Kateri Normandeau : l'ingénieure bâtisseuse

Offert par Les Affaires


Édition du 09 Mars 2019

Kateri Normandeau : l'ingénieure bâtisseuse

Offert par Les Affaires


Édition du 09 Mars 2019

Si Kateri Normandeau a toujours été bien accompagnée de mentors, elle a dû inventer son propre style de gestion.

FEMMES D'AFFAIRES. Kateri Normandeau s'est non seulement taillé une place de choix dans le domaine de l'ingénierie, mais elle a aussi géré des projets de grande envergure, tout en défrichant le domaine du génie de l'environnement. « J'ai le désir de redonner et je pense que je suis une bâtisseuse », explique-t-elle.

Construire des équipes, des projets et des stratégies font donc partie de l'ADN de cette ingénieure. Par exemple, que ce soit chez Golder ou chez Genivar (aujourd'hui WSP), Mme Normandeau a contribué à mettre en place le département en environnement. « Quand je suis arrivée chez Genivar, l'équipe comptait une vingtaine de personnes, et quand je suis partie, nous étions 200 », illustre-t-elle.

Toujours chez WSP, elle s'est également retrouvée à la tête du département national, qui comptait 1 500 scientifiques, ingénieurs et techniciens de partout au Canada. Encore aujourd'hui, la vice-présidente, Environnement et gestion de projet chez GBi ingénierie, développe clientèle et projets dans des secteurs de pointe comme la biométhanisation, les énergies renouvelables ou le développement durable.

Carburer aux défis

Le parcours de Kateri Normandeau lui a aussi permis de briser le plafond de verre plusieurs fois, alors qu'elle a occupé des fonctions comme chef d'équipe, chef de service, directrice, Stratégie nationale et vice-présidente. Des postes très majoritairement - voire exclusivement - masculins à l'époque, relate-t-elle. Si l'ingénieure a toujours été bien accompagnée de mentors, elle a dû inventer son propre style de gestion. « Comme il n'y avait pas vraiment de modèles de dirigeantes pour m'inspirer, cela m'a demandé de la réflexion et de l'introspection pour assumer ce leadership tout en restant moi-même. » Pour développer son rôle, elle a multiplié les lectures, en plus d'être formée et de s'impliquer au Project Management Institute.

Le fait de pratiquer le génie dans un domaine en constante évolution comme l'environnement a aussi permis à Mme Normandeau de travailler sur des projets novateurs. Elle cite en exemple le projet de réhabilitation des mines Gaspé, à Murdochville, cette ville en plein coeur de la Gaspésie.

L'ingénieure en génie civil, qui a terminé ses études en gestion de projets et en environnement, a joué plusieurs rôles dans ce projet de rénovation de 116 millions de dollars, le premier et le plus important programme de démantèlement d'un site minier et d'une fonderie de cuivre au Canada. Ce chantier a permis notamment de décontaminer plus de 850 bâtiments. Ce projet « unique au monde », précise telle, s'est d'ailleurs vu couronné du Prix Schreyer, qui récompense les meilleures pratiques de l'industrie.

Prendre sa place

L'industrie a fait des pas de géants depuis l'entrée en poste de Mme Normandeau, alors que parfois, il n'y avait qu'un seul vestiaire pour tout le monde sur les chantiers, notamment miniers. Aujourd'hui, il existe plusieurs programmes et ressources pour inclure les femmes en génie. La situation a bien changé, observe l'ingénieure. « Quand j'embauche des jeunes, je leur explique que leur réputation, c'est eux qui la bâtissent. Parfois, les filles doivent apprendre à prendre leur place et à se défendre. » Toutefois, estime Mme Normandeau, dans ce domaine où les erreurs coûtent cher et la pression est forte, il faut faire la preuve de son excellence, et ce, peu importe son sexe.

Si le métier est exigeant, il est aussi passionnant, poursuit celle qui s'implique notamment pour faire rayonner la profession. « Par exemple, en environnement, on mise sur la diversité notamment au chapitre des expertises, alors que cela touche autant la biologie, la qualité de l'air, de l'eau, la gestion des sols ou des relations avec les clients. C'est un domaine plus proche de la société et c'est merveilleux ! »


image

DevOps

Mercredi 09 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 26 janvier


image

Sommet en finance

Jeudi 11 février


image

Contrats publics

Mardi 09 mars

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Des Prix femmes d'affaires forts en émotion

18/11/2020 | Ruby Irene Pratka

«il est plus important que jamais de se laisser inspirer par des projets inspirants», a fait valoir Ruth Vachon.

L'automatisation devrait plus affecter les emplois des femmes

Les résultats publiés jeudi s’appuient sur une étude longitudinale et internationale de 2016 sur les adultes.

À la une

Et si Couche-Tard cessait ses opérations en 2070?

Un analyste déconstruit la valeur de Couche-Tard pour démontrer qu'il ne faut pas craindre l'auto électrique.

La vente de résidences à un sommet en novembre à Montréal

Les conditions du marché continuent d’être favorables aux vendeurs.

Noël: François Legault renonce à «son contrat moral»

Mis à jour le 03/12/2020 | lesaffaires.com

«C'est pas réaliste de penser qu'on va réduire la progression du virus de façon satisfaisante d'ici Noël».