Plastique à usage unique: des experts saluent le plan de Montréal

Publié le 20/08/2021 à 09:06

Plastique à usage unique: des experts saluent le plan de Montréal

Publié le 20/08/2021 à 09:06

Par La Presse Canadienne

Les contenants, tasses, couvercles, ustensiles et bâtonnets de plats à emporter en plastique non recyclable ou difficile à recycler s'ajoutent à l'interdiction. (Photo: La Presse Canadienne)

Des experts en environnement saluent la décision de Montréal d’interdire certains types de plastique à usage unique, mais ils disent que le Canada est encore bien loin d’un avec sans plastique malgré les promesses du gouvernement.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a annoncé mercredi que la Ville interdirait aux détaillants et aux restaurants de distribuer des sacs en plastique dans la ville d’ici la fin août 2022. Six mois plus tard, un certain nombre d’autres articles à usage unique seront interdits, a-t-elle déclaré, notamment les contenants, tasses, couvercles, ustensiles et bâtonnets de plats à emporter en plastique non recyclable ou difficile à recycler.

Mme Plante a décrit le plan de la Ville comme le plus ambitieux en Amérique du Nord, et elle a dit que ce qui le distingue est l’accent mis sur la réduction du plastique à la source.

La mairesse a ajouté que l’urgence était renforcée par le fait que le seul site d’enfouissement pour la ville — à Terrebonne — serait plein d’ici 2029.

Ashley Wallis, une experte de la pollution par le plastique de l’association caritative environnementale Oceana Canada, a dit voir dans l’initiative de Montréal un important pas en avant, et elle a particulièrement salué la décision d’inclure les gobelets dans la liste des articles interdits — ce que d’autres gouvernements, dont Ottawa, ont évité de faire.

«Nous savons que 47% des déchets plastiques au Canada proviennent de plastiques à usage unique et d’emballages en plastique, donc je pense qu’il y a une énorme opportunité en se concentrant sur des choses comme ces articles à emporter à usage unique», a-t-elle déclaré lors d’un entretien téléphonique, mercredi.

Cependant, Mme Wallis a souligné que malgré les meilleurs efforts des villes, le Canada est encore loin d’un avenir sans plastique.

En 2019, le gouvernement fédéral a annoncé son intention d’interdire plusieurs articles en plastique à usage unique, notamment les sacs en plastique, les pailles, les bâtonnets, les anneaux de paquets de six, les couverts et les contenants à emporter difficiles à recycler — une liste que Mme Wallis a décrite comme de «portée trop étroite».

Ottawa a également promis d’imposer des exigences en matière de contenu recyclé. De plus, le gouvernement fédéral a discuté de rendre certaines entreprises responsables de la collecte de leurs produits en plastique lorsqu’ils ne sont plus utiles, dans le cadre d’un objectif de zéro déchet plastique d’ici 2030. Mais ces règlements, qui ont été promis d’ici la fin de 2021, n’ont pas encore été dévoilés et pourraient être compromis par les élections fédérales, a déclaré Mme Wallis.

La législation fédérale sur le plastique devrait inclure les gobelets à emporter, a-t-elle soutenu, ainsi que toutes les formes de polystyrène et de plastiques oxodégradables. À plus long terme, a-t-elle déclaré, ce qui est nécessaire, c’est un plan complet, secteur par secteur, pour réduire et réutiliser le plastique, par lequel les fabricants se voient confier la responsabilité principale de la collecte et du recyclage.

Même le plan de Montréal contient des omissions. Il n’inclut pas les contenants à emporter en carton recouverts de plastique et exclut les organismes à but non lucratif qui distribuent de la nourriture, par exemple. Plus important encore, le plan ne s’applique pas en dehors de la juridiction de la ville, ce qui inclut les articles d’épicerie, car ils sont emballés en dehors des limites de la ville.

Mme Plante a déclaré qu’elle espérait que l’action de la ville «influencerait de manière très positive et proactive les autres ordres de gouvernement».

Karen Wirsig, directrice du programme sur les plastiques pour le groupe de défense Environmental Defence, affirme que davantage d’actions fédérales et provinciales sont nécessaires pour lutter contre une industrie des plastiques qui hésite à changer. Le moyen le plus efficace d’y parvenir, a-t-elle déclaré, est de «rendre les personnes qui produisent ces choses responsables à la fin de leur vie utile» et de s’assurer qu’elles ne peuvent pas simplement les enterrer ou les brûler.

Bien qu’il s’agisse en grande partie d’un effort provincial et fédéral, elle a déclaré que les villes ont également un rôle à jouer dans la réduction du plastique.

En plus d’interdire les articles en plastique, comme l’a fait Montréal, elle a déclaré que les villes peuvent créer plus d’infrastructures locales pour aider les entreprises et les restaurants à proposer des contenants réutilisables. «Les normes nationales sont importantes. Mais pour des choses comme les infrastructures, celles−ci doivent vraiment être locales», a-t-elle fait valoir lors d’un entretien téléphonique mercredi.

La pandémie

Mme Wirsig a reconnu que la pandémie de COVID−19 a représenté un revers pour les efforts de réduction du plastique, mais elle a déclaré qu’il s’agissait aussi d’une opportunité pour la pensée créative.

D’une part, les commandes à emporter et en ligne ont explosé, créant plus de déchets. À l’origine, la pandémie a suscité la crainte — désormais largement démystifiée, a-t-elle déclaré — que la maladie puisse se propager sur des conteneurs. D’autre part, elle a déclaré que la pandémie a également conduit de nombreuses personnes à remettre en question leur relation avec leur environnement local et qu’elles peuvent être prêtes pour un changement positif.

«Il ne fait aucun doute que la pandémie nous a fait reculer, mais je pense que cela a aussi été un moment où les gens repensent leur relation avec leur environnement, leur relation avec leur environnement local, et cela peut être un bon moment pour changer certaines de ces anciennes méthodes que nous avions», a-t-elle déclaré.

À la une

Monique Leroux: notre productivité reflète notre manque d’ambition

Édition du 10 Avril 2024 | François Normand

TÊTE-À-TÊTE. Entrevue avec Monique Leroux, ex-patronne de Desjardins et ex-présidente du CA d'Investissement Québec.

Dette et déficit du fédéral: on respire par le nez!

19/04/2024 | François Normand

ANALYSE. Malgré des chiffres relativement élevés, le Canada affiche le meilleur bilan financier des pays du G7.

Budget fédéral 2024: «c'est peut-être un mal pour un bien»

19/04/2024 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Les nouvelles règles ne changent pas selon moi l'attrait des actions à long terme.