Danielle Déry: travailler dans le plaisir

Offert par Les Affaires


Édition du 11 Novembre 2017

Danielle Déry: travailler dans le plaisir

Offert par Les Affaires


Édition du 11 Novembre 2017

Danielle Déry présidente, Perlimpinpin

Des vêtements pour les tous petits, dessinés au Québec. Danielle Déry est la cofondatrice de le marque Perlimpinpin en 1986. Depuis, la griffe, qui emploie 12 salariés à Québec, vise l’international à l’aide d’un réseau de détaillants spécialisés dans le vêtement et l’ameublement pour enfants.


Finaliste - Entreprise à propriété féminine certifiée -PRIX LOEM


Aviez-vous toujours eu la fibre entrepreneuriale ?


J’ai lancé Perlimpinpin avec une camarade de classe, alors que j’étais jeune et sans grande expérience. Je ne savais pas ce que c’était d’être en affaires, mais j’ai réalisé que cela convient tout à fait à ce que j’étais. Je ne voulais pas faire du 9 à 5 et je n’avais rien à perdre.


Avez-vous vous rencontré plus de défis en tant que femme ?


Il y a 30 ans, les jeunes femmes en affaires n’étaient pas si nombreuses… Il y avait peu de modèles féminins auxquels s’identifier. A l’époque, mon idole était Céline Dion car c’était un modèle dans son domaine, de par son intégrité et ses valeurs.


La réalisation dont vous êtes la plus fière ?


De toujours m’être sentie comme une membre de l’équipe, et non pas comme un patron, et d’avoir pu laisser la place aux gens pour qu’ils exercent leurs responsabilités. On entend souvent parler de nouvelles pratiques de gestion : sans le savoir, c’est ce que j’ai tenté d’appliquer dans l’entreprise. Lorsqu’on peut faire le travail dans le plaisir, c’est encore mieux : cela enlève la pression et fait augmenter la productivité !


Qu’est-ce que l’excellence au féminin pour vous ?


Etre capable de voir les opportunités qui se présentent et de ne pas hésiter à changer ses plans si besoin. Souvent, cela ne fait pas dévier votre chemin, mais change l’ordre dans lequel vous passez les étapes. Lorsque nous avons ouvert en Afrique du Sud, ce n’était par exemple pas dans nos visées à ce moment-là, mais cela s’est révélé une bonne chose pour notre développement.


Quel a été votre principal défi ?


Parvenir à se distinguer sur le marché. Pour cela, nous essayons de miser sur des produits de niche et d’offrir de la qualité, car les consommateurs sont aussi de plus en plus exigeants. Mais cela se joue aussi à tous les autres niveaux : service, approvisionnement, process de fabrication… Nous avons par exemple lancé des lignes de produits avec du bambou, dont les caractéristiques des fibres sont particulières. On a choisi de se concentrer là où on performe.


Quels sont vos objectifs pour le développement de l’entreprise ?


Depuis trois ans, nous avons une nouvelle équipe de direction avec un focus clair sur la croissance et le développement des affaires, notamment à l’international. Nous sommes distribués dans environ 500 points de vente au Canada et dans plusieurs pays : Nouvelle Zélande, Afrique du Sud, Ukraine… Le défi, est souvent une question de timing, de trouver le bon distributeur au bon moment.


Vous avez choisi de produire en Asie : est-ce l’un de vos principaux défis d’affaires ?


C’est un défi, mais nous nous sommes bien adaptés à cela. Aller à l’international ne se fait pas du jour au lendemain. Il y a toujours une relation de confiance à établir. Depuis 15 ans, on a réussi à monter des partenariats solides, grâce aux relations humaines. Lorsqu’on développe un lien de confiance, même s’il arrive un problème, on sait que l’on travaille dans le même but.


Lisez les biographies des finalistes et des lauréates du Prix femmes d'affaires


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Au Canada, les hommes gagnent 26% plus que les femmes!

20/03/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Le pire, c'est qu'ils n'en ont même pas conscience. Pas plus que les cadres, selon une étude Léger-ADP.

Françoise E. Lyon : la passion des finances

Édition du 09 Mars 2019 | Anne-Marie Tremblay

FEMMES D'AFFAIRES. Si Françoise E. Lyon a découvert le domaine de la finance par accident, elle n'a cessé depuis...

OPINION Kateri Normandeau : l'ingénieure bâtisseuse
Édition du 09 Mars 2019 | Anne-Marie Tremblay
Marie-Andrée Roger : briller parmi les technos
Édition du 09 Mars 2019 | Anne-Marie Tremblay
Rose Fierimonte: construire la diversité
Édition du 09 Mars 2019 | Anne-Marie Tremblay

À la une

Nous sommes vulnérables à une nouvelle crise financière

23/03/2019 | François Normand

ANALYSE - «Sommes-nous plus en sécurité qu'en 2008? Oui, mais nous ne le sommes pas assez.» - Christine Lagarde du FMI.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

22/03/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quels sont les titres qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la dernière semaine?

Bourse: que penser du nouveau signal de récession?

BLOGUE. Le risque de récession augmente, mais le signal de l'inversion des taux divise encore les financiers.