Charmer les investisseurs est un art

Publié le 15/03/2023 à 09:30

Charmer les investisseurs est un art

Publié le 15/03/2023 à 09:30

Par Claudine Hébert

Rodolphe Barrere, cofondateur et PDG de Potloc (Photo: courtoisie)

FINANCEMENT D'ENTREPRISE. Deux entreprises ayant récemment obtenu du succès lors d’importantes rondes de financement nous expliquent les éléments clés de leur réussite.

Ce n’est ni une, ni deux, ni trois, mais quatre rondes de financement que Potloc, entreprise spécialisée dans les études de marché via les réseaux sociaux, a déjà réalisé depuis sa création en 2014. Lors de la toute dernière, conclue en février 2022, l’entreprise a dû refuser des offres tellement ses technologies d’étude de marché ont séduit la galerie.

Au cours de cette 4e ronde à laquelle ont participé Investissement Québec, First Ascent Ventures et les investisseurs initiaux Brightspark Ventures, Desjardins Capital, Cap Horn, Fonds Ecofuel ainsi que le Fonds de démarrage de BDC Capital, Potloc visait à obtenir 35 millions de dollars (M$). « Nous avons reçu pour 100 M$ d’offres », indique Rodolphe Barrere, cofondateur et PDG de la PME montréalaise de 250 employés qui a amassé 58 M$ jusqu’à présent.

Comment expliquer un tel succès en matière de financement ? « Nous sommes en mesure de démontrer à nos investisseurs que nos technologies de sondage vont renverser la vapeur à l’échelle internationale », indique l’entrepreneur qui a été nommé parmi les meilleurs dirigeants du secteur des technologies sur la liste « Forbes Under 30 » en 2021.

Potloc, dit-il, se distingue par sa capacité unique de cibler un créneau pour sonder les consommateurs et les professionnels que personne d'autre ne peut atteindre. L’entreprise vise un marché de 100 milliards de dollars (G$).

Outre le pouvoir de persuasion, Rodolphe Barrere insiste également sur un point. « Il est très important, dit-il, de développer une relation d’égal à égal. Nous ne sommes pas des quêteux. Nous sommes un véhicule de placement pour les investisseurs. Ces derniers cherchent un bon partenaire d’affaires, tout comme nous. C’est comme choisir un associé. Il faut donc sélectionner ses investisseurs avec diligence », explique le gestionnaire.

Le processus est long. « Avant d’investir de grosses sommes, les investisseurs exigent des documents de présentation de dizaines de pages. Ils vont aussi revirer de bord en bord l’entreprise. Ils posent des questions et il faut avoir les réponses. Lors de notre dernière ronde, ce sont près de 200 échanges qui ont eu lieu pour mener à la conclusion du financement », dit-il.

Enfin, l’entrepreneur demeure conscient que d’une ronde à l’autre, les parts qu’il détient dans l’entreprise diminuent. « C’est un choix. Mais mieux vaut avoir une petite part au sein d’un gros gâteau qu’avoir un gros morceau au sein d’un petit. »

 

Faire battre le cœur des patients… et des investisseurs

Le contexte économique ne nuit pas aux ambitions de la start-up montréalaise Puzzle Medical. Au contraire. L’entreprise qui vient de clôturer sa ronde de financement de série A de 34 M$ au tout début du mois de février aurait pu aisément amasser le triple d’argent tellement les investisseurs étaient au rendez-vous, signale sa cofondatrice et PDG, Jade Doucet-Martineau.

Il faut savoir que Puzzle Medical, née de trois étudiants de l’ÉTS (Jade Doucet-Martin, François Trudeau et Gabriel Georges) développe une pompe cardiaque percutanée conçue pour soutenir les fonctions cardiaque et rénale chez les patients souffrant d'insuffisance cardiaque avancée. « Dès le lancement de notre projet en 2018, nous avons présenté notre produit aux parrains de la cardiologie à travers le globe. Il était important d’avoir leur soutien. Une dizaine d’entre eux ont même investi dans l’entreprise nous aidant ainsi à amasser notre tout premier million de dollars », raconte l’entrepreneure.

Cet appui financier a d’ailleurs servi de levier pour convaincre Broadview Ventures, le fonds d’investissement américain spécialisé en cardiologie, de participer, lui aussi, à l’aventure.

En fait, explique la PDG, le succès du financement de l’entreprise repose sur la crédibilité qu’elle acquiert depuis son lancement. « Cela faisait trois ans que nous n’avions demandé aucun dollar de plus à nos investisseurs. En revanche, on leur partageait nos bons coups. Ils venaient nous visiter. Ils voyaient la création de la valeur à la suite de leur investissement. On leur demandait également des conseils. Cette relation de confiance nous a permis de les préparer pour la ronde de financement suivante », partage l’ingénieure.

Grâce à cette stratégie d’affaires, la récente ronde a permis d’ajouter aux investisseurs existants l’accélérateur en technologies cardiaques Cordis-X (soutenu par Ajax Health, Hellman & Friedman et KKR) en plus de la participation de Longview Ventures, Desjardins Capital et Thrive Venture Fund de BDC Capital.

Cette trentaine de millions de dollars sera principalement utilisée pour achever l’étude de faisabilité humaine de la société, qui vise à évaluer la sécurité et l’efficacité de la pompe cardiaque percutanée.

Selon l’agenda de Puzzle Medical, la prochaine ronde de financement est prévue en 2025 pour la poursuite des études cliniques.

Sur le même sujet

Se dire les vraies affaires avec courage et respect

13/06/2024 | Sylvie Huard

Malgré les désaccords, il est important de continuer d’échanger pour éviter des conflits plus profonds.

Immigrer et entreprendre en franchise

12/06/2024 | Xavier Chambon

COURRIER DES LECTEURS. Le taux de faillites en franchise est deux fois moins élevé que les entreprises indépendantes.

À la une

7 astuces pour réduire vos frais d'avocats

16/06/2024 | Manuel St-Aubin

EXPERT INVITÉ. Les acteurs judiciaires ont à cœur la mission de rendre justice, même si tout n’est pas parfait.

La course aux stages 2.0

Édition du 22 Mai 2024 | Claudine Hébert

Les cabinets d'avocats ont adapté les 5 à 7 aux nouvelles règles de la société.

L’industrie du droit a besoin de faire les choses autrement

Édition du 08 Mai 2024 | Philippe Jean Poirier

GRANDS DU DROIT. Les cabinets de services juridiques ont été très actifs sur le marché des fusions et acquisitions.