Plan Nord: pas de chemin de fer sans nous, disent les Autochtones

Publié le 26/03/2012 à 08:06, mis à jour le 26/03/2012 à 16:17

Plan Nord: pas de chemin de fer sans nous, disent les Autochtones

Publié le 26/03/2012 à 08:06, mis à jour le 26/03/2012 à 16:17

Par Suzanne Dansereau

[Photo : Bloomberg]

Les propriétaires et dirigeants de la compagnie de chemin de fer autochtone Tshiuetin ont reçu comme un affront le projet de chemin de fer du Canadien National sur le territoire allant entre Sept-îles et Schefferville.

«On est sous le choc», a déclaré le directeur général de Tshiuetin, Eric Tremblay, lors d’un entretien téléphonique avec LesAffaires.com 

«Québec et le CN sont en train de nous couper l’herbe sous le pied», a ajouté Armand Mackenzie, négociateur pour le conseil de bande des Innus de Uashat Manioténam, à Sept-îles.

Thsiuetin est la seule compagnie de chemin de fer au Canada à être détenue et exploitée par des Autochtones. Elle appartient à trois communautés : Les Innus de Uashat Manioténam à Sept-îles, les Innus de Matimekosh à Schefferville et les Naskapis de Kawawachikamach, à 15 kilomètres de Schefferville.

Elle exploite un tronçon de 200 kilomètres entre Schefferville (au nord) et Emeril Junction (au sud), lequel est relié à QNS&L, le chemin de fer de la minière IOC qui descend jusqu’à Sept-Îles.

Depuis le boom minier, Tshuetin est en croissance: en plus de faire du transport de passagers et de marchandises, elle a commence à faire du transport de minerai, qui lui assure enfin la rentabilité (le transport de passagers est largement déficitaire).

Elle a réalisé sa première livraison de de fer l’an dernier pour Labrador Iron Mines et elle vient de signer un contrat de quatre ans avec New Millenium. Mais elle attend du financement de Québec (et d’Ottawa) pour remettre son chemin de fer en état pour le transport de minérai. Les minières, elles, ont fait leurs contributions, mais on attend toujours celle de Québec, qui représente selon M. Tremblay 18 millions de dollars sur une période de 10 ans. “On s’adressé à Investissement-Québec qui nous a dit d’aller voir le Ministère des Ressources Naturelles, qui nous a renvoyé à l’équipe du Plan Nord qui ne répond pas, relate-t-il. Mantenant qu’on apprend qu’il va se dépenser des milliards de dollars pour un chemin de fer qui va nous concurrencer, c’est dûr à avaler”, soupire M. Tremblay. Lors d’une entrevue l’été dernier, M.Tremblay prenait pour acquis la contribution de Québec, tout comme les minières, d’ailleurs.

Armand Mackenzie, qui parle au nom des Innus de Sept-iles, prévient: “Le CN n’a eu aucune discussion avec nous. C’est pourtant notre territoire et il faut notre consentement. Le moins qu’on puisse dire c’est qu’il faudrait ouvrir les canaux de communications”.

Le conseil de bande de Uashat Maniotenam devait aborder cette question lors d’une rencontre avec le premier ministre Charest à Sept-iles le 26 mars.

À lire aussi :

Primeur: Bataille ferroviaire dans le Nord

Côte-Nord: un chemin de fer du CN-Caisse opérationnel dès 2017

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

La Banque du Canada maintient son taux directeur Ă  0,25%

11:22 | AFP

« L’économie canadienne semble avoir évité le scénario le plus pessimiste ».

Ă€ surveiller: Lyft, Air Canada et Dollarama

Que faire avec les titres de Lyft, Air Canada et Dollarama? Voici quelques recommandations d'analystes.

Les ventes de voitures ont chuté de 44% en mai au pays

Il s’agit malgré tout d’une amélioration comparativement à l’effondrement de 74,6 % du marché en avril.