Slush Puppie Canada maintient le cap depuis 45 ans

Offert par Les Affaires


Édition du 12 Février 2020

Slush Puppie Canada maintient le cap depuis 45 ans

Offert par Les Affaires


Édition du 12 Février 2020

Par Pierre Théroux

Jean-Rock Beaudoin est président de la filiale canadienne de Slush Puppie, lancée par son père André en 1975 à Gatineau. (Photo: archives Les Affaires - Sébastien Lavallée)

FOCUS RÉGIONAL OUTAOUAIS. Slush Puppie Canada, reconnue pour son logo – un chien à la tuque bleue – poursuit son petit bonhomme de chemin, forte d’une croissance qui ne se dément pas depuis 45 ans. « On continue de lancer de nouveaux produits et d’accroître nos activités partout au pays », souligne fièrement Jean-Rock Beaudoin, président de cette filiale canadienne lancée par son père André en 1975 à Gatineau.

Le vendeur de barbotine Slush Puppie – aujourd’hui propriété de ICEE Company (une division de J&J Snack Foods) – a vu le jour à Cincinnati en 1970. André Beaudoin a rencontré le propriétaire l’entreprise lors d’une foire alimentaire tenue à San Diego et lui a offert d’acheter dix machines à barbotine en retour des droits de vente dans l’ensemble du Canada. Qui est alors devenu le premier pays étranger à en vendre. 

Outre ses célèbres breuvages glacés, Slush Puppie a développé et commercialisé ces dernières années de la barbe à papa et du popcorn qui sont vendus partout au pays. Cette diversification lui permet du même coup d’optimiser les opérations de son usine outaouaise, dont les activités étaient jusqu’alors tributaires d’un produit saisonnier.

« Les barbotines génèrent l’essentiel de nos revenus, mais les ventes de barbe à papa et de popcorn progressent bien », affirme M. Beaudoin, diplômé en administration de l’Université du Québec en Outaouais. Il la relève de son père en 2000, à l’âge de 30 ans.

Nouvelles ententes de distribution

Il y a quatre ans, Slush Puppie a conclu une entente avec le géant de la distribution de breuvages et de produits alimentaires Harlan Fairbanks, qui lui a ouvert les portes de l’Ouest canadien.

En 2018, la PME de Gatineau a décroché un autre accord d’importance avec la société albertaine Parkland, qui venait de mettre la main sur les stations-service Ultramar et sa bannière Dépanneur du Coin au Québec et dans les Maritimes. Alimentation Couche-Tard avait dû se départir après son acquisition de CST Brands, qui exploitait ces marques. Le même Couche-Tard qui est passé de gros client à féroce concurrent il y a 20 ans, alors que la multinationale a décidé de lancer sa propre marque de barbotine, la Sloche. 

Parkland a également permis à Slush Puppie d’accroître davantage sa présence d’un océan à l’autre, comme elle détient des stations-service dans le reste du Canada sous différentes bannières, dont Chevron et Esso, qui exploitent des dépanneurs comme ceux baptisés On the Run/Marché Express. Résultat : « l’entreprise a connu une forte croissance dans l’Ouest canadien et en Ontario ces dernières années », constate M. Beaudoin en précisant que les revenus ont bondi de 50 % depuis 5 ans. 

Au Québec, Slush Puppie mise sur le grossiste alimentaire Beaudry & Cadrin, distributeur de ses produits pour le centre et l’ouest de la province. Celui-ci est notamment propriétaire des bannières Beau-soir, Sermax, Ultra et Marché Éclair.


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Gatineau a la cybersécurité dans sa mire

Édition du 12 Février 2020 | Pierre Théroux

FOCUS RÉGIONAL OUTAOUAIS. Gatineau souhaite devenir une plaque tournante dans le secteur de la cybersécurité...

Gatineau en mission économique à... Montréal et Québec

Édition du 12 Février 2020 | Pierre Théroux

FOCUS RÉGIONAL OUTAOUAIS. Les missions économiques ont généralement lieu à l'étranger, mais celle menée par la Ville...

À la une

COVID-19: comment vivez-vous la crise?

Nous lançons un nouveau rendez-vous: une publication de vos témoignages.

Voici les 4 critères à remplir pour sortir de la crise!

CHRONIQUE. Il y a bel et bien un espoir de mettre fin à la COVID-19, même s'il semble encore loin...

Vers une réouverture des chantiers résidentiels avant le 4 mai?

07/04/2020 | Denis Lalonde

Et si les chantiers résidentiels à travers le Québec pouvaient rouvrir avant le début du mois de mai?