Immobilier commercial: faut-il être certifié pour être durable?

Publié le 03/04/2019 à 14:45

Immobilier commercial: faut-il être certifié pour être durable?

Publié le 03/04/2019 à 14:45

Par Claudine Hébert
Le Complexe Le Baron, de la rue King Ouest à Sherbrooke.

Le Complexe Le Baron, de la rue King Ouest à Sherbrooke. (Photo: courtoisie)

LEED, WELL, B Corp, Energy Star, Prix d’excellence Cecobois... les mentions et certifications qui prônent le développement durable au sein des immeubles commerciaux se multiplient depuis dix ans. Voici quelques immeubles dont la conception a été certifiée, primée ou tout simplement inspirée par l’une ou plusieurs des caractéristiques de ces distinctions.

iMMOBILIER COMMERCIAL. Géothermie pour le chauffage et la climatisation, terrasse végétalisée, de la lumière naturelle à profusion sur tous les étages, quatre restaurants accessibles de l’intérieur comme de l’extérieur... le Complexe Le Baron, de la rue King Ouest à Sherbrooke, détient des attributs qui pourraient aisément lui conférer une certification en développement durable.

Pourtant, cette propriété commerciale qui a ouvert ses portes en 2015 n’en a pas. Et l’entreprise Immex Société immobilière qui détient ce complexe ne fait pas non plus de démarche pour en obtenir. «L’investissement rattaché à ces certifications n’en vaut pas le coup. Du moins pas encore pour nos immeubles à Sherbrooke. Ce n’est pas encore un facteur qui a un impact significatif sur le marché location des espaces commerciaux. En fait, ce n’est pas le premier critère que recherche pour le moment nos locataires», soutient Sébastien Morin, vice-président d’Immex Société Immobilière.

Si le complexe Le Baron est loué à près de 85%, précise-t-il, c’est parce qu’Immex écoute d’abord ce que veulent réellement les clients. «Notre principale préoccupation est de créer des environnements au sein desquels s’instaure une synergie entre les locataires. On essaie le plus possible de répondre à leurs besoins. Nous avons d’ailleurs attendu que les principaux locataires prennent place avant de sélectionner les types de restaurants», raconte Sébastien Morin.

Une sélection qui a frappé dans le mil. Du lundi au vendredi, il arrive régulièrement que la moitié de la clientèle qui fréquente la Pizzéria napolitaine No 900, le comptoir Freshii, le Westley Artisans Restaurateurs et le restaurant Cora soit des employés -et leurs visiteurs- qui travaillent au sein du complexe.

Remarquez, la conception des immeubles commerciaux de ce promoteur et gestionnaire de Sherbrooke permet tout de même aux locataires de faire leurs propres démarches pour obtenir une certification en développement durable. C’est ce qui s’est produit dans un des complexes commerciaux de cette entreprise, La Cité du parc, au 1800, rue King Ouest. L’un des locataires, Banque Nationale, a obtenu une certification LEED CI-Or pour l’aménagement intérieur de ses espaces en 2014.


image

DevOps

Mercredi 09 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 26 janvier


image

Sommet en finance

Jeudi 11 février


image

Contrats publics

Mardi 09 mars

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Et si Couche-Tard cessait ses opérations en 2070?

Un analyste déconstruit la valeur de Couche-Tard pour démontrer qu'il ne faut pas craindre l'auto électrique.

La vente de résidences à un sommet en novembre à Montréal

Les conditions du marché continuent d’être favorables aux vendeurs.

Noël: François Legault renonce à «son contrat moral»

Mis à jour le 03/12/2020 | lesaffaires.com

«C'est pas réaliste de penser qu'on va réduire la progression du virus de façon satisfaisante d'ici Noël».