Anne-Marie Larose: dire oui aux défis

Offert par Les Affaires


Édition du 10 Novembre 2018

Anne-Marie Larose: dire oui aux défis

Offert par Les Affaires


Édition du 10 Novembre 2018

«En épaulant les chercheurs, on contribue à la recherche, mais d’une autre façon», avoue Anne-Marie Larose.

Diriger une entreprise n’a jamais fait spécialement partie des ambitions d’Anne-Marie Larose. C’est même par surprise qu’elle s’est retrouvée à prendre la tête d’Aligo Innovation il y a six ans. 

Cette société, qui valorise le potentiel commercial des découvertes scientifiques réalisées par des universités québécoises, est issue du regroupement des sociétés Valeo et MSBiV en 2014. 

Piloter la fusion

Quand elle a appris le projet d’union des deux entités un an plus tôt, Mme Larose a décroché son téléphone pour appeler le PDG en place, sans avoir à l’esprit l’objectif de le remplacer. « Je voulais juste lui exprimer mon intérêt à participer au comité qui allait réfléchir à la fusion, détaille-t-elle. Or, le PDG partait et on m’a proposé le poste. » 

Elle a hésité, mais encouragée par des personnes lui disant qu’elle avait les capacités pour assumer cette fonction, elle a accepté de piloter la fusion. « Dans la vie, il faut rester ouvert aux opportunités quand elles se présentent », affirme-t-elle. 

Biologie moléculaire

Un mantra qu’elle a suivi tout au long de son parcours, puisque dès l’obtention de son doctorat en biologie, alors qu’elle recherche un postdoc à Montréal, son chemin croise celui d’un créateur d’une entreprise en biotechnologie. 

Geneka Biotechnology est spécialisée dans le domaine d’expertise d’Anne-Marie Larose : la biologie moléculaire. Elle y reste cinq ans, découvrant ainsi le monde des affaires. 

En 2001, elle part travailler un an comme attachée commerciale en sciences de la vie pour UK Trade & Investment. 

Développement des affaires

C’est en 2004 qu’elle fait sa première incursion dans l’univers de la valorisation de la recherche universitaire en étant recrutée comme gestionnaire en développement d’affaires pour Gestion Univalor

Un secteur dont elle croit profondément en la mission : « En épaulant les chercheurs, on contribue à la recherche, mais d’une autre façon ».

CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «FEMMES D'AFFAIRES DU QUÉBEC 2018»

 

À suivre dans cette section


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

L'IA tue impitoyablement nos jobs. Voici comment!

18/02/2020 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. Non, l'intelligence artificielle n'est pas synonyme de progrès, mais de dévastation pour l'emploi.

L'industrie pétrolière pourrait créer une crise financière, selon un rapport gouvernemental

14/02/2020 | François Normand

Un rapport-choc d'une agence gouvernementale finlandaise fait jaser de plus en plus dans le secteur de l'énergie.

À la une

Votre chaîne d'approvisionnement peut-elle résister aux virus?

22/02/2020 | François Normand

ANALYSE - Les chaînes d'approvisionnement sont vulnérables. Voici trois stratégies pour réduire les risques de rupture.

Titans techno: un peu trop tôt pour parler de fièvre

BLOGUE. Les parallèles avec la bulle dot-com de 2000 se multiplient. Voici quelques repères.

À surveiller: les titres qui ont retenu votre attention

22/02/2020 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.