Immobilier commercial: un trio gagnant qui manie la mixité

Offert par Les Affaires


Édition du 26 Mai 2021

Immobilier commercial: un trio gagnant qui manie la mixité

Offert par Les Affaires


Édition du 26 Mai 2021

Par Claudine Hébert

Une maquette du projet Canoë, de Rachel Julien (Photo: courtoisie)

IMMOBILIER COMMERCIAL. Reconnus pour contribuer à réduire les risques financiers, les ensembles immobiliers mixtes ont la cote auprès des promoteurs québécois. Coup d’oeil sur trois projets en développement.

Coup de pagaie dans Hochelaga

Actuaire de formation, Mélanie Robitaille sait très bien que la réduction des risques passe par une bonne diversification. «Un principe qui n’échappe pas au secteur immobilier», soutient la vice-présidente et directrice générale de Rachel Julien.

Ce promoteur montréalais s’apprête à démarrer la construction de l’ensemble immobilier mixte Canoë, dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve.

Un vaste projet de 850 logements qui devrait compter 200 appartements locatifs, 160 logements coopératifs et 490 copropriétés. Des logis dont le format ira du studio à quatre chambres afin d’encourager l’accueil des familles, dit Mélanie Robitaille.

Ce nouveau complexe, qui s’élèvera près du Stade olympique, à l’angle de la rue Hochelaga et de l’avenue Bennett, devrait également comprendre plus de 50 000 pieds carrés d’espaces commerciaux. «Une première pour notre entreprise, qui s’est spécialisée dans le bâti résidentiel depuis plus de 40 ans», précise la gestionnaire.

Estimé à plus de 350 millions de dollars (M$), cet ensemble composé de six immeubles de six à dix étages est le fruit de plusieurs consultations citoyennes. La première pelletée de terre est prévue au début 2022 et la construction doit s’échelonner sur sept ans.

 

Le concept Cocité Lévis, par le Groupe Humaco (Photo: courtoisie)

Dodo, boulot, bistro à l’entrée du pont

L’entrée du pont Pierre-Laporte, à Lévis, pourrait-elle constituer une solution aux problèmes de main-d’oeuvre pour des entreprises de la région? C’est que croient certains dirigeants qui consultent ces jours-ci l’équipe du projet Cocité Lévis. La construction de la première phase de ce nouveau quartier à la fois résidentiel et commercial, prévue au pied de l’infrastructure, doit débuter au printemps 2022.

Ce nouveau complexe, sous la direction du Groupe Humaco, est sur la table à dessin depuis 2016. «Ce n’est pas tant l’aspect financier qui guide son développement que la volonté de répondre aux réels besoins de la population qui occupe le territoire», soutient le directeur général du Groupe, David Leblond.

Ainsi, les plans du projet de 1200 logements qui devait essentiellement être composé de copropriétés ont été revus pour faire place à davantage d’appartements locatifs pour tous les budgets.

L’équipe de David Leblond a également consulté plusieurs organismes communautaires pour déterminer les principaux besoins de ce nouvel espace de vie.

«Un des rares milieux urbains du grand Québec qui va offrir à ses résidents un accès direct au fleuve Saint-Laurent», tient à préciser le directeur général.

Évalué à 315 M $, Cocité Lévis devrait regrouper une dizaine d’immeubles dont la construction devrait s’échelonner sur sept ans.

 

La location nouveau genre à Gatineau

Depuis 1984, la société immobilière Junic construit des maisons unifamiliales et des copropriétés en Outaouais. Or, ne cherchez pas ce type d’infrastructures au sein du complexe Agora, situé boulevard du Plateau, à Gatineau, que gère l’entreprise. La rentabilité de ce nouvel ensemble immobilier mixte, évalué à 350 M $, repose essentiellement sur une formule locative.

«Le logement tout inclus, incluant les électroménagers, l’Internet et le câble, est très recherché dans la région», signale Carl Martin, directeur du marketing et de l’idéation des produits à Junic. Les 79 premiers logements, sur un total prévu de 600, affichaient déjà complet avant même leur livraison à l’été 2020.

La deuxième des cinq phases, comprenant 67 logements, doit être terminée d’ici l’automne.

Certifié LEED Argent et Well, Agora accorde aussi une place importante aux commerces et aux services de proximité. Sur le million de pieds carrés du complexe Agora, au moins 40% sont consacrés à des bureaux et des commerces.

 

Sur le même sujet

À la une

Nationaliser l’hydrogène vert serait une mauvaise idée

04/12/2021 | François Normand

ANALYSE. L'industrie n'a pas de problème, et on se priverait de capitaux privés, en plus d'assumer tous les risques.

4. Calendrier de l'avent des affaires: la COP26

04/12/2021 | Olivier Schmouker

Concours international du jeu appelé «la politique de l’autruche»...

Un engagement des employés digne de Chapeau les PDG

03/12/2021 | Catherine Charron

Voici comment trois PDG nourrissent le sentiment d'appartenance à leur organisation.