Nathalie D'Aoust: coureuse contre la montre

Offert par Les Affaires


Édition du 11 Novembre 2017

Nathalie D'Aoust: coureuse contre la montre

Offert par Les Affaires


Édition du 11 Novembre 2017

Nathalie D’Aoust, présidente, V Courrier

La passion du courrier, avec son adrénaline et son service tourné vers la clientèle… Après avoir démarré des études de psychologie, Nathalie D’Aoust a travaillé un temps comme salariée avant de se lancer en affaires. Sa dernière entreprise en date, V Courrier, lui permet de travailler avec de grands groupes tels que Sodexo, CGI, Agropur et UPS.

Lauréate - Entreprise à propriété féminine certifiée - PRIX LOEM

Vous avez changé de voie avant d’arriver dans le courrier…

J’ai fait des études de psychologie car je voulais au départ devenir CRHA, mais je me suis rendue compte que j’aimais les opérations et la vente. J’ai fait ce que l’on appelle un parcours d’expérience. J’aime le secteur du courrier, car on est là pour servir le client, un peu comme dans une course contre la montre, avec l’adrénaline que cela procure.

L’entrepreneuriat a-t-il toujours été dans vos gênes ?

J’ai commencé chez Purolator Courrier puis RPS Ltée, mais à l’époque, l’avancement était plus long. En 1995, j’ai démarré ma première entreprise (Impact Courrier) car je voulais relever des défis, je ne me sentais pas assez libre en tant que salariée.

Votre principale réussite ?

Etre partie de rien en 2004 pour bâtir une entreprise innovante. Nous avons par exemple mis en place des systèmes de géolocalisation pour avoir des dates de livraisons plus précises. Aujourd’hui, nous sommes 35 personnes, pour un chiffre d’affaires de 1,5M$. Nous nous structurons peu à peu comme une grande entreprise.

Quel est votre style de leadership ?

Je me pose beaucoup de questions, car je pense qu’il faut sortir de sa zone de confort pour avoir le courage de ses ambitions. J’aime beaucoup Eve Dalphond (directrice générale Femmessor Laval, ndlr) ou Sophie Brochu (présidente de Gaz Metro) qui représentent pour moi deux modèles très inspirants. Pour moi, le contact humain reste plus fort que les courriels.

La conciliation vie personnelle et professionnelle est-elle un défi ?

Quand on est entrepreneur, on peut planifier ses horaires. J’ai ainsi pu accompagner mon fils se faire enlever les dents de sagesse puis je suis rentrée travailler à la maison et faire du réseautage le soir… La conciliation n’est pas un problème, mais une organisation d’horaires.

Quels sont vos projets ?

Je suis présentement en démarchage pour acheter d’autres compagnies et développer de nouveaux produits, comme la livraison de palettes et de colis réfrigérés, qui vont nous ouvrir de nouveaux marchés.

Lisez les biographies des finalistes et des lauréates du Prix femmes d'affaires

À la une

Il faut concentrer les investissements en R-D, dit le Conseil de l’innovation du Québec

L’État devrait davantage concentrer les investissements en R-D dans certains secteurs, selon le Conseil de l’innovation.

Repreneuriat: des employés au rendez-vous

23/04/2024 | Emmanuel Martinez

REPRENEURIAT. Le taux de survie des coopératives est bien meilleur que celui des entreprises privées.

De nouvelles règles fiscales favorisent le repreneuriat familial

Édition du 10 Avril 2024 | Emmanuel Martinez

REPRENEURIAT. Elles devraient stimuler le transfert d'entreprise à des proches.