L’engagement sans faille de Ginette Noiseux

Offert par Les Affaires


Édition du 10 Novembre 2018

L’engagement sans faille de Ginette Noiseux

Offert par Les Affaires


Édition du 10 Novembre 2018

« Le monde de l’entreprise nous a soutenus alors que le gouvernement se montrait frileux », met Ginette Noiseux en avant.

Élevée par son père après la mort de sa mère, Ginette Noiseux avoue elle-même que sa fibre particulièrement féministe n’était pas particulièrement développée à sa sortie de l’École nationale du théâtre du Canada en 1978.

Conceptrice de costumes et scénographe, elle se heurte aux inégalités subies par les femmes dans le milieu du théâtre institutionnel de l’époque.

« Une femme scénographe, cela ne se pouvait pas, se souvient-elle . Je vivais très bien de mon métier, mais j’étais tout le temps en colère. » En 1981, elle quitte donc le théâtre institutionnel pour le Théâtre Expérimental des Femmes (TEF), fondé deux ans plus tôt.

Un travail de longue haleine

Depuis, il est devenu Espace Go et Ginette Noiseux en occupe la tête depuis 1987. Les premières années, le TEF est tellement à court d’argent que Ginette Noiseux vit dans le théâtre et travaille, en parallèle, comme femme de ménage pour se nourrir. « J’étais vraiment pauvre, mais je croyais à ce que je faisais. »

Au fil des années, Espace Go s’est imposé comme un acteur incontournable du théâtre contemporain à Montréal. Bien que la compagnie essuie de grosses tempêtes, Ginette Noiseux ne perd jamais confiance et s’évertue à allier vocation artistique et engagement citoyen.

« L’exigeant projet artistique à mener, qui constitue déjà un défi immense à relever, se double d’une mission de valorisation de la contribution des femmes au théâtre », souligne-t-elle.

Connaître les bonnes personnes

Pour y parvenir, Ginette Noiseux a trouvé des alliés au sein du monde des affaires. Le conseil d’administration d’Espace Go, majoritairement composé de femmes, est présidé par Martine Turcotte, vice-présidente de Bell Canada.

Et le groupe Transat appuie Espace Go depuis 1994. « Le monde de l’entreprise nous a soutenus alors que le gouvernement se montrait frileux », met-elle en avant.

 

CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «FEMMES D'AFFAIRES DU QUÉBEC 2018»

 

À suivre dans cette section


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Dépassons le capitalisme!

Édition du 21 Septembre 2019 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. De quoi Trump, Bolsonaro et autres Orbán sont-ils le nom ? Des inégalités ...

Ces trois tendances bouleverseront l'économie américaine

14/09/2019 | François Normand

ANALYSE - Elles auront des impacts positifs et négatifs sur la société, les entreprises et les travailleurs américains.

À la une

Les entrepreneurs, ces héros

Édition du 21 Septembre 2019 | Marine Thomas

ÉDITO. It’s lonely at the top. Qu’on le veuille ou non, la dynamique change lorsqu’on grimpe les ...

Pour une intervention sensée en santé mentale

Édition du 21 Septembre 2019 | Simon Lord

DROIT DES AFFAIRES. Une des fortes tendances en matière de relations de travail cette année est celle des cas...

Catherine Dagenais, la première femme à la tête de la SAQ

11:53 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. «N’hésitez pas à vous lancer, à dire à vos supérieurs ce que vous voulez apprendre», dit Mme Dagenais.