Il y a du financement pour les PME, à elles de le trouver!

Offert par Les Affaires


Édition du 26 Janvier 2019

Il y a du financement pour les PME, à elles de le trouver!

Offert par Les Affaires


Édition du 26 Janvier 2019

Par Claudine Hébert

[Photo: solmax.com]

Les PME québécoises n’ont jamais eu autant accès à du financement pour leurs projets d’agrandissement, d’acquisitions et autres innovations au sein de leurs activités, que ce soit des gouvernements ou des institutions financières, plus particulièrement des fonds privés.


Alors que les fonds privés représentaient moins de 10% des montants investis au Québec en capital de risque au début des années 2000, ils pèsent aujourd’hui tout près de 40% des investissements, peut-on lire dans «Le capital d’investissement au Québec – Évolution récente et nouveaux défis», un rapport publié par la firme KPMG en avril dernier.


Ce document réalisé à l’intention du ministère de l’Économie et de l’Innovation révèle que cinq des dix plus grands fonds privés les plus actifs du pays sont établis au Québec. Les deux premiers qui trônent à ce classement (Real Ventures et Cycle Capitals) ont même leur siège social à Montréal, indique le rapport.


« Il y a nettement de l’argent sur la table et les conditions d’emprunt n’ont jamais été aussi attrayantes et agressives en faveur des entreprises », soutient François Gilbert, PDG d’Anges Québec. 


Le contexte, poursuit M. Gilbert, est extrêmement favorable au financement des PME; les investisseurs sont très actifs. « À tel point qu’une entreprise a tout intérêt à profiter de cette manne. Autrement dit, même si vous n’avez pas de projet actuellement, trouvez-vous-en un », conseille-t-il.


Profitez de la synergie de l’écosystème


Autre avantage à l’égard des PME : la synergie qui se développe au sein de l’écosystème du financement québécois. « Ce qu’on ne voyait pas il y a dix ans », indique M. Gilbert. Il cite en exemple l’entreprise Solmax, à Varennes, qui est devenue, en décembre 2017, le numéro un mondial dans la production de géomembranes en polyéthylène de qualité supérieure pour des applications industrielles et environnementales. Un coup de maître que cette PME doit essentiellement au soutien financier conjoint du Fonds de solidarité FTQ (qui était déjà un partenaire financier de Solmax depuis 1996) et de la Caisse de dépôt et placement du Québec. Grâce à ces deux partenaires financiers, le Groupe Solmax a pu faire l’acquisition de GSE Environmental, à Houston, au Texas; un géant mondial dont les revenus étaient trois fois plus élevés que la PME de Varennes.


Lorsque les gestionnaires de GSE Environmental ont répondu à l’invitation de la direction de Solmax, en 2016, ils étaient convaincus que l’entreprise québécoise était à vendre. « Ils ont été pris par surprise. C’est nous qui leur avons plutôt fait une proposition d’achat », raconte Jacques Côté, fondateur et président du conseil de Solmax. 


Sur le coup, le géant texan a refusé et s’est même montré un peu arrogant. Alors, comment Solmax a-t-elle réussi son coup de circuit ? La PME y est allée d’une autre stratégie. Elle a constaté que les actifs d’une usine voisine de GSE Environmental, l’entreprise Brawler, étaient en liquidation. « Nos partenaires financiers nous ont d’abord aidés à effectuer cette acquisition en mars 2017 », raconte M. Côté, qui sera également présent lors de la conférence Financement PME. 


Dès le mois de juin, les lignes de production, qui ont été complètement rénovées, étaient remises en marche. « En démarrant une activité industrielle dans le bastion de GSE, qui tirait la grande partie de ses profits au sein du marché texan, nous avons réussi à changer la dynamique de la négociation. Ce qui a convaincu les détenteurs de GSE Environmental de nous vendre finalement l’entreprise », rapporte le fondateur de Solmax.


Choisir le bon partenaire financier


Il va de soi qu’une bonne connaissance de l’écosystème du financement au Québec permet d’éviter les frustrations et le découragement. « Ça ne sert à rien d’aller frapper à des portes tous azimuts. Une PME a davantage de chance de récolter de l’aide financière si elle aborde des investisseurs qui recherchent le type de projet qu’elle veut faire financer. En somme, la PME augmente ses chances d’obtenir du financement si elle cible des investisseurs qui correspondent à ses activités d’affaires, à sa croissance et à sa situation actuelle », avise fortement François Gilbert. En général, précise-t-il, le nombre de prospects en investissement se situe entre trois et quatre.


Enfin, autre conseil : les entrepreneurs qui veulent garder la mainmise sur leurs décisions et sur les activités de leur PME ont malheureusement tout intérêt à passer leur tour. « Un partenariat financier suppose que l’entrepreneur dilue ses parts de propriété. Ce qui implique que l’investisseur participe aux décisions. Raison d’ailleurs pour laquelle les investisseurs ne cherchent pas qu’à s’associer à une entreprise. Ils recherchent d’abord une relation de confiance avec l’entrepreneur », conclut M. Gilbert.


CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «FINANCEMENT D'ENTREPRISE»

À suivre dans cette section


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

La ­Poutine ­Week amasse 74 400 $ pour la ­Fondation ­Rêves d’enfants

Édition du 06 Avril 2019 | Les Affaires

La 7e édition de la ­Poutine ­Week, à ­Québec, organisée par ...

585 000$ récoltés par la ­Fondation ­Jeunes en ­Tête

Édition du 06 Avril 2019 | Les Affaires

Le ­Bal de la ­Saint-Valentin de la ­Fondation ­Jeunes en ­Tête a permis de récolter ...

À la une

Déjà-vu: Metro a tout pour plaire, sauf son évaluation

BLOGUE. Metro performe bien, mais son évaluation est plus élevée qu'avant place la barre encore plus haute.

Comment calculer la valeur intrinsèque d'une entreprise

Il y a 24 minutes | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Si l’on applique la méthode scientifique, la formule pour calculer cette valeur est relativement simple.

Avantage concurrentiel (partie 2): les coûts de commutation et l’économie d’échelle.

BLOGUE INVITÉ. Est-ce un avantage concurrentiel du point de vue des banques canadiennes et de la STM?