Fiscalité d'entreprise, la question à 1 M$

Offert par Les Affaires


Édition du 14 Mars 2015

Fiscalité d'entreprise, la question à 1 M$

Offert par Les Affaires


Édition du 14 Mars 2015

[Photo: iStock]

Quelle que soit la stratégie de placement adoptée, les chefs d'entreprise omettent souvent de considérer la question fiscale. Une erreur regrettable, car la fiscalité peut permettre d'économiser en impôt des sommes parfois significatives.

Cliquez ici pour consulter le dossier Gestion des liquidités

En temps de crise, les entrepreneurs qui enregistrent quelques excédents de trésorerie peuvent être tentés par certaines stratégies de placement. Cependant, dans le maquis de la fiscalité, il faut connaître quelques principes de base avant de se lancer dans ces opérations.

«Il existe beaucoup de règles méconnues qui s'appliquent aux sociétés par actions, aux fiducies, aux individus ou aux sociétés de personnes... Le contexte peut être différent selon qu'on réside au Québec ou ailleurs», explique Daniel Fortin, associé, services fiscaux chez PwC. Il rappelle que la coexistence des deux paliers gouvernementaux n'aide pas à éclairer les entrepreneurs.

Le principe d'intégration

Bien que le système canadien fasse en sorte que l'imposition des revenus soit à peu près la même, que les sommes soient détenues par un individu ou par une société, «de nouvelles dispositions adoptées par le gouvernement du Québec font qu'un particulier qui a des revenus annuels de 100 000 à 125 000 $ au moins profiterait d'un léger avantage s'il les touchait par l'intermédiaire d'une société plutôt qu'en tant que particulier, ce qui n'était pas le cas il y a cinq ans», avance Anne-Marie Dupras, associée en fiscalité chez Deloitte. En effet, le taux d'imposition sur les intérêts est de 46,57 % pour les sociétés, par rapport à 49,97 % pour un particulier. Même tendance en ce qui concerne l'imposition des dividendes (33,33 %, par rapport à 35-38 % pour un particulier) et les gains en capital (23,03 %, par rapport à 25 %).

De même, les revenus issus de dividendes sont moins taxés que les intérêts, car «contrairement à d'autres pays comme les États-Unis, le gouvernement tient compte du fait que les dividendes ont déjà été imposés au niveau de la société. Il s'agit du principe d'intégration», souligne Mme Dupras.

Ainsi, si une entreprise détient des placements, par exemple des actions en Bourse d'une société publique ou privée, et qu'elle réalise un gain lors de la vente de ce placement, «ce gain ne sera imposable qu'à hauteur de 50 %, tandis que la portion non imposable pourra être reversée sans impôt, sous forme de dividendes en capital, à un actionnaire», souligne Anne-Marie Dupras. Un élément de planification financière qui pourrait s'avérer intéressant et dont il faudrait tenir compte.

Cliquez ici pour consulter le dossier Gestion des liquidités

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

À la une: certifié Québec

Édition du 15 Juin 2019 | Les Affaires

Cette semaine, la naissance divers programmes de promotion d'achat local, comme la certification «Bien fait ici».

À la une: le promoteur qui voulait construire autrement

Édition du 01 Juin 2019 | Les Affaires

Cette semaine, KnightsBridge est déterminée à révolutionner l’industrie de la construction.

À la une

La Fed réfléchit à une éventuelle baisse des taux d'intérêt

13:24 | AFP

Depuis mai dernier, « le tableau a changé », explique le président de la Banque centrale.

Guerre commerciale: FedEx poursuit le gouvernement américain

FedEx a déposé lundi une poursuite judiciaire contre le gouvernement américain.

Victime d'une fraude? Faites comme Desjardins!

«Je dois souligner le professionnalisme et le sérieux de la réponse de la part du président M. Cormier».