La croissance continue de Fenplast

Offert par Les Affaires


Édition du 01 Juin 2019

La croissance continue de Fenplast

Offert par Les Affaires


Édition du 01 Juin 2019

Par Pierre Théroux

Fenplast, qui emploie 350 personnes, n’a pas trop souffert de la pénurie de main-d’oeuvre qui frappe le Québec. (Photo: Courtoisie)

FOCUS RÉGIONAL: MONTÉRÉGIE. L’image est impressionnante. Pour démontrer l’efficacité de ses fenêtres insonorisées, Fenplast a fait installer une pièce entièrement vitrée en plein coeur d’un festival de musique heavy métal, dans laquelle dorment paisiblement quelques bébés.

Cette campagne de publicité lancée l’an dernier, signée par l’agence de création lg2, a trouvé grand écho sur les réseaux sociaux. Elle prend sa source en 2017, lorsque le fabricant de portes et fenêtres de Candiac a décidé d’accroître sa notoriété. « On avait le même look depuis longtemps et on a voulu améliorer notre image, avoir une plus grande force de frappe », explique le président de Fenplast, Jean Marchand.

Cette année-là, pour poursuivre sa croissance, Fenplast a aussi fait l’acquisition de Fenêtres Lajeunesse, un fabricant de Lanoraie dans la région de Lanaudière.

« L’industrie est en mode consolidation. Il y a beaucoup de dirigeants vieillissants qui souhaitent vendre, mais il y a aussi plusieurs fabricants qui n’ont pas la masse critique pour investir et répondre aux besoins et normes du marché », explique Jean Marchand. 

Fenplast a été fondée en 1989 par Jean Marchand et ses frères aînés Daniel et Pierre. « Mes deux frères travaillaient dans la vente et l’installation de fenêtres. Ils voyaient venir la vague des fenêtres en PVC et ils ont décidé de lancer leur propre entreprise de fabrication », raconte Jean Marchand, qui a même quitté ses études universitaires en administration pour participer à l’aventure. « Je n’étais pas très bon en classe, de toute façon », blague-t-il.

L’entreprise s’installe alors dans un petit établissement de 8 000 pieds carrés, situé dans le parc industriel de Delson, où elle fabriquait alors uniquement des fenêtres à battant en PVC. Au fil des ans, et de l’ajout d’autres types de fenêtres, Fenplast fera plusieurs agrandissements et déménagera en 2012 dans une nouvelle usine de 225 000 pi2 à Candiac.

L’usine de 40 000 pi2 de Delson, toujours en exploitation, est utilisée pour faire la transformation du PVC. Car l’entreprise est l’un des rares manufacturiers canadiens dont la production est entièrement intégrée verticalement, de l’extrusion à la fabrication des fenêtres, en passant par l’assemblage. « Nous achetons le PVC, qui arrive par train, et nos équipements de moulage et de profilage en font la transformation », précise M. Marchand. 

Diversifier ses marchés

Le Québec génère 95 % des ventes de Fenplast qui souhaite accroître sa présence dans ses autres marchés, en Ontario et au Nouveau-Brunswick. La diversification des marchés passe aussi par de nouveaux clients, alors que Fenplast s’est lancée en 2015 dans la vente directe de ses produits auprès d’entrepreneurs en construction, et non plus seulement par le biais de son réseau de détaillants.

L’entreprise, qui emploie 350 personnes, n’a pas trop souffert de la pénurie de main-d’oeuvre qui frappe le Québec. Jusqu’à aujourd’hui, du moins, alors qu’elle doit combler une quarantaine de postes. « Cette année, pour la première fois, c’est plus difficile de recruter », constate-t-il.

Pour y arriver, elle mise entre autres sur sa requalification en 2019 au programme des Sociétés les mieux gérées au Canada de la firme Deloitte, dont elle avait été lauréate lors des éditions 2014 à 2017. « C’est un atout de taille. Surtout pour recruter des cadres professionnels », fait valoir M. Marchand.

L’entreprise fait d’ailleurs des campagnes sur les médias sociaux et a récemment tenu une journée portes ouvertes pour attirer des employés. Elle souhaite sûrement que ses initiatives fassent plus de bruit que ses propres fenêtres.

À la une

«On réinvestit dans la croissance pour capter les occasions qui se multiplient», Patrick Decostre, PDG de Boralex

Patrick Decostre, PDG de Boralex, a répondu à nos questions sur ses nouvelles orientations stratégiques et financières.

Boralex veut doubler sa puissance d'ici 2025, et encore d'ici 2030

Cette croissance se fera d’abord par la multiplication de son empreinte dans le solaire et aux États-Unis.

Boralex se lance dans le partage de terrains pour le solaire

14/06/2021 | François Normand

Comme les terrains sont rares, le producteur d'énergie verte se lance dans l’agrivoltaïsme avec la française Sun’Agri.