Françoise Bertrand: faire une différence

Offert par Les Affaires


Édition du 10 Novembre 2018

Françoise Bertrand: faire une différence

Offert par Les Affaires


Édition du 10 Novembre 2018

­Françoise ­Bertrand n’a jamais eu froid aux yeux, en plus de carburer aux défis.

Première femme à avoir dirigé le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), la Société de radiotélévision du Québec (aujourd’hui Télé-Québec) et la Fédération des chambres de commerce du Québec, Françoise Bertrand a joué un rôle de précurseure depuis une quarantaine d’années au Québec. Un parcours qui lui a valu le prix Réalisations Les Affaires au gala du Réseau des femmes d’affaires du Québec.

Une reconnaissance qui lui fait apprécier tout le chemin parcouru depuis ses débuts. « Ce qui m’a toujours motivée, c’est la possibilité de faire une différence », explique-t-elle. Dans toutes ses actions, Mme Bertrand s’est laissée porter par sa curiosité, mais aussi par l’audace. En effet, il n’était pas question pour elle de rester dans un poste si elle avait l’impression d’en avoir fait le tour. « J’étais sur le tremplin et je sautais. Je me faisais confiance et j’ai toujours été très chanceuse d’avoir des gens autour qui ont cru en moi. Mais il fallait une certaine audace. »

Diplomatie et écoute

En effet, on peut dire que Françoise Bertrand n’a jamais eu froid aux yeux, en plus de carburer aux défis. Par exemple, elle a piloté le CRTC pendant un moment charnière, alors que tout était en mouvement. « Qu’on m’offre la présidence de cet organisme de réglementation au moment où on ouvrait la concurrence en téléphonie, qu’on éliminait la chasse gardée des monopoles, qu’on laissait la place à la convergence et à l’intégration verticale, c’était une occasion formidable. » Pendant qu’elle en était la dirigeante, l’industrie de la téléphonie a été déréglementée, on a éliminé le monopole des câblodistributeurs et lancé la télévision spécialisée.

Sous sa gouverne, Télé-Québec a aussi lancé ses premiers partenariats avec le privé. Et, pendant ses 13 ans à la tête de la Fédération des chambres de commerce du Québec, Mme Bertrand a travaillé d’arrache-pied pour défendre les entreprises québécoises. « Je pense que nous avons réussi à dépoussiérer l’idée qu’on se fait d’une chambre de commerce, de lui faire une place dans le débat public en travaillant avec des faits et des recherches. Cela se faisait avant mon arrivée, mais ce n’était pas aussi répandu », explique-t-elle.

Une mission qui demandait diplomatie et écoute, car il fallait trouver un terrain commun entre les petites et les grandes organisations, peu importe le type d’industrie ou la région. « Je pense que ce que j’ai fait le mieux, c’est d’impliquer les entreprises pour qu’elles partagent leur réalité avec nous, pour que nous puissions porter leur message. » Par exemple, explique-t-elle, lorsqu’elle est arrivée à la Fédération, il n’y avait que deux comités. À son départ en 2016, on en dénombrait 21.

Prendre sa place

Même si elle a navigué une bonne partie de sa vie dans un monde d’hommes et brisé le plafond de verre plusieurs fois, Mme Bertrand n’a jamais senti qu’être une femme la freinait. « Je n’ai jamais été gênée de prendre la parole, de donner mon opinion, sans attendre la réponse parfaite. » Un atout pour se tailler une place, selon elle.

Bien entendu, Mme Bertrand n’a jamais fait partie du Boys’ club. Qu’à cela ne tienne, elle a plutôt tenté d’intégrer le club des femmes d’influence, notamment en joignant les « filles du Ritz », qui se réunissaient le vendredi matin. Une formule qu’elle a exportée à Ottawa, lorsqu’elle a pris la tête du CRTC. « C’est important, même si c’est informel, de se connaître, de se soutenir et d’échanger. J’ai toujours fait cela », indique-t-elle.

Une formule qui a plutôt bien fonctionné, alors que le parcours de Mme Bertrand a été maintes fois salué. En effet, elle a notamment été nommée chevalière de l’Ordre national du Québec, officière de l’Ordre du Canada et Fellow de l’Ordre des administrateurs agréés du Québec, et figure au palmarès des 100 femmes les plus influentes du Canada.

Savoir se faire valoir

Aujourd’hui, pas question de prendre sa retraite. Mme Bertrand se consacre plutôt à son rôle d’administratrice, alors qu’elle siège à plusieurs conseils d’administration, notamment celui de Via Rail. Un autre domaine où les femmes sont sous-représentées. Si elle estime que l’implantation de quotas, à l’image de ceux adoptés en France, pourrait aider à augmenter la représentativité des femmes, Mme Bertrand pense aussi que ces dernières doivent apprendre à se faire valoir. « Je sais bien qu’elles sont débordées avec les responsabilités familiales, mais il faut consacrer du temps à se faire connaître, si ce n’est que quelques heures par mois. »

Pour ce genre de fonction, comme pour d’autres postes, les habiletés ne se mesurent pas qu’à l’aune du CV. « Il y a aussi une question de personnalité. Et c’est souvent quand on connaît, quand on a vu agir, qu’on peut évaluer cette facette. » D’ailleurs, elle estime que plusieurs professionnelles de grande valeur demeurent des secrets bien gardés, parce qu’elles négligent cette facette. « Oui, il y a les réseaux sociaux. Mais cela ne remplacera jamais les contacts humains. Je recommande toujours aux jeunes femmes de prendre régulièrement un lunch ou un café pour rencontrer des gens en dehors de leur réseau habituel. » Une formule éprouvée par Mme Bertrand et qu’elle conseille aujourd’hui aux jeunes femmes.

CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «FEMMES D'AFFAIRES DU QUÉBEC 2018»

 

À suivre dans cette section


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Investisseurs, méfiez-vous de l'indice S&P500!

03/08/2020 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. C'est que ce «prestigieux» indice boursier est néfaste aux entreprises qui y figurent, selon une étude.

Les pros redeviennent prudents avant l'automne

BLOGUE. Les gros investisseurs redoutent le retour de la COVID-19 et son impact sur la reprise.

À la une

Un projet de loi américain pourrait favoriser les MCS au Québec

05/08/2020 | François Normand

Le National Defense Authorization Act inclut une provision pour accroître l’autonomie des États-Unis pour ces minéraux.

Bourse: Wall Street ignore le ralentissement de l'emploi

Mis à jour le 05/08/2020 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. La montée de cas de COVID-19 a freiné la création d'emplois du secteur privé américain en juin.

Titres en action: Great-West Lifeco, Bausch Health, Teva...

Mis à jour le 05/08/2020 | AFP

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.