Les emballages à l'ère de la pandémie

Offert par Les Affaires


Édition du 17 Juin 2020

Les emballages à l'ère de la pandémie

Offert par Les Affaires


Édition du 17 Juin 2020

Par Claudine Hébert

Steven Thibault président fondateur de TalThi: « Notre objectif est de fabriquer 50 % de nos produits dans notre usine d’ici 2023. » (Photo: courtoisie)

INDUSTRIE DE L'EMBALLAGE. Retour des sacs de plastique, suremballage des fruits et légumes, interdiction d'acheter en vrac... en raison des questions d'hygiène et de salubrité en temps de pandémie, plusieurs efforts visant à réduire l'usage du plastique dans le secteur alimentaire ont pris une pause.

«L'industrie a dû réintégrer plusieurs types d'emballage pour assurer la sécurité des consommateurs. Parmi les matières utilisées, le plastique demeure encore l'une des meilleures solutions pour tenir un rôle de barrière et de protection des aliments», indique Bruno Ponsard, directeur de l'Institut de technologie des emballages et du génie alimentaire (ITEGA) du collège Maisonneuve. Par conséquent, concède-t-il, cette question relance les discussions sur la durabilité et le cycle de vie des emballages alimentaires. Un marché de plus de 300 milliards de dollars (G $) par année, ce qui représente le tiers de la valeur de l'industrie mondiale de l'emballage.

Malgré tout, cet expert est d'avis que la COVID-19 ouvre la porte à de nouvelles possibilités. «Chez nous, à l'ITEGA, nous avons commencé à réfléchir à ce que pourrait ressembler d'éventuels emballages aux caractéristiques antivirales», souligne le chercheur.

La pandémie : un levier pour les affaires

À ce propos, la pandémie sert déjà de levier à l'entreprise TalThi, à Saint-Hyacinthe. Spécialisée dans la distribution et la fabrication d'emballage alimentaire pour le prêt-à-manger et les mets pour emporter, cette entreprise maskoutaine a vu ses revenus grimper de 20 % depuis la mi-mars cette année. Elle a même dû embaucher quatre personnes supplémentaires pour venir en aide à la quinzaine d'employés déjà en place.

Plutôt que de produire des visières, l'entreprise a pris la décision de demeurer dans son domaine d'expertise. «Depuis deux ans, nous souhaitions adopter une stratégie visant à approvisionner les plus petites PME de la province, notamment les restaurants. Avec la pandémie, on a décidé de peser sur la pédale», dit Steven Thibault, président fondateur de TalThi. Au lendemain du confinement, TalThi a fait parvenir plus de 300 ensembles d'échantillons à des restaurateurs dans l'ensemble du Québec. «Au moins sept sur dix ont décidé de s'approvisionner chez nous. Et un sur trois cherche même des solutions personnalisées aux couleurs de leur établissement», raconte Steven Thibault.

Depuis sa création il y a dix ans, cette PME, qui génère plus de 5 millions de dollars (M $) de revenus annuels, propose à sa clientèle des emballages 100 % recyclables. «Dès le départ, nous nous sommes assurés de vendre des produits dont les composants - aluminium, polypropylène no 5 et polytéré- phtalate d'éthylène no 1 - sont recyclables à 100 %, et ce, peu importe les municipalités au Québec», soulève le copropriétaire de l'entreprise.

Initialement, 100 % des produits de TalThi étaient importés de l'Europe et de l'Asie. Cette situation est cependant en voie de changer. «Depuis deux ans, 10 % de la production est réalisée ici. Nous comptons fabriquer localement 20 % de nos emballages d'ici la fin de l'année 2020. L'objectif est de fabriquer 50 % des produits dans notre usine de Saint-Hyacinthe d'ici 2023», indique Steven Thibault.

Le carton-caisse en demande

La pandémie a également bien servi Cascades, qui a lancé, ce printemps, de nouveaux produits cartonnés pour favoriser le commerce en ligne. «La COVID-19 a incité plusieurs de nos clients à revoir leur modèle d'affaires pour adopter davantage le commerce en ligne. Ce qui nous a motivés à proposer de nouveaux emballages écoresponsables, faits sur mesure, qui offrent une protection optimale, des designs innovants et de l'impression haute qualité pour un maximum d'effet auprès des acheteurs en ligne», indique Charles Malo, président et chef de l'exploitation à Cascades Emballage carton-caisse.

À ces nouvelles solutions s'ajoutent également des services d'experts pour conseiller le client à maximiser ses choix ainsi que des tests d'expédition dans un nouveau laboratoire d'expertise en transport d'emballages Cascades, situé à Kingsey Falls. L'entreprise détient maintenant la certification APASS Amazon.

Notons que Cascades est l'une des rares entreprises canadiennes qui figurent au sein du palmarès «Green 50» de la firme Corporate Knights. Publié dans le cadre du 50e anniversaire du Jour de la Terre en avril dernier, ce classement souligne les 50 meilleures décisions d'entreprises qui ont eu de grandes répercussions sur l'amélioration de la situation actuelle de la planète. Cascades, tient à souligner Charles Malo, utilise des matières recyclées depuis le jour un de sa création, en 1964. «Encore aujourd'hui, 83 % de la matière utilisée pour fabriquer nos produits est issue de la récupération et 77 % de nos résidus sont valorisés», dit-il.

Sur le même sujet

Immigration: des PME veulent plus d'employés non qualifiés

10/06/2021 | François Normand

La loi fixe à 10% la part maximale de travailleurs étrangers à bas salaire que peuvent embaucher des entreprises.

Industrie de la fabrication: confectionner des stratégies pour recruter et retenir

Édition du 26 Mai 2021 | Maxime Bilodeau

SPÉCIAL GRANDES ENTREPRISES. Les gros joueurs n’ont d’autre choix que de rivaliser d’ingéniosité.

À la une

Il faut faire la lumière sur Lithium Amérique du Nord

19/06/2021 | François Normand

ANALYSE. Les entreprises doivent pouvoir investir dans environnement d'affaires transparent et prévisible.

Seuls les fous ne changent jamais d'idée

18/06/2021 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Warren Buffett est un bon exemple d'investisseur qui a su s'adapter au fil des années.

Le suspense persiste autour de Lithium Amérique du Nord

18/06/2021 | François Normand

Un juge de la Cour supérieure du Québec a reporté de 10 jours l'audience pour déterminer l'avenir de la minière.