«Je n'ai pas le temps de suivre ce domaine» - Martin Caron, directeur finance et administration, Entreprises Larry

Publié le 02/03/2013 à 00:00, mis à jour le 28/02/2013 à 13:52

«Je n'ai pas le temps de suivre ce domaine» - Martin Caron, directeur finance et administration, Entreprises Larry

Publié le 02/03/2013 à 00:00, mis à jour le 28/02/2013 à 13:52

Quelle problématique se pose dans votre entreprise sur le plan des TI ?


Nous avons beaucoup de TIC dans notre entreprise de 66 employés, qui vend des compresseurs, des systèmes de filtration d'air, etc. Nous avons fait le choix de confier en impartition : la gestion de nos serveurs, les télécoms, un volet de notre site Internet, l'installation d'un nouvel ERP, etc.


Quelles sont vos préoccupations ?


Je me pose des questions sur le modèle à privilégier, car, aujourd'hui, l'intégralité de nos TI est impartie à trois impartiteurs différents. Or, je n'ai pas le temps de suivre ce domaine. Est-ce que je devrais nommer un responsable du suivi des contrats d'impartition ? Le principal consultant, celui qui gère la plus grande partie de nos TI, travaille seul. Je me demande si c'est correct de laisser cette grande responsabilité à une seule personne. Qu'arrivera-t-il s'il tombe malade, par exemple ?


Qu'avez-vous appris aujourd'hui ?


Dans mes prochaines négociations, je me souviendrai des grands principes donnés par le Mouvement Desjardins et le Groupe St-Hubert : la gouvernance, l'engagement et le fait de ne pas tomber dans la complaisance.


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Immobilier: l'activité et les prix grimpent de 3% en avril

16:42 | Les Affaires - JLR

Bulletin JLR-LesAffaires. Le marché du condo continue d’avoir le vent dans les voiles, à l'exception de Laval et Québec.

Le FMI juge que le Canada ne devrait pas assouplir ses règles hypothécaires

«Cela serait malvenu, car la dette des ménages reste élevée», explique-t-il dans un rapport.

Le marché de la propriété de luxe en croissance au Québec

BLOGUE INVITÉ. Dans la région de Mtl, 3% des unifamiliales vendues en 2018 ont été acquises au coût de 980 000$ ou plus.