Impartir les TI ? Oui, mais...

Publié le 02/03/2013 à 00:00, mis à jour le 28/02/2013 à 13:49

Impartir les TI ? Oui, mais...

Publié le 02/03/2013 à 00:00, mis à jour le 28/02/2013 à 13:49

Confier la gestion des technologies de l'information à l'externe ? L'idée peut sembler excellente. En effet, peu d'entrepreneurs s'y connaissent suffisamment pour gérer eux-mêmes ce secteur d'activité volumineux et stratégique.


Cependant, les résultats attendus ne sont pas toujours au rendez-vous. Conséquence : des entreprises choisissent de rapatrier certains services après quelques années.


Dans ce contexte, comment réussir le virage de l'impartition en TI ? Ce sujet était au centre d'une grande conférence organisée par Les Affaires, le 14 février. À cette occasion, plusieurs entreprises et spécialistes ont partagé leurs solutions dans ce domaine.


Le Groupe St-Hubert, l'impartition des TI, il connaît. Le centre d'appels, l'application de prise de commandes, le soutien technique des points de vente, le développement Web et des applications mobiles, le traitement des transactions par EDI (échanges de données informatisées) : tous ces services sont confiés en sous-traitance. Seul le centre de données est hébergé par le groupe, qui réfléchit d'ailleurs à l'impartir dans les prochaines années, une fois que le temps de vie utile des équipements actuels sera atteint.


À la question «faut-il impartir les TI ?» Lucie Grenier, vice-présidente, technologies de l'information du Groupe St-Hubert, répond : oui ! «C'est inévitable, car on ne peut pas être expert en tout», a souligné la conférencière.


La recherche de la diminution des coûts est certes toujours à l'origine d'une décision d'impartition. Cependant, la question de la productivité n'est pas loin derrière. «En externalisant les TI, on peut centrer les ressources sur la mission de l'entreprise. Du même coup, on augmente la productivité, car on ne va pas avoir des techniciens pour assurer le soutien informatique de nos rôtisseries dans tout le Québec !» illustre Lucie Grenier.


La rareté de la main-d'oeuvre dans le domaine des TI et la difficulté à la retenir sont des arguments supplémentaires pour justifier le choix de l'impartition.


Enfin, la complexité du domaine, accentuée par sa rapidité d'évolution, motive aussi les entreprises à prendre le virage. Elles sont rassurées que le secteur soit pris en main par des spécialistes.

À suivre dans cette section


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Guerre commerciale : Xi a un atout dans sa manche contre Trump

ANALYSE - Ces minerais stratégiques pour l'industrie américaine procure un rapport de force à la Chine.

L'inégalité, l'un des principaux enjeux des élections européennes, dit Olivier Royant du Paris Match

25/05/2019 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. La place de la politique régionale grandit dans la publication, qui s'intéresse à «l'aventure humaine».

Bourse: mieux vaut parfois ne rien faire

Mis à jour le 25/05/2019 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Les conseils affluent en pleine guerre commerciale. MĂŞme les pros ne savent pas sur quel pied danser.