S'adapter à la mondialisation des échanges

Publié le 03/09/2013 à 11:38, mis à jour le 23/08/2013 à 14:05

S'adapter à la mondialisation des échanges

Publié le 03/09/2013 à 11:38, mis à jour le 23/08/2013 à 14:05

Ce n’est pas un hasard si le cégep André Laurendeau s’est tourné vers le secteur des marchandises : « Nous avions déjà une solide expertise au niveau du monde de la logistique et des transports. Nous avons voulu développer un AEC en dédouanement de marchandises pour donner des compétences supplémentaires », explique Richard Lavallée, directeur de la formation continue au cégep André Laurendeau.
En raison de la mondialisation de l’économie, les flux de marchandises importées et exportées n’ont cessé de croître. «À chaque fois que les marchandises franchissent des frontières, il y a un suivi à réaliser pour les différents trajets. C’est pourquoi nos cours portent sur toutes les questions importantes : les ententes internationales dans le monde des marchandises, la question de la tarification, le dédouanement de matériel, la gestion des procédures douanières… », rapporte Richard Lavallée.
Ce programme s’adresse avant tout aux professionnels du terrain qui auront à gérer l’importation et l’exportation de marchandises, qu’ils soient coordonnateurs des importations, conseillers en transport, tarificateurs, chefs d’approvisionnement ou encore techniciens comptables.
« C’est un domaine qui peut s’avérer complexe, car il suffit qu’un pays décide de changer ses règles de fonctionnement pour que tout le monde doive s'adapter à la nouvelle réglementation », illustre M. Lavallée.
Bâti sous forme d’un AEC de 420 heures de cours dispensé sur un an, ce programme peut aussi être donné à temps partiel. Il vise à former une vingtaine de personnes par année. Coût : environ 120 dollars par session.

À la une

La start-up de Sherbrooke qui veut commercialiser un médicament

03/03/2024 | Emmanuel Martinez

«Les gens pensent que l’argent coule à flots pour les start-ups, parce qu’on nous montre des exceptions.»

La start-up qui voulait faire économiser 1G$ en soins à l'Amérique du Nord

01/03/2024 | Émilie Parent-Bouchard

Une start-up de Sherbrooke propose des solutions aux victimes d'un traumatisme crânien qui doivent être opérées.

Pas de démondialisation, à l’exception des semi-conducteurs

01/03/2024 | François Normand

ANALYSE. Aucun «ralentissement durable» de la mondialisation, mais on observe une incertitude techno-géopolitique.