Cure de beauté rue Jacques-Cartier

Offert par Les Affaires


Édition du 02 Juin 2018

Cure de beauté rue Jacques-Cartier

Offert par Les Affaires


Édition du 02 Juin 2018

La rue ­Jacques-Cartier, qui longe la rivière des ­Outaouais, à ­Gatineau, a subi une importante cure d’embellissement sur 3,2 km.

CATÉGORIE INFRASTRUCTURE URBAINE - La rue Jacques-Cartier, qui longe la rivière des Outaouais, à Gatineau, a subi une importante cure d'embellissement sur 3,2 km. Un projet de 34 millions de dollars sur dix ans, sous la responsabilité de Cima+, qui a permis à l'artère de mettre en valeur ses attraits et de redonner l'accès aux berges aux citoyens. Ce chantier complexe a permis non seulement d'améliorer le coup d'oeil de cette artère, mais aussi de stabiliser les berges qui s'érodaient, d'augmenter la sécurité des usagers, d'aménager une piste multifonctionnelle qui se raccorde au réseau pour se rendre à Ottawa et de bonifier l'aspect environnemental des lieux. Plusieurs espaces publics sur les rives, comme des quais, des belvédères et des places publiques, complètent le tableau. Un dossier à défis multiples, raconte André Chaumont, vice-président principal, Infrastructures chez Cima+. « C'était compliqué, notamment parce que nous devions composer avec plusieurs intervenants, comme la Ville de Gatineau ou la Commission de la capitale nationale, mais aussi avec différents ministères puisque les travaux étaient menés près des berges, en plus d'être situés à proximité de terrains contaminés. »


En plus de travailler de concert avec ces intervenants et de trouver des solutions adéquates pour tous, il fallait également limiter au maximum l'effet du chantier sur la flore et la faune. « Derrière la ligne d'immeubles se situait un ancien dépotoir. Nous avons donc construit un réseau pluvial étanche pour empêcher le lixiviat de s'écouler vers la rivière », précise Luc Séguin, directeur, Infrastructures. Certains éléments de protection de la faune, dont une passe à poisson, ont aussi été aménagés, ajoute-t-il.


L'impact humain a également joué pour beaucoup sur le déroulement des opérations. Ce qui a demandé une logistique à toute épreuve pour éviter la fermeture complète de la rue, bordée de maisons et de commerces. « Certaines habitations se trouvaient tout près du chantier, parfois à dix pieds des marteaux-piqueurs. Nous avons donc échelonné les travaux en année, en mois, en jour et même en heure pour en limiter les nuisances », détaille M. Chaumont. Une organisation sans faille qui n'exclut pas pour autant les surprises. Ce fut le cas lorsque des Autochtones ont établi un campement sur un terrain visé par les travaux pour protéger ce lieu qui, selon eux, abritait un village amérindien. « Devant les manifestations, la Ville a décidé de mener des fouilles archéologiques pour vérifier ce qu'il en était réellement », raconte Gilles Reny, chargé de projet principal. Une recherche qui a permis de récupérer plus de 125 000 artéfacts d'origine autochtone, datant de 3 600 à 7 000 ans. « Nous avons aussi intégré un parc aux plans initiaux, qui met en valeur cette présence historique », ajoute M. Séguin..


Les résultats ne se sont pas fait attendre. « La fierté des résidents est évidente, alors que plusieurs repeignent leurs maisons ou plantent des fleurs. Il faut dire que la rue Jacques-Cartier devient déjà un attrait touristique local, avec les bateaux qui s'y accostent, la circulation piétonnière et les cyclistes qui sillonnent le bord de l'eau », s'enthousiasme M. Reny. Au final, l'équipe de Cima+ n'a jamais oublié les objectifs derrière cet exercice : transformer cette voie de transition en un lieu de promenade adopté par les citoyens.


CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «GRANDS PRIX DU GÉNIE-CONSEILS QUÉBÉCOIS 2018»

À suivre dans cette section


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Comment les ingénieurs peuvent favoriser le développement durable

Édition du 09 Mars 2019 | Simon Lord

LE MOIS DU GÉNIE. « Aujourd'hui, tout le monde dit favoriser du développement durable. L'élastique est assez souple...

Des formations d'ingénieurs axées sur l'environnement

Édition du 09 Mars 2019 | Simon Lord

LE MOIS DU GÉNIE. Les enjeux liés à l'environnement sont toujours plus importants pour les ingénieurs. En...

À la une

Le dangereux déclin des classes moyennes

19/04/2019 | François Normand

ANALYSE - Depuis 40 ans, la classe moyenne a reculé dans les 36 pays de l'OCDE. Voici les causes et les solutions.

Le parti communiste perdra-t-il le monopole du pouvoir en Chine?

19/04/2019 | François Normand

BALADO - Quatre scénarios sont possibles pour l'avenir de la Chine, selon un récent livre. Lequel est le plus probable?

Déjà-vu: Metro a tout pour plaire, sauf son évaluation

BLOGUE. Metro performe bien, mais son évaluation est plus élevée qu'avant place la barre encore plus haute.