«Aujourd'hui, être administrateur, c'est l'fun à mort!» - Robert Tessier, président du conseil, Caisse de dépôt et placement du Québec

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Septembre 2014

«Aujourd'hui, être administrateur, c'est l'fun à mort!» - Robert Tessier, président du conseil, Caisse de dépôt et placement du Québec

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Septembre 2014

Par Diane Bérard

Robert Tessier, président du conseil, Caisse de dépôt et placement du Québec. [Photo: Jérôme Lavallée]

Montréal accueille cette semaine le Congrès national de l'Institut des administrateurs de sociétés (IAS). L'événement se déroulera sous le thème de la transformation et de l'innovation. Les Affaires en discute avec Robert Tessier, administrateur de l'IAS et président du conseil de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Cliquez ici pour consulter le dossier Former un CA: enjeux et obligations

Diane Bérard - On imagine plus facilement des entreprises innovantes que des conseils d'administration innovants...

Robert Tessier - C'est vrai. Ce n'est pas une association que l'on fait naturellement. Par définition, un CA est plus proche du conservatisme que de l'innovation. Mais les temps changent. Nous sommes entrés dans un cycle économique très difficile. Les risques se multiplient. Tous les acteurs, y compris les conseils, doivent répondre avec des façons de faire différentes.

D.B. - Comment le CA de la Caisse de dépôt et placement décline-t-il la notion d'innovation ?

R.T. - Notre innovation la plus importante est l'ajout de femmes. Le gouvernement du Québec a établi une règle qui incite les sociétés d'État à atteindre la parité. Ce n'est pas une obligation, mais c'est souhaitable. La Caisse a décidé d'emboîter le pas. Cela s'est fait progressivement. Aujourd'hui notre conseil compte 5 femmes sur 12.

D.B. - Innover doit rapporter. En quoi ajouter des femmes au CA de la Caisse rapporte-t-il ?

R.T. - Soyons clairs, toutes les administratrices recrutées ont été choisies pour leurs compétences. Nous n'avons pas simplement ajouté des femmes, nous avons complété notre palette d'expertise. Un conseil est aussi fort que la somme de ses administrateurs. Tout est question d'équilibre. Ajouter des femmes apporte de nouvelles compétences.

D.B. - Il y a aussi des bénéfices intangibles...

R.T. - En effet, ces femmes n'apportent pas que leur expertise. Je dois reconnaître qu'elles diffèrent des administrateurs. Depuis qu'elles sont plus nombreuses, le ton a changé lors des réunions. Il est plus... civilisé. Les femmes ont aussi un effet d'entraînement sur l'étude des dossiers. Elles creusent davantage. Quand un élément n'est pas clair, elles posent davantage de questions. Elles n'ont pas de problème d'ego. Ça pousse les autres administrateurs à faire de même.

Cliquez ici pour consulter le dossier Former un CA: enjeux et obligations

À suivre dans cette section


image

Service à la clientèle

Mercredi 25 novembre


image

DevOps

Mercredi 09 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 26 janvier


image

Sommet en finance

Jeudi 11 février


image

Contrats publics

Mardi 09 mars

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Retraite: plus de transparence demandée par des gestionnaires de fonds

Huit fonds exhortent les entreprises à divulguer des données environnementales, sociales et de gouvernance complètes.

Slack dans le viseur de la société américaine Salesforce

13:33 | AFP

L’action de Slack, entrée à Wall Street en juin 2019, a pris jusqu’à 32 % après la publication de cette information.

Joe Biden pourrait renoncer à hausser l’impôt des entreprises

En campagne électorale, Joe Biden a promis de faire passer le taux d’imposition des sociétés américaines de 21% à 28%.