La Russie: quel est l'état du marché?

Offert par Les Affaires


Édition du 08 Octobre 2016

La Russie: quel est l'état du marché?

Offert par Les Affaires


Édition du 08 Octobre 2016

Par François Normand

[Photo: 123rf]

La Russie est toujours en récession, mais le pays devrait renouer avec la croissance en 2017, estime le FMI. Comme le pays est un important producteur de pétrole et de gaz naturel, il a été très touché par la chute du prix des ressources naturelles.


Les sanctions économiques des Occidentaux à l'égard de la Russie, dans la foulée de son intervention en Crimée (annexée à la Russie en 2014, à la suite d'un référendum) et dans l'est de l'Ukraine, ont aussi plombé l'économie.


Le pays a d'autres faiblesses structurelles, selon MRB : la population russe diminue et le gouvernement dépend beaucoup des revenus tirés des hydrocarbures. «Les revenus pétroliers peuvent représenter jusqu'à 75 % des revenus du gouvernement fédéral», souligne Mehran Nakhjavani, associé de la maison.


Malgré tout, les investissements se sont stabilisés et la production industrielle s'accélère, stimulée par la baisse du prix du pétrole et la dépréciation du rouble. Le secteur de la consommation est très fort en Russie, mais essentiellement à Saint-Pétersbourg et à Moscou.


Quels sont les meilleurs FNB pour y investir ?


Daniel Straus est favorable au fondsVanEck Vectors Russia (RSX), qui investit principalement dans l'énergie, les matériaux de base et les sociétés financières.


Pour sa part, Michel Doucet recommande le fonds iShares MSCI Russia Capped (ERUS), qui expose l'investisseur à une foule d'entreprises, comme Gazprom et Sberbank. «Mais il y a un risque à propos de l'énergie», précise le gestionnaire de Desjardins, car ce créneau correspond à lui seul à 49,78 % de la répartition sectorielle du FNB.


Alain Desbiens reste ici aussi prudent et suggère le même FNB que dans le cas du Brésil, soit le FINB BMO MSCI marchés émergents (ZEM). La Russie constitue 3,58 % de la répartition du fonds. Comme la Russie est un important producteur et exportateur de ressources naturelles, elle est pénalisée par l'actuelle faiblesse des prix sur les marchés mondiaux, explique-t-il.


Quels sont les risques politiques ?


Le parti du président Vladimir Poutine, Russie unie (qui a remporté sans surprise l'élection législative du 18 septembre), restera dominant, mais l'unité va s'effriter, affirme Eurasia Group dans une analyse.


Une situation qui pourrait rendre plus difficile la mise en place de politiques dans un contexte de difficultés économiques et de baisse du niveau de vie.


Trajectoire politique du pays : Eurasia a une évaluation neutre à court terme et négative à long terme.


En chiffre...


→ Croissance du PIB : - 0,5 % (en 2016) et 1 % (en 2017)


→ Inflation : 5,3 %


→ Taux de change (rouble russe) : 1 RUB = 0,0154 $ US


→ Ratio cours/bénéfice pour 2017 : 7,6


→ Moyenne historique sur 10 ans : 7,8


Sources : FMI, OCDE, Bloomberg, Economist Intelligence Unit


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

À la une

La résilience de la Bourse surprend encore

BLOGUE. La confiance des consommateurs et le rebond des mises en chantier font espérer que l'économie tient bon.

Pourquoi le changement climatique menace les investisseurs

18/05/2019 | François Normand

ANALYSE - La Banque du Canada met en garde les investisseurs contre les actifs échoués ou Stranded Assets.

Pourquoi Donald Trump s'attaque à la Chine

17/05/2019 | François Normand

BALADO - La Chine veut devenir numéro un en termes de qualité dans 10 secteurs clés à la base de l'économie américaine.