Xstrata-Glencore: les principaux obstacles à leur fusion éliminés

Publié le 01/10/2012 à 06:43

Xstrata-Glencore: les principaux obstacles à leur fusion éliminés

Publié le 01/10/2012 à 06:43

Par AFP

Le mariage des deux entreprises minières a nécessité de longues négociations. Photo: Bloomberg

Les deux géants suisses des matières premières Glencore et Xstrata, très présent au Québec, ont balayé lundi les derniers différends qui bloquaient leur mariage, ouvrant la voie à la création d'ici la fin de l'année d'un mastodonte de 83,7G$ CA et capable de rivaliser avec les autres géants du secteur.

Au terme d'un suspense qui aura duré trois semaines, Xstrata et Glencore, tous deux domiciliés dans le paradis fiscal de Zoug dans le centre de la Suisse, ont finalisé les termes de leur fusion repoussée depuis de longs mois.

Le point principal de l'opération -- le ratio d'échange, relevé début septembre à 3,05 nouveaux titres Glencore pour chaque action Xstrata contre 2,8 auparavant -- a été sans surprise maintenu. Le ratio d'échange représente une prime de 17,6% par rapport au prix de clôture du 1er février.

Mais deux sujets majeurs de dissension, qui ont jusqu'à présent bloqué la fusion, ont été levés avec l'accord publié lundi.

L'actuel directeur général de Xstrata, Mick Davis, va prendre comme convenu la direction du nouveau groupe combiné pour une durée de six mois. Après son départ, il sera remplacé par Ivan Glasenberg, le patron de Glencore. Pour préserver la majorité de Xstrata dans le nouveau conseil d'administration, un responsable de Xstrata occupera le siège laissé vacant par M. Davis.

«Xstrata continuera donc à contrôler le conseil d'administration (du groupe fusionné) avec six responsables», contre cinq pour Glencore, ont souligné les analystes de Jefferies.

Seconde pierre d'achoppement, les primes de 173 millions de livres (274M$ CA) versées à 73 responsables de Xstrata dans le cadre de cette fusion. Le montant des bonus avait suscité le courroux de certains actionnaires, tandis que d'autres estimaient ces rémunérations nécessaires pour garder les meilleurs éléments de Xstrata.

Selon les termes du nouvel accord, Mick Davis, qui devait initialement recevoir 45,2 M$ CA, sera dorénavant exclu de ces bonus. Plus important, le feu vert des actionnaires à ces primes ne sera plus la condition sine qua non à la réalisation du mariage.

«Sans la possibilité de retenir les responsables clés de Xstrata», la fusion entre les deux groupes «est compromise», a insisté son président John Bond.

Afin de tenir compte des différentes opinions sur les bonus, les deux groupes ont décidé «de découpler la résolution destinée à approuver la fusion de la résolution visant à approuver» les bonus, a-t-il ajouté.

Un important actionnaire n'a pas encore donné sa réponse

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Vers la création d'un troisième parti à Washington?

15/01/2021 | François Normand

ANALYSE — L'histoire américaine est parsemée de tiers partis ou de candidats indépendants lors des présidentielles.

Étude WOW 2020: les champions de l'expérience client en temps de pandémie

15/01/2021 | Kévin Deniau

ÉTUDE WOW 2020. Les Aliments M&M et Simons arrivent en tête de liste.

#Onestouvert, un mot-clic au secours des restaurateurs

15/01/2021 | Catherine Charron

L'expression «est venue d’un franchisé à bout de souffle qui voulait juste faire entendre qu’il était ouvert »