il s'agit du plus fort total de mises en chantier depuis 1987, selon l'APCHQ et la SCHL.

Bourse: vif repli à Wall Street quand les rendements obligataires flambent

Mis à jour il y a 43 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture sur un recul de plus de 200 points.