Deux nouvelles usines intelligentes

Offert par Les Affaires


Édition du 22 Janvier 2020

Deux nouvelles usines intelligentes

Offert par Les Affaires


Édition du 22 Janvier 2020

Par Pierre Théroux
bottes

(Photo: 123RF)

FOCUS RÉGIONAL ESTRIE. Qu’ont en commun le fabricant de bottes et de souliers de travail Royer, fondé en 1934 à Lac-Drolet, et le fabricant de produits de soins corporels et d’entretien ménager écologiques Attitude, lancé en 2006 à Montréal ? Les deux entreprises ont choisi Sherbrooke pour y implanter leurs nouvelles usines intelligentes et faire le virage vers l’industrie 4.0. Et ce, à deux pas l’une de l’autre, dans le Parc industriel régional de Sherbrooke.

La nouvelle usine de Royer, inaugurée l’automne dernier après des investissements de 10 M$, fait place à des technologies de pointe en robotique et automatisation, en vue d’augmenter la productivité. Attitude a pour sa part injecté plus de 15 M$ dans un nouveau site de production interconnecté et flexible, qui lui permettra de moduler la production en fonction des besoins. Les équipements sont interreliés afin de permettre une meilleure analyse en temps réel et du dépannage à distance.

 

Sur le même sujet

L'Estrie «bénie des dieux»

Édition du 22 Janvier 2020 | Pierre Théroux

FOCUS RÉGIONAL ESTRIE. Le dynamisme économique ne se dément pas en Estrie.

Prendre le virage numérique avec Productique Québec

Édition du 22 Janvier 2020 | Pierre Théroux

FOCUS RÉGIONAL ESTRIE. Valorisation des données, Internet des objets, infonuagique, intelligence artificielle...

À la une

Il faut faire la lumière sur Lithium Amérique du Nord

19/06/2021 | François Normand

ANALYSE. Les entreprises doivent pouvoir investir dans environnement d'affaires transparent et prévisible.

Seuls les fous ne changent jamais d'idée

18/06/2021 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Warren Buffett est un bon exemple d'investisseur qui a su s'adapter au fil des années.

Le suspense persiste autour de Lithium Amérique du Nord

18/06/2021 | François Normand

Un juge de la Cour supérieure du Québec a reporté de 10 jours l'audience pour déterminer l'avenir de la minière.