CIMA+ voit ses efforts récompensés


Édition du 25 Octobre 2023

CIMA+ voit ses efforts récompensés


Édition du 25 Octobre 2023

Par Sophie Chartier

Suzanne Demeules, vice-présidente aux transports à CIMA+ et présidente du conseil d’administration de l’Association des firmes de génie-conseil (Photo: courtoisie)

GÉNIE-CONSEIL. En mars dernier, CIMA+ devenait la première firme de génie-conseil au Canada à obtenir la certification Parité (catégorie bronze) de La gouvernance au féminin, un organisme sans but lucratif qui vise le développement du leadership féminin en entreprise. Une consécration qui vient couronner plusieurs années d’efforts rigoureux, selon les dirigeants à l’origine de la démarche.

« Nous sommes fiers, car les critères de La gouvernance au féminin sont très rigoureux », dit par écrit Denis Thivierge, président et chef de la direction de CIMA+, à Les Affaires. Lui et Suzanne Demeules, vice-présidente aux transports à CIMA+ — et présidente du conseil d’administration de l’Association des firmes de génie-conseil — ont été les deux « commanditaires de l’initiative », dit-il. 

Cette marque de reconnaissance est une preuve que la firme prend la chose au sérieux, selon Suzanne Demeules. « C’est vraiment un engagement que l’entreprise a pris, dit-elle. Ça va nous permettre de poser d’autres actions concrètes, de nous améliorer, d’implanter plus de politiques pour donner une chance égale aux femmes et aux hommes, et ce, à tous les niveaux hiérarchiques de l’entreprise. »

Denis Thivierge précise que le souci de la parité n’est pas nouveau à CIMA+. « Nous nous sommes dotés d’un cadre de référence et des objectifs à atteindre en ce sens il y a déjà quelques années, dit-il. Ainsi, nous n’avons pas eu à faire des changements à l’organisation pour obtenir la certification. Ce désir d’inclusion fait partie de nos pratiques d’affaires. » Par exemple, le conseil d’administration de la firme est paritaire depuis 2021, dit le dirigeant. La définition de la parité de La gouvernance au féminin demande un taux de femmes au sein de la haute direction entre 40 % et 60 %. « Aujourd’hui, quatre des six administrateurs indépendants [du conseil d’administration] sont des femmes », dit Denis Thivierge.

 

Des pratiques concrètes 

La gouvernance au féminin est né en 2010 et décerne depuis 2017 des certifications Parité de quatre catégories (bronze, argent, or et platine). « C’est très rigoureux, dit Suzanne Demeules. On a un questionnaire d’une centaine de questions, réparties en différentes catégories, à remplir chaque année. »

Les candidats sont évalués en fonction des exemples concrets apportés pour démontrer leur implication. « Le questionnaire se fait en ligne, donc c’est assez simple, mais le processus est plutôt difficile et laborieux pour les gens », dit Negar Haghighat, vice-présidente à la stratégie de La gouvernance au féminin. « En soutien aux réponses, on demande des exemples de politiques d’entreprises, de communications internes, de programmes adressés aux employés… On veut consulter les documents et l’organisation doit les télécharger avec leur formulaire. C’est un travail qui peut nécessiter entre 10 et 20 heures pour les entreprises. »

L’évaluation, en trois étapes, est, elle aussi, rigoureuse. « Une première personne à l’interne évalue les réponses, puis une deuxième personne repasse par l’évaluation. Ensuite, nos consultants externes, qui sont Accenture, Mercer et Willis Towers Watson, révisent les scores que l’on a donnés et vérifient que notre notation reflète bien le niveau de l’organisation. »

 

Ne pas s’arrêter là

« C’est très valorisant, parce que ça montre qu’on a une volonté réelle de faire une place aux femmes, d’autant plus qu’on est dans un milieu très masculin », dit Suzanne Demeules. 

CIMA+ souhaite faire avancer encore plus ses pratiques en matière de parité, et espère obtenir un degré de certification plus élevé, disent les deux dirigeants. « Nous avons proposé un plan à l’ensemble de l’organisation afin de nous assurer que l’équité, la diversité et l’inclusion sont transversales et font partie de tout ce qu’on fait. Cela doit devenir un réflexe pour l’ensemble du personnel », dit Denis Thivierge. 

Plusieurs nouvelles mesures ont été mises en place en cours d’année, souligne le chef de la direction. « Nous nous sommes fixé comme objectif d’atteindre un niveau de représentation de 40 % de femmes dans nos programmes de stages et de bourse. Nous avons aussi l’objectif de former davantage les membres de la direction sur l’EDI [équité, diversité et inclusion], incluant le concept d’intersectionnalité. De plus, depuis le 1er mai 2023, nous avons mis en place un programme de suppléments aux prestations de maternité. » 

Preuve que les choses changent dans une industrie historiquement dominée par les hommes, une autre organisation du monde du génie a obtenu la certification Parité de La gouvernance au féminin. Il s’agit de l’École de technologie supérieure (ÉTS), qui a obtenu la catégorie Argent, deux ans après avoir obtenu la catégorie Bronze, en 2021.

Sur le même sujet

Génie: regarnir les rangs de la profession

Édition du 20 Mars 2024 | Simon Lord

MOIS DU GÉNIE. D'ici 10 ans, la demande de travailleurs connaîtra une croissance de 40%.

Les firmes tentent de rester en phase avec le marché

Édition du 20 Mars 2024 | Simon Lord

MOIS DU GÉNIE. La transition énergétique et le développement de l'IA influenceront les besoins de l'industrie.

OPINION L'économie circulaire, une tendance majeure en génie
Édition du 20 Mars 2024 | Simon Lord
Miser sur les collaborations régionales pour recruter
Édition du 20 Mars 2024 | Simon Lord
Les portes s'ouvrent pour les ingénieurs entrepreneurs
Édition du 20 Mars 2024 | Simon Lord

À la une

Commerce Québec-France: allez, on peut en faire plus!

ANALYSE. Les premiers ministres Gabriel Attal et François Legault ont plaidé pour hausse majeure de nos échanges.

Oatbox à l’assaut de l’Ontario avec le Fonds de solidarité FTQ

12/04/2024 | Emmanuel Martinez

Le fabriquant de boisson d'avoine montréalais Oatbox a reçu 5M$ du Fonds de solidarité FTQ.

Bourse: Toronto perd près de 1%

Mis à jour le 12/04/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les tensions géopolitiques et l’inflation ont déprimé les investisseurs à la Bourse de New York.