L'usage mixte sourit à Portland

Publié le 28/09/2013 à 00:00, mis à jour le 26/09/2013 à 10:54

L'usage mixte sourit à Portland

Publié le 28/09/2013 à 00:00, mis à jour le 26/09/2013 à 10:54

Par Suzanne Dansereau

Vivre au-dessus d'un commerce n'est plus perçu comme un inconvénient, surtout pas par les citadins qui ne possèdent pas de voiture. En Europe comme en Amérique, de plus en plus de promoteurs conçoivent des immeubles à usage mixte, combinant résidences, commerces et bureaux. Les Affaires s'est entretenu avec les instigateurs des Brewery Blocks, à Portland en Oregon, considéré comme l'une des plus belles réussites d'usage mixte aux États-Unis.

Les Brewery Blocks, ce sont sept immeubles érigés sur le site de l'ancienne brasserie Blitz-Weinhard, qui occupe cinq pâtés de maisons dans un quartier postindustriel. Les immeubles logent des résidences (de luxe et abordables, vendues et louées), des bureaux, des boutiques de détaillants et un prestigieux théâtre.

Les Brewery Blocks ont été réalisés en 2001, au moment où la Ville de Portland avait décidé de revitaliser le quartier, en y ajoutant notamment un tramway.

Aujourd'hui, le Pearl District est la destination touristique numéro un à Portland, et les Brewery Blocks affichent un taux d'inoccupation presque nul, «ce qui n'est pas peu dire dans le contexte économique actuel», dit l'architecte du projet Bruce Brown, de la firme GBD Architects International. Et le développeur immobilier du projet, Gerding Edlen, exporte maintenant son concept à Boston et en Chine, indique Dennis Wilde, un des partenaires de la firme.

Au début, bien des gens étaient sceptiques, se souviennent les deux hommes. Mais cela s'est rempli étonnamment vite.

Un judicieux mélange d'enseignes

Selon Bruce Brown, le plus important facteur de succès a été d'attirer le supermarché Whole Foods. «Le supermarché fournit l'ancrage pour attirer les résidents et d'autres commerces de détail, dit-il. D'où l'importance de le sécuriser assez tôt.»

Le Whole Foods est fréquenté à toute heure. Les consommateurs viennent à 21 heures se prendre des mets préparés pour ne pas avoir à cuisiner. Il faut aussi le bon mélange de détaillants, poursuit-il. Ainsi la librairie Powell - la plus importante librairie indépendante du monde - attire 500 000 visiteurs par année.

M. Brown mentionne aussi le judicieux mélange d'enseignes internationales - dont Diesel - et locales très fréquentées comme autre facteur de succès. Des sociétés de location de voitures à l'heure s'ajoutent, ce qui est pratique pour les résidents qui n'ont pas de voiture - ceux-ci louent le jour leur place de stationnement aux employés de bureau.

Les concepteurs ont particulièrement soigné l'aménagement des 30 premiers pieds de hauteur des immeubles - ce que les gens voient - et aussi des espaces à l'extérieur des immeubles. «L'espace entre les immeubles doit être aussi excitant que les immeubles eux-mêmes», croit M. Brown.

Concrètement, les cafés ont des auvents pour que les clients puissent profiter des terrasses même s'il pleut ; les restaurants ont des portes-fenêtres. Les trottoirs sont agrémentés de bancs, de jardinets et même d'oeuvres d'art public. Il y a de l'espace pour les musiciens de rue.

«Il faut que les gens du quartier puissent vivre, travailler et se divertir dans le même lieu et ne pas avoir envie d'aller ailleurs», souligne Bruce Brown.

Autre facteur majeur du succès, selon Dennis Wilde : le transport en commun. «Grâce au tramway, nous avons attiré des employeurs qui ne seraient pas venus autrement», dit-il.

Engagement de la municipalité

Mais le privé ne peut agir seul. La participation du secteur public est essentielle, sur les plans financier et non financier. «Comme il a fallu bâtir un stationnement souterrain, Portland a payé les travaux de réfection des trottoirs et de la rue. La ville a aussi accepté de modifier ses règlements en échange d'aménagements pour les bicyclettes (places de stationnement, douches, locaux pour réparer les vélos)», dit M. Brown.

Les urbanistes, planificateurs, décideurs politiques et fonctionnaires de la ville doivent être dans le coup.

À la une

Le Québec pâtira-t-il de la guerre commerciale verte avec la Chine?

17/05/2024 | François Normand

ANALYSE. Les producteurs d’acier craignent que la Chine inonde le marché canadien, étant bloquée aux États-Unis.

Bourse: Wall Street finit en ordre dispersé, le Dow Jones clôture au-dessus des 40 000 points

Mis à jour le 17/05/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de New York a terminé en ordre dispersé.

À surveiller: AtkinsRéalis, Boralex et Lightspeed

17/05/2024 | Charles Poulin

Que faire avec les titres AtkinsRéalis, Boralex et Lightspeed? Voici des recommandations d’analystes.