Scrutin syndical dans la construction: l'ordre des cinq ne change pas

Publié le 30/06/2020 à 15:35

Scrutin syndical dans la construction: l'ordre des cinq ne change pas

Publié le 30/06/2020 à 15:35

Par La Presse Canadienne

(Photo: 123RF)

Malgré un climat de relations de travail parfois en ébullition ces dernières années dans l’industrie de la construction, la carte de la représentativité des syndicats n’a pas beaucoup changé.

Le scrutin syndical, dont les résultats viennent d’être dévoilés par la Commission de la construction, confirme le rang des cinq organisations syndicales reconnues. Ce scrutin n’a lieu qu’une fois aux quatre ans.

L’ordre demeure le même, à savoir la FTQ-Construction avec 43 % des travailleurs de l’industrie, le Conseil provincial du Québec des métiers de la construction (International) avec 23 %, le Syndicat québécois de la construction avec 19 %, la CSD-Construction avec 9 %, puis la CSN-Construction avec 6 pour cent.

La seule organisation à avoir pris du poids de façon significative est le Syndicat québécois de la construction qui a vu sa représentativité croître de 3 %. 

La représentativité syndicale est importante parce qu’elle détermine le poids relatif de chaque organisation au moment de négocier face aux associations d’employeurs et au moment de voter sur une éventuelle entente de principe.

Ce sont 192 360 travailleurs qui étaient concernés par ce scrutin. Ceux qui n’exercent pas leur droit de vote sont présumés vouloir conserver la même allégeance syndicale. La CCQ a reçu 30 292 bulletins de vote.

 

À la une

À surveiller: Canada Goose, Héroux-Devtek et Apple

Il y a 7 minutes | Denis Lalonde

Que faire avec les titres de Canada Goose, Héroux-Devtek et Apple? Voici quelques recommandations d’analystes.

Les nouvelles du marché

Mis à jour à 08:54 | Refinitiv

Recul des banques canadiennes, hausses du taux américain, Snap à la baisse, lait maternisé américain, Airbnb et Chine.

Un truc ultra simple pour toujours faire le bon choix

MAUDITE JOB! «Au secours! Ma start-up grandit et les décisions à prendre sont de plus en plus complexes.»