Une minière sur trois au Québec a un urgent besoin de fonds

Publié le 01/03/2013 à 11:54, mis à jour le 01/03/2013 à 13:08

Une minière sur trois au Québec a un urgent besoin de fonds

Publié le 01/03/2013 à 11:54, mis à jour le 01/03/2013 à 13:08

Par lesaffaires.com

Photo: Bloomberg

L’âge d’or de l’industrie minière n’est peut-être pas terminé, mais l’industrie vit de sérieux défis. Un rapport publié par Grant Thornton International dont LesAffaires.com a obtenu copie met en relief l’urgence pour les petites minières de se refinancer à court terme.

D’après l’enquête réalisée par le cabinet de services financiers, 31 % des minières actives au Québec parmi les 82 qui ont participé au sondage ont besoin de récolter des fonds d’ici trois mois.

«C’est une période difficile pour les minières, en particulier pour les petites sociétés. Mais la croissance peut revenir; le rapport risque-rendemement changera lorsque les investisseurs auront acquis un enthousiasme renouvelé pour les possibles rendements élevés que peu d’autres occasions d’affaires offrent», dit Mark Zastre, leader de l’industrie mondiale du secteur minier pour Grant Thornton.

Le ralentissement économique dans plusieurs pays friands de ressources, dont la Chine, tient à l'écart les investisseurs craintifs des risques, souligne l'étude. Les données publiées vendredi sur le secteur manufacturier chinois ne pourront rassurer ceux qui craignent une faible croissance de la deuxième économie du monde. À lire: Chine: la production manufacturière montre des slignes de faiblesse. 

Selon l’auteur du rapport, les petites sociétés minières peuvent encore trouver du financement, mais elles doivent «améliorer de façon radicale l’efficacité de leurs exploitations, leur expertise en gestion et la façon dont elles présentent leurs occasions d’affaires aux investisseurs».

Incertitude entourant la nouvelle Loi

Un autre écueil majeur qui se présente sur la route des minières actives au Québec est la contestation des droits d’exploration. L’incertitude entourant le projet de Loi sur les mines inquiète les dirigeants des entreprises qui forent dans la province.

Au Québec, 56 % des dirigeants de minières sondées jugent que les contestations de droit d’exploration comme un problème important ou modéré, comparativement à 44 % dans l’ensemble du Canada.

Jeudi, un rapport publié par l'Institut Fraser démontrait que le Québec a été exclu du top 10 des meilleurs endroits du monde pour les investissements dans le secteur minier. Lisez notre article Classement minier: le Québec exclu du top 10

L’enquête sur l’industrie minière de Grant Thornton a été réalisée à la fin de 2012 et au début de 2013 auprès de 389 dirigeants de sociétés établies au Canada (82 au Québec), en Australie, en Afrique du Sud et au Royaume-Uni. 

 

À suivre dans cette section


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

L'Institut Pacifique reçoit la Médaille du Lieutenant-gouverneur du Québec

Édition du 18 Mai 2019 | Les Affaires

L'Institut Pacifique a reçu la Médaille du Lieutenant-gouverneur du Québec pour mérite exceptionnel. La médaille a ...

Saputo renouvelle son partenariat avec la ­Tablée des chefs

Édition du 18 Mai 2019 | Les Affaires

Saputo a annoncé le renouvellement de son partenariat avec la ­Tablée des ­chefs, un organisme ...

À la une

Agriculture urbaine: des melons d'Oka à l'ancien hippodrome

BLOGUE. Urbanisme transitoire: cet été, il poussera des melons d'Oka sur le terrain vacant de l'Hippodrome Blue Bonnets.

À surveiller: Dorel, Stantec et Bank of America

Que faire avec les titres de Dorel, Stantec et Bank of America?

Bourse: le temps de miser sur les banques américaines?

14/06/2019 | Denis Lalonde

BALADO GESTIONNAIRES EN ACTION. Les banques américaines se négocient à des ratios très intéressants, dit François Rochon