Naissance d'une « caisse de dépôt » autochtone

Publié le 29/09/2012 à 00:00, mis à jour le 02/10/2012 à 09:37

Naissance d'une « caisse de dépôt » autochtone

Publié le 29/09/2012 à 00:00, mis à jour le 02/10/2012 à 09:37

Par Suzanne Dansereau

L'Institut culturel cri d'Oujé-Bougoumou, un investissement de 14 M$

Le Grand Conseil des Cris vient de se doter d'un bras financier lui permettant d'investir, avec Québec ou des partenaires privés, dans des entreprises non cries.

L'opération consistera à remplacer le Bureau d'indemnité cri et la Société Eeyou de la Baie-James par un nouvel outil appelé la Société de développement crie. Elle sera dotée d'un budget d'au moins 250 millions de dollars, auquel pourront s'ajouter des fonds gouvernementaux et privés jusqu'à un montant équivalent.

Le but est de centraliser les ressources des deux organisations pour créer un bras financier moderne, capable d'investir dans des projets situés sur le territoire du Plan Nord. Objectif : apporter à la nation crie une nouvelle vague de développement fondée sur la compétitivité et la profitabilité.

« Je comparerais notre nouvelle société à votre Caisse de dépôt et placement », a déclaré en entrevue le directeur général du Grand Conseil des Cris, Bill Namagoose.

Des avis partagés

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Vers la création d'un troisième parti à Washington?

15/01/2021 | François Normand

ANALYSE — L'histoire américaine est parsemée de tiers partis ou de candidats indépendants lors des présidentielles.

Étude WOW 2020: les champions de l'expérience client en temps de pandémie

15/01/2021 | Kévin Deniau

ÉTUDE WOW 2020. Les Aliments M&M et Simons arrivent en tête de liste.

#Onestouvert, un mot-clic au secours des restaurateurs

15/01/2021 | Catherine Charron

L'expression «est venue d’un franchisé à bout de souffle qui voulait juste faire entendre qu’il était ouvert »