Naissance d'une « caisse de dépôt » autochtone

Publié le 29/09/2012 à 00:00, mis à jour le 02/10/2012 à 09:37

Naissance d'une « caisse de dépôt » autochtone

Publié le 29/09/2012 à 00:00, mis à jour le 02/10/2012 à 09:37

Par Suzanne Dansereau

L'Institut culturel cri d'Oujé-Bougoumou, un investissement de 14 M$

Le Grand Conseil des Cris vient de se doter d'un bras financier lui permettant d'investir, avec Québec ou des partenaires privés, dans des entreprises non cries.

L'opération consistera à remplacer le Bureau d'indemnité cri et la Société Eeyou de la Baie-James par un nouvel outil appelé la Société de développement crie. Elle sera dotée d'un budget d'au moins 250 millions de dollars, auquel pourront s'ajouter des fonds gouvernementaux et privés jusqu'à un montant équivalent.

Le but est de centraliser les ressources des deux organisations pour créer un bras financier moderne, capable d'investir dans des projets situés sur le territoire du Plan Nord. Objectif : apporter à la nation crie une nouvelle vague de développement fondée sur la compétitivité et la profitabilité.

« Je comparerais notre nouvelle société à votre Caisse de dépôt et placement », a déclaré en entrevue le directeur général du Grand Conseil des Cris, Bill Namagoose.

Des avis partagés

À la une

Déploiement des tests de dépistage rapides au bureau

Il y a 23 minutes | La Presse Canadienne

Un programme de dépistage rapide est déployé partout au pays pour détecter les infections asymptomatiques.

Les ventes des détaillants ont chuté pendant la 3e vague de COVID-19

Les ventes au détail ont diminué de 5,7% au Canada, mais de 1,8% seulement au Québec.

La pénurie de main-d'oeuvre s'aggrave au Québec et au Canada

Le taux de postes vacants a augmenté de 14,4% au premier trimestre par rapport à l'an dernier dans la province.