Des feuilles de palmiers... made in Saint-Sauveur!

Offert par Les Affaires


Édition du 26 Octobre 2019

Des feuilles de palmiers... made in Saint-Sauveur!

Offert par Les Affaires


Édition du 26 Octobre 2019

Par Pierre Théroux

Palmex, dont les produits ne renferment aucune substance toxique et sont fabriqués en partie de matériaux recyclés tout en étant 100 % recyclables, déclare ainsi offrir des toitures écoresponsables à sa clientèle. (Photo: Palmex)

FOCUS RÉGIONAL: LAURENTIDES. Le Québec n'est évidemment pas reconnu pour ses palmiers. Bien que si Jacques Cartier avait navigué à l'envers de l'hiver, la rue Sherbrooke serait aujourd'hui bordée de cocotiers, comme le chante Robert Charlebois. N'empêche : à Saint-Sauveur, petite municipalité des Pays-d'en-Haut prisée par les skieurs, une PME fabrique depuis plus de 15 ans des feuilles de palmier synthétiques qu'elle vend dans une soixantaine de pays chauds et même... au Canada !

Les Club Med de l'Île Maurice et des Maldives, l'InterContinental Moorea Resort et Spa, en Polynésie française, et autres complexes hôteliers de prestige situés dans des pays tropicaux de partout dans le monde comptent en effet sur Palmex International pour donner une apparence de toitures tropicales à leurs bâtiments, restaurants, cabanons ou parasols.

Selon ses dires, Palmex serait même le leader mondial dans ce marché en croissance que l'entreprise aurait elle-même créé au début des années 2000. «Plusieurs concurrents ont vu le jour depuis - notamment aux États-Unis et en Chine -, mais on garde l'avance grâce à la qualité de nos produits et à notre réseau de distributeurs qui assurent une présence sur le terrain», affirme son président et cofondateur, Richard Maillé.

Le fruit du hasard

L'idée a d'abord germé dans la tête d'un Français, Jean-Louis Steiner, alors qu'il vivait à Tahiti à la fin des années 1990. Ce dernier avait constaté que les feuilles de palme naturelles se détérioraient rapidement, puis il avait fait part de son idée de créer des feuilles de palmier synthétiques à M. Maillé, avec qui il faisait affaire sur d'autres projets.

À l'époque, ce dernier dirigeait Plastival depuis une quinzaine d'années, une entreprise de Laval spécialisée dans la fabrication de produits de matières plastiques tels que des rampes et des clôtures en PVC. «Sur le coup, je n'étais pas intéressé et je lui ai donné le nom de deux autres entreprises», souligne M. Maillé.

Deux ans plus tard, les deux entrepreneurs se croisent par hasard au Salon de l'habitation de Montréal et, constatant que le projet de M. Steiner n'avait pas avancé, M. Maillé décide finalement de vendre Plastival et de se lancer dans l'aventure en 2003 avec 30 % des parts de la nouvelle entreprise.

Nouveaux marchés

Palmex a réalisé ses premières ventes à l'hôtel Radisson de Tahiti et dans d'autres établissements français, situés dans des régions déjà bien connues de M. Steiner. Les ventes ont fait boule de neige, et les feuilles sont aujourd'hui utilisées dans de nombreux parcs thématiques ou aquatiques et dans des campings. Malgré tout, le marché hôtelier représente encore la majorité des revenus de l'entreprise (50 %), qui a aussi développé le marché résidentiel.

La PME a doublé ses ventes au cours des trois dernières années, qui atteignent maintenant 10 millions de dollars, dont plus de 95 % sont réalisées à l'étranger. Cette croissance tient particulièrement à une présence accrue au Moyen-Orient et en Asie du Sud-Est.

Pour réaliser cette expansion, l'entreprise a même ouvert, en 2014, une usine en Thaïlande. Celle-ci lui permet d'épargner des frais de douane pouvant aller jusqu'à 40 %. «Sinon, on n'aurait jamais pu faire une percée dans les pays de cette région du monde», explique M. Maillé. Cette usine accapare aujourd'hui 20 % de la production de la PME, qui souhaite accroître ce ratio à 25 %.

Palmex fera prochainement une percée au Qatar. Elle lorgne aussi le Brésil, alors que ses produits se retrouvent dans plusieurs pays d'Amérique latine, de même qu'au Maghreb. La PME s'était d'abord établie sur les marchés subsahariens, tels le Sénégal, le Gabon et la Côte d'Ivoire.

Son développement à l'international passe par un réseau de 65 distributeurs. «On en avait 40 il y a trois ans, et on souhaite en compter 85 d'ici quelques années», indique M. Maillé. Pour ce faire, l'entreprise mise sur quatre représentants qui sillonnent régulièrement le monde à la recherche de nouveaux distributeurs et marchés.

Produit sans entretien

Palmex emploie 15 personnes à Saint-Sauveur et une dizaine d'autres en Thaïlande. La PME fait aussi appel à des sous-traitants pour la fabrication par procédé de moulage de ses feuilles de palmiers synthétiques.

Le polymère utilisé est semblable à celui qui entre dans la fabrication de pédalos ou de kayaks, par exemple.

(Photo: Palmex)

Contrairement aux feuilles de palmier naturelles, qui nécessitent l'épandage d'insecticides, de la fumigation ou encore des traitements contre le feu, leurs équivalents synthétiques ne requièrent pratiquement aucun entretien et ont l'avantage d'être ignifuges, résistants à la moisissure et exempts d'infestations ou de nidification, fait valoir l'entreprise.

Autre atout : une durabilité de 50 ans et une garantie de 20 ans, tandis que les toitures en feuilles naturelles doivent être remplacées tous les deux à cinq ans.

L'entreprise ne craint-elle pas que la levée de boucliers contre l'utilisation du plastique freine sa croissance ? «Pour avoir des toitures naturelles, il faut couper des arbres. Elles nécessitent aussi une immense quantité de feuilles. Nos produits ont donc le mérite de protéger des forêts», répond M. Maillé. Sans oublier, ajoute-t-il, que les feuilles naturelles qui se dégradent se dispersent ensuite sur les plages ou dans l'eau, y transportant insecticides et produits ignifuges.

Palmex, dont les produits ne renferment aucune substance toxique et sont fabriqués en partie de matériaux recyclés tout en étant 100 % recyclables, déclare ainsi offrir des toitures écoresponsables à sa clientèle.


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Les Pays-d'en-Haut au rythme de la diversité économique

Édition du 26 Octobre 2019 | Pierre Théroux

FOCUS RÉGIONAL: LAURENTIDES. On y fabrique des avions, des hélicoptères, des autobus électriques, des parkas au...

Tout pour garder les employés dans le secteur

Édition du 26 Octobre 2019 | Pierre Théroux

FOCUS RÉGIONAL: LAURENTIDES. La région des Laurentides aimerait bien garder sur son territoire une partie de ses...

À la une

L'importance du réseau pour les petites entreprises

Édition du 19 Octobre 2019 | Kévin Deniau

ENTREPRENEURIAT: L'APPORT DES TPE. Plutôt que de laisser filer de trop grosses occasions, des TPE travaillent en équipe.

Les très petites entreprises: essentielles à l'économie

Édition du 19 Octobre 2019 | Kévin Deniau

ENTREPRENEURIAT: L'APPORT DES TPE. L'importance des très petites entreprises est bien souvent sous-estimée

Pour les TPE, un parcours parsemé d'obstacles pour atteindre la croissance

Édition du 19 Octobre 2019 | Kévin Deniau

ENTREPRENEURIAT: L'APPORT DES TPE. Seules six TPE sur dix ont connu une croissance positive entre 2012 et 2014.