Ève Laurier, un parcours parsemé de défis

Offert par Les Affaires


Édition du 11 Novembre 2017

Ève Laurier, un parcours parsemé de défis

Offert par Les Affaires


Édition du 11 Novembre 2017

Ève Laurier

À 27 ans, Ève Laurier devenait vice-présidente en relations stratégiques chez Richter. Depuis 2014, elle dirige le bureau montréalais d'Edelman, la plus importante firme de communications marketing privée au monde, avec plus de 65 bureaux et quelque 7 000 employés. Depuis son arrivée en poste, la majeure partie de la clientèle de l'organisation est constituée d'entreprises québécoises qui veulent rayonner à l'international.

Finaliste - Cadre, dirigeante ou professionnelle, entreprise privée PRIX TÉLÉFILM CANADA

Quel a été le défi le plus important de votre carrière ?

Mon parcours est parsemé de défis qui, comme le dit Isabelle Hudon, m'ont donné le vertige et m'ont permis d'avancer. J'ai toujours décidé de me lancer, même si je n'étais pas prête à 100 %, de suivre mon instinct. Par exemple, quand je me suis joint à Richter, ce cabinet d'experts en comptabilité plus connu dans le marché anglophone cherchait à bâtir sa marque et à se faire connaître dans le Québec inc. Ils ont choisi une jeune femme, francophone, qui ne connaissait pas leur domaine. Quand j'ai accepté, je ne savais pas encore comment, mais j'avais la conviction profonde que j'allais y arriver.

Même chose avec Edelman. Quand ils m'ont offert de diriger le bureau de Montréal, j'ai carrément refusé, alors que c'était l'offre de ma vie ! Je sortais d'un congé de maternité et j'avais l'impression de ne pas avoir assez d'expérience en relations publiques et en gestion. Un mois plus tard, la personne au recrutement m'a rappelée et nous avons décortiqué ce qui posait problème. J'ai fini par accepter et je ne l'ai jamais regretté.

Quelle est la clé de votre succès ?

Je sais que j'ai des forces, des faiblesses et une ou deux zones d'excellence. Si une entreprise offre un défi qui me permet de les exploiter tout en m'aidant à compenser mes points faibles, je sais que je pourrai réussir. Par exemple, j'adore les entreprises qui misent sur le talent. C'est naturel pour moi de mettre en valeur les gens qui les composent, de raconter leur histoire, de les brancher avec ceux qui ont besoin de contenus, comme les médias, les fondations, les universités, etc. Je suis amoureuse des entreprises d'ici et mon travail me permet de les connecter à un réseau qui s'étend partout sur la planète. Une force que j'ai mise à profit, tant avec les experts de chez Richter qu'avec les clients de la firme Edelman.

Quelle réalisation vous rend la plus fière ?

Le fait d'avoir réussi à combiner ma vie professionnelle avec celle de maman. Je partage la garde avec le père et j'ai créé un écosystème autour de mon fils. J'ai une adjointe extraordinaire qui connaît mon horaire familial, une patronne compréhensive et trois gardiennes. S'il faut être transparent avec son employeur sur ces questions, cela demeure tout de même notre responsabilité. J'ai donc toujours plusieurs solutions de rechange.

Selon vous, qu'est-ce que le leadership au féminin ?

C'est important d'utiliser notre pouvoir d'influence pour aider les jeunes femmes à démarrer leur carrière du bon pied. Par exemple, quand je recrute, une grande majorité d'entre elles se sous-évaluent sur le plan salarial. J'enlève donc mon chapeau de gestionnaire pour mettre celui de coach, je leur dis qu'elles méritent plus et discutent avec elles des stratégies pour mieux négocier.

Lisez les biographies des finalistes et des lauréates du Prix femmes d'affaires

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Bourse: Wall Street en petite hausse après l'accord sino-américain

Mis à jour le 13/12/2019 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. La victoire électorale de Boris Johnson au Royaume-Uni a aussi influencé les marchés.

Titres en action: Empire (IGA), Transat, Transcontinental...

13/12/2019 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Un FNB peut-il faire faillite?

13/12/2019 | Ian Gascon

BLOGUE INVITÉ. N’importe quelle entreprise peut théoriquement faire faillite, pourquoi pas un fonds négocié en Bourse?