Atelier d'usinage Mont-Laurier: construire, une décision difficile mais payante

Publié le 21/11/2016 à 13:47

Atelier d'usinage Mont-Laurier: construire, une décision difficile mais payante

Publié le 21/11/2016 à 13:47

Dany Diotte, copropriétaire et directeur de l’Atelier d'usinage Mont-Laurier

Atelier d’usinage Mont-Laurier avait passé 43 ans dans les mêmes locaux, qui avaient subi trois agrandissements. La décision de construire une nouvelle bâtisse a été difficile à prendre mais l’entreprise, qui a emménagé en 2014, s’en félicite tous les jours.


Tout est parti du constat que l’usine n’était plus adaptée à la modernisation que visait Atelier d’usinage Mont-Laurier, qui fait de l’usinage, des travaux de soudure, des réparations et de la conception hydrauliques et mécaniques de machines. « On a travaillé avec une firme pour faire du développement des affaires et en visitant des entreprises de notre secteur, on s’est rendu compte qu’on devait moderniser nos installations. Sauf que nos locaux étaient trop désuets pour faire ces améliorations », se souvient Dany Diotte, copropriétaire et directeur de l’Atelier.


Il a alors fallu se poser la question du déménagement. « On a analysé tous nos procédés et étudié la possibilité de réorganiser l’espace actuel mais il aurait fallu tout refaire car le bâtiment n’était pas assez haut», explique Dany Diotte. Lui et ses deux frères, qui ont racheté l’entreprise avec leur père – il y était gérant depuis plusieurs années – au fondateur en 2010, ont quand même failli prendre cette option… Jusqu’à ce qu’ils sachent le coût d’une bâtisse neuve. « Les soumissions s’élevaient à 3 millions de dollars, poursuit le directeur. Le montant nous a inquiété. Du coup, on a essayé de trouver une solution à tous les points négatifs de la bâtisse qu’on occupait pour ne pas avoir à déménager. On ne voulait pas mettre nos maisons en garantie d’un prêt pour une nouvelle construction. » Le père, quant à lui, voyait les avantages d’une bâtisse déjà payée…


Doublement de la surface


Après une analyse poussée du plan stratégique et des perspectives de croissance, les frères Diotte ont finalement tenté l’aventure et ont fait construire une nouvelle bâtisse de plus du double de la surface de l’ancienne (24 900 pi2 contre 9600 pi2 avant). « Finalement, on s’est rendu compte qu’avec nos chiffres, c’était faisable et qu’une nouvelle bâtisse allait nous permettre de faire croître notre chiffre d’affaires », poursuit Dany Diotte. Pour limiter les coûts, l’un des frères propriétaires, Dominique Diotte, s’est chargé de superviser le chantier de construction et ils ont fait certains travaux eux-mêmes comme poser la céramique. « Mon frère était sur le chantier, il a suivi le dossier à la loupe pour qu’on n’ait pas de dépassements de coûts. Nous avons aussi choisi de fournir nous-mêmes les matériaux au contracteur, à qui on a proposé d’être partenaire, si bien que nous avons nous-mêmes négocié le prix des fournitures. Au final, ça nous a coûté moins cher que prévu !», se réjouit le directeur.


Les frères étaient déjà propriétaires d’un terrain situé à quelques kilomètres du site historique de l’entreprise, proche de la route 117. Il offre un bon emplacement puisqu’il est visible de la route, que les clients traditionnels de l’Atelier – des entreprises dans la foresterie essentiellement- empruntent souvent.


Il a fallu neuf mois de travaux. La nouvelle bâtisse, dont l’aménagement a été pensé par une firme spécialisée, Progima, comportait des espaces laissés vides en attendant une éventuelle croissance. « On avait prévu un local pour mettre deux nouvelles machines qu’on ne pensait pas devoir acheter avant quatre ou cinq ans, dit Dany Diotte. Finalement, grâce à la croissance de nos activités, on a dû les acheter dans la première année qui a suivi notre emménagement ! »


Forte croissance à la clé


Prévoyants, les frères ont déjà pris une option sur un terrain adjacent que le propriétaire pense vendre prochainement. Ils pourraient en avoir besoin plus vite que prévu tant l’entreprise croît. Elle est en passe de doubler son chiffre d’affaires de 2012, a embauché sept personnes au lieu des deux prévus pour passer de 11 à 18 employés en un an au moment de déménagement, en 2014.


Cette évolution a été rendue possible par les nouveaux bâtiments qui ont été l’occasion d’optimiser l’organisation de ses locaux et de moderniser ses installations. Outre l’achat de nouvelles machines, l’entreprise en a profité pour installer des ponts roulants partout dans l’usine alors qu’ils étaient peu nombreux dans l’ancienne bâtisse. « On a accru l’automatisation et les nouvelles machines nous ont permis de faire des tâches qu’on ne pouvait pas faire avant. La nouvelle bâtisse, qui comprend huit portes de garage contre trois auparavant, fait qu’on peut prendre plus de travail et des tâches plus volumineuses », explique Dany Diotte.


L’entreprise a également profité de l’occasion pour améliorer les conditions de travail des employés en bâtissant des lieux «avec de grandes fenêtres partout, des portes de garage non opaques pour que la lumière du jour puisse rentrer, avec une salle de sport et une grande cafétéria aérée et équipée », énumère Dany Diotte, qui n’a


 

À suivre dans cette section


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

10 choses à savoir mercredi

Il y a 27 minutes | Alain McKenna

La CIA sur Instagram, la viande végétale de Beyond Meat chez IGA, une exposition pour comparer les pollutions urbaines.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi

07:03 | LesAffaires.com et AFP

«Nous prêterons attention aux résultats de ATT, Boeing, Caterpillar, Facebook, Microsoft, Tesla et Visa.»

Titres en action: Netflix, SAP, Canon...

Mis à jour à 07:10 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.