Anne Martel: une prouesse loin d’être artificielle

Offert par Les Affaires


Édition du 10 Novembre 2018

Anne Martel: une prouesse loin d’être artificielle

Offert par Les Affaires


Édition du 10 Novembre 2018

« À la mi-vingtaine, j’ai décidé de ne pas laisser les contraintes m’arrêter», avance Anne Martel.

Fille d’un entrepreneur, c’est naturellement vers l’entreprise familiale qu’Anne Martel s’est tournée en 2009 après une première expérience de trois ans en ressources humaines.

Tout d’abord cheffe des opérations de Génie Audio, elle reprend la direction de cette PME d’équipement médical pour tests auditifs en 2012. Elle la restructure, développe une activité de fabrication de cabines insonorisées pour les hôpitaux et les cliniques puis revend l’entreprise en 2014. 

En amour et en affaires

En 2015, elle termine son année de transition avec les nouveaux propriétaires de Génie Audio. Au même moment, son mari, Jean-François Gagné, vient lui aussi d’achever la période de transition consécutive à la vente de sa deuxième entreprise.

« Nous avons toujours voulu créer une entreprise ensemble », ajoute-t-elle. Et cette entreprise, ce sera Element AI, qui voit le jour à l’automne 2016 avec des amis de longue date de Jean-François Gagné, tous experts en technologie.

En à peine un an d’existence, Element AI, qui développe des applications intégrant de l’intelligence artificielle (IA), lève 137 millions de dollars, du jamais vu pour une entreprise en IA. 

Aider à s'adapter aux changements numériques

Au quotidien, Anne Martel, qui est surnommée « Wonder Woman » au bureau, supervise tout ce qui ne révèle ni de la production technique ni des ventes de cette organisation de 400 salariés répartis au Canada, en Europe et en Asie. En plus, elle suit un MBA tout en préparant le lancement de sa fondation, prévu pour l’hiver. Baptisée Continuum, elle a pour objectif d’aider la société à s’adapter aux évolutions technologiques à venir.

« À la mi-vingtaine, j’ai décidé de ne pas laisser les contraintes m’arrêter, avance-t-elle pour expliquer son efficacité. J’adapte ma vie autour de ce que j’ai envie de faire : bâtir des entreprises. »

CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «FEMMES D'AFFAIRES DU QUÉBEC 2018»

 

À la une

Les entreprises doivent se préparer à l’indépendance de l’Écosse

14/05/2021 |

ANALYSE. La victoire des indépendantistes le 6 mai et le Brexit favorisent une victoire du «oui» lors d'un référendum.

Charl-Pol: loin des grosses mains de Jos Tremblay

14/05/2021 | Emmanuel Martinez

L’entreprise Charl-Pol, de Saguenay, a cent ans.

CPQ: la pandémie n'a pas gommé la pénurie de main-d'oeuvre

Mis à jour le 12/04/2021 | Catherine Charron

L'immigration est la solution que souhaitent privilégier les entreprises sondées.