Quand les cadres retournent sur les bancs d'école

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Janvier 2021

Quand les cadres retournent sur les bancs d'école

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Janvier 2021

Nadine Renaud-Tinker

La présidente de la Banque Royale du Canada au Québec, Nadine Renaud-Tinker (Photo: courtoisie)

FORMATION MBA POUR CADRES ET DIRIGEANTS. La présidente de la Banque Royale du Canada (RBC) au Québec, Nadine Renaud-Tinker, a rapidement accepté l’offre de l’Université Concordia d’être la « championne de classe » de la cohorte 2020-2022 de sa maîtrise en administration des affaires pour cadres et dirigeants (EMBA). « J’ai souvent prononcé des conférences, mais là, on me proposait de jouer un rôle d’accompagnement plus structuré auprès de gestionnaires expérimentés, c’est très intéressant et motivant », confie-t-elle.

Nadine Renaud-Tinker a elle-même complété un EMBA à l’Université d’Athabasca, à Calgary, entre 2013 et 2016. Elle était alors vice-présidente régionale, marchés intégrés à la RBC et gérait 14 succursales, des planificateurs financiers ainsi que des services aux PME. « J’avais besoin d’acquérir de nouvelles compétences pour réussir ces mandats, mais également pour poursuivre ma progression dans l’entreprise », reconnaît-elle.

Ironiquement, elle avait choisi l’Université d’Athabasca en raison de la possibilité de suivre une partie de la formation à distance, un bagage qui la sert bien en cette période pandémique. « Je souhaite partager mon expérience avec les étudiants, mais aussi rappeler l’importance de connaître nos propres limites et de bien équilibrer la vie professionnelle et personnelle », avance la banquière.

 

Une vision plus large

L’EMBA constitue un programme bien particulier. Les cohortes rassemblent des cadres et dirigeants armés de plusieurs années d’expérience en gestion, dont la moyenne d’âge avoisine 40 ans. « On retrouve trois objectifs principaux chez nos inscrits : acquérir de nouvelles compétences pour relever leurs défis de gestion et faire croître leur entreprise, obtenir une promotion et devenir plus attractifs sur le marché du travail », résume André Gascon, directeur des programmes de MBA à l’Université Laval.

Plus un gestionnaire progresse dans son organisation, plus il doit en avoir une vision transversale. « L’EMBA sort les étudiants de leur zone de confort et leur permet d’élargir leurs connaissances dans des domaines qu’ils maîtrisent moins, comme le marketing, les finances ou les opérations, ce qui les aidera à mieux comprendre leur organisation », souligne Sandra Betton, vice-doyenne responsable des programmes de 2e cycle de l’École de gestion John-Molson de l’Université Concordia.

 

Miser sur la diversification

Les EMBA représentent aussi une excellente occasion d’étendre son réseau et d’apprendre d’autres dirigeants qui évoluent dans des secteurs différents et dans des entreprises de tailles variées ou encore dans des organismes à but non lucratif.

« Nous composons toujours nos cohortes pour qu’elles soient très diversifiées, explique Louis Hébert, directeur de la Direction des programmes de MBA et d’EMBA à HEC Montréal. Notre processus de sélection, c’est un peu un “casting” : nous regardons comment chaque candidat pourra contribuer au groupe. »

Le programme de HEC Montréal a la particularité d’être offert en tandem avec l’Université McGill. « Cela représente plusieurs avantages, notamment le fait de compter sur un bassin plus important de professeurs et sur davantage d’expertises, en plus de proposer une formation bilingue », note le professeur Alain Pinsonneault, de l’Université McGill, qui codirige l’EMBA McGill-HEC avec Louis Hébert.

 

Dans l’action

Les EMBA sont très axés sur la pratique. Les étudiants peuvent travailler sur des défis concrets rencontrés par leur organisation et tenter d’y trouver des solutions. Les programmes proposent aussi des projets pour mettre en œuvre les connaissances acquises. L’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal (ESG-UQAM) les invite par exemple à réaliser des projets d’intégration qui visent à appliquer les approches et les concepts abordés pendant les cours à un défi que vit leur entreprise.

Les étudiants peuvent également choisir un cours offert en collaboration avec l’École de technologie supérieure (ÉTS). « Nous formons des équipes composées d’étudiants de l’EMBA et de candidats à la maîtrise en génie de l’ÉTS, qui travaillent ensemble à un projet concret d’innovation, qui est présenté ensuite devant un panel d’experts », décrit Kamal Bouzinab, directeur du EMBA de l’ESG-UQAM.

À l’Université Concordia, les étudiants peuvent choisir entre deux projets pendant leur deuxième année. Le premier consiste en un mandat de consultation auprès d’une organisation – que ce soit celle de l’étudiant ou une autre. En équipe, ils sont invités à imaginer des réponses innovantes au défi identifié dans cette entité. « Un autre cours leur propose carrément d’utiliser leurs nouvelles connaissances afin de développer un plan d’affaire pour un projet de start-up, lequel est ensuite présenté à un panel d’investisseurs potentiels », explique Sandra Betton.

« J’aime beaucoup ce virage vers l’entrepreneuriat, souligne Nadine Renaud-Tinker. Les EMBA accordent de plus en plus d’attention aux compétences entrepreneuriales et cela ajoute à leur valeur. »

Sur le même sujet

MBA: mettre la formation en ligne à profit

Édition du 20 Janvier 2021 | Jean-François Venne

FORMATION MBA POUR CADRES ET DIRIGEANTS. Quoi de mieux pour entreprendre une réorientation de carrière en ces temps...

MBA en santé: apprendre à dompter la bête

Édition du 20 Janvier 2021 | Jean-François Venne

FORMATION MBA POUR CADRES ET DIRIGEANTS. Occuper un poste de gestion dans le système de santé québécois n’est pas...

OPINION S'ouvrir au monde depuis chez soi
Édition du 20 Janvier 2021 | Jean-François Venne
Des EMBA en évolution constante
Édition du 20 Janvier 2021 | Jean-François Venne
Voie rapide pour gestionnaires pressés
Édition du 22 Janvier 2020 | Anne-Marie Tremblay

À la une

Loi 101: aidons les PME à mieux intégrer les immigrants

10/04/2021 | François Normand

ANALYSE. «Le renforcement de la loi 101 ne doit pas alourdir le processus administratif des PME de 25 à 49 employés.»

Faites le choix d'améliorer la qualité de votre portefeuille

09/04/2021 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Pourquoi ne pas choisir nos investissements boursiers selon des critères de sélection?

Créer de la valeur grâce à la responsabilité sociale et environnementale

Mis à jour le 08/04/2021 | lesaffaires.com

LIVRE BLANC. Les pratiques responsables sont loin d’être uniquement l’apanage des grandes entreprises.