L’engagement sans faille de Ginette Noiseux

Offert par Les Affaires


Édition du 10 Novembre 2018

L’engagement sans faille de Ginette Noiseux

Offert par Les Affaires


Édition du 10 Novembre 2018

« Le monde de l’entreprise nous a soutenus alors que le gouvernement se montrait frileux », met Ginette Noiseux en avant.

Élevée par son père après la mort de sa mère, Ginette Noiseux avoue elle-même que sa fibre particulièrement féministe n’était pas particulièrement développée à sa sortie de l’École nationale du théâtre du Canada en 1978.


Conceptrice de costumes et scénographe, elle se heurte aux inégalités subies par les femmes dans le milieu du théâtre institutionnel de l’époque.


« Une femme scénographe, cela ne se pouvait pas, se souvient-elle . Je vivais très bien de mon métier, mais j’étais tout le temps en colère. » En 1981, elle quitte donc le théâtre institutionnel pour le Théâtre Expérimental des Femmes (TEF), fondé deux ans plus tôt.


Un travail de longue haleine


Depuis, il est devenu Espace Go et Ginette Noiseux en occupe la tête depuis 1987. Les premières années, le TEF est tellement à court d’argent que Ginette Noiseux vit dans le théâtre et travaille, en parallèle, comme femme de ménage pour se nourrir. « J’étais vraiment pauvre, mais je croyais à ce que je faisais. »


Au fil des années, Espace Go s’est imposé comme un acteur incontournable du théâtre contemporain à Montréal. Bien que la compagnie essuie de grosses tempêtes, Ginette Noiseux ne perd jamais confiance et s’évertue à allier vocation artistique et engagement citoyen.


« L’exigeant projet artistique à mener, qui constitue déjà un défi immense à relever, se double d’une mission de valorisation de la contribution des femmes au théâtre », souligne-t-elle.


Connaître les bonnes personnes


Pour y parvenir, Ginette Noiseux a trouvé des alliés au sein du monde des affaires. Le conseil d’administration d’Espace Go, majoritairement composé de femmes, est présidé par Martine Turcotte, vice-présidente de Bell Canada.


Et le groupe Transat appuie Espace Go depuis 1994. « Le monde de l’entreprise nous a soutenus alors que le gouvernement se montrait frileux », met-elle en avant.


 


CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «FEMMES D'AFFAIRES DU QUÉBEC 2018»


 


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

L'IA militarisée se glisse en douce dans C2 Montréal!

CHRONIQUE. J'y ai aperçu la face cachée de l'intelligence artificielle, et ça m'a donné froid dans le dos...

À quoi tient notre avenir? À la beauté!

22/05/2019 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. La preuve par l'exemple avec le designer Daan Roosegaarde, de passage à C2 Montréal...

À la une

Will.i.am investi dans la montréalaise Stradigi AI

Il y a 56 minutes | Martin Jolicoeur

«Nous voulons devenir un acteur majeur de l’industrie mondiale de l’IA», affirme son président.

Bourse: Wall Street, rattrapée par les tensions, baisse

REVUE DES MARCHÉS. Elles se cristallisent actuellement autour du géant chinois des télécoms Huawei.

Le baril de brut new-yorkais perd 5,7% au terme de sa pire séance de l'année

15:55 | AFP

Plusieurs statistiques publiées jeudi ont laissé craindre un ralentissement de l’économie mondiale.