Pourquoi les femmes sont-elles discriminées?

Publié le 31/08/2011 à 11:51, mis à jour le 09/05/2012 à 16:13

Pourquoi les femmes sont-elles discriminées?

Publié le 31/08/2011 à 11:51, mis à jour le 09/05/2012 à 16:13

Par Olivier Schmouker

5. Une culture d’entreprise inhospitalière. De nos jours, rarissimes sont les entreprises qui rendent la vie vraiment agréables aux femmes. C’est-à-dire qui leur offre du mentorat adapté, des possibilités de réseautage réellement intéressantes pour elles, ou encore qui font tout pour leur permettre de concilier à merveille travail et vie de famille.

6. Un harcèlement constant. Une récente étude menée par Jennifer Berdahl, chercheuse de la Rotman School of Management, à Toronto, montre que les femmes qui s’extraient du moule dans lequel on voudrait qu’elles entrent sans faire d’histoire ont plus de risques de se faire harceler au travail que les autres. Et quand on parle de harcèlement, on parle de «sanctions» reposant sur le simple fait qu,elle soient de sexe féminin. Par exemple, une multinationale américaine s’est retrouvée devant les tribunaux parce que sa haute direction avait exigé qu’une de ses gestionnaires «marche de manière plus féminine, parle de manière plus féminine, s’habille de manière plus féminine, mette du maquillage, soigne ses cheveux et porte des bijoux», d’autant plus que ses collègues masculins la trouvaient «agressive» et «dure»…

Maintenant que le constat est dressé, que conviendrait-il de faire pour remédier au problème? Le Conference Board du Canada émet dans son étude neuf recommandations :

> S’assurer que des femmes puissent postuler aux postes de direction, sans discrimination aucune;

> Identifier les femmes talentueuses et tout faire pour les soutenir dans leur carrière;

> Instaurer des programmes de mentorat et de coaching adaptés aux femmes;

> Miser davantage sur la rotation des postes de direction (ex. : six mois par un homme, six autres mois par une femme);

> Avoir toujours un œil sur l’évolution du pourcentage de femmes pour chaque poste de direction;

> Créer un environnement de travail plus agréable pour les femmes;

> Éviter de nommer plus souvent des femmes que des hommes à des postes risqués;

> Souligner davantage à l’interne les succès des femmes;

> S’assurer de l’appui de la haute-direction dans la volonté de l’entreprise de faire avancer dans leur carrière les femmes talentueuses.

«Faire davantage participer les femmes dans les décisions de l’entreprise ne peut que leur être profitable. Car cela peut leur faire gagner des parts dans de nouveaux marchés, marchés auxquels les hommes n’auraient jamais pensé, cela peut aussi leur procurer un avantage concurrentiel, et donc apporter des profits plus élevés», dit Mme Golden.

Plus : L'avenir appartient-il aux femmes? (Blogue «En Tête»)

Plus : Éloge de l'intelligence collective et féminine (Blogue «En Tête»)

À la une

Bourse: records en clôture pour Nasdaq et S&P 500, Nvidia première capitalisation mondiale

Mis à jour à 17:28 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les titres de l’énergie contribuent à faire grimper le TSX.

Stellantis rappelle près de 1,2 million de véhicules aux États-Unis et au Canada

Environ 126 500 véhicules au Canada sont concernés par le rappel.

Le régulateur bancaire fédéral maintient la réserve de stabilité intérieure à 3,5%

L’endettement des ménages reste une préoccupation pour le Bureau du surintendant des institutions financières.