Plus de femmes au conseil d'une banque rendrait celle-ci plus risquée

Publié le 27/03/2012 à 10:39, mis à jour le 09/05/2012 à 16:30

Plus de femmes au conseil d'une banque rendrait celle-ci plus risquée

Publié le 27/03/2012 à 10:39, mis à jour le 09/05/2012 à 16:30

Par Thomas Cottendin

[Photo : Bloomberg]

Vaut-il mieux un « bon père de famille » ou une « bonne mère de famille » au sein des conseils d’administration? Communément, les femmes sont considérées comme étant des gestionnaires plus prudentes que les hommes dans le domaine des affaires.

Plus : Les femmes ont-elles aussi le goût du risque? (Blogue «En Tête»)

Sauf pour les banques, juge la Bundesbank, la banque centrale allemande, dans une étude aux conclusions controversées reprise par le Financial Times. (Vous pouvez consulter l'étude dans le document pdf ci-contre).

Les auteurs de cette étude exhaustive sur les entreprises financières allemandes concluent que les changements dans les banques ayant mené à une plus forte proportion de dirigeantes « engendrent une conduite d’affaire plus risquée ».

Les chercheurs ont aussi découvert que l’âge moyen des membres du conseil d'administration influence sur le risque. Plus un administrateur est jeune, plus le risque est élevé. La relation inverse a aussi été apportée: plus le conseil comporte de membres ayant obtenu un doctorat, plus le risque est faible.

Les résultats de cette enquête contredisent l’intuition généralement partagée selon laquelle les femmes sont plus prudentes que les hommes dans les affaires.

La ministre du travail allemande, Ursula von der Leyen, fait partie des politiciennes européennes à faire pression pour des mesures encore plus fortes favorisant la présence des femmes au sein des conseils d’administration.

Au Québec, le gouvernement Charest veut aussi accroître la présence des femmes sur les conseils d'administration. Les femmes occupent encore trop peu de place sur les conseils des sociétés privées québécoises, a déploré la ministre de la Condition féminine, Christine St-Pierre, lors de l'annonce de la création d’une Table des partenaires influents, en janvier dernier.

Les femmes occupent en moyenne 14 % des postes d’administrateurs dans les grandes sociétés québécoises.

L'expérience, la principale raison

À suivre dans cette section

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Comment croître grâce à la dette?

Édition du 23 Septembre 2020 | Catherine Charron

BALADO. Toutes les dettes ne sont pas néfastes pour votre entreprise. Voici comment séparer le bon grain du mauvais:

Comment peut-on amadouer le crédit?

Édition du 23 Septembre 2020 | Catherine Charron

BALADO. La crise de la COVID-19 crée un stress financier important sur les entreprises.

Le plan d'affaires est-il essentiel au démarrage d'une entreprise?

Édition du 23 Septembre 2020 | Catherine Charron

BALADO. On ne «construit pas les pyramides sans avoir déjà construit un château de sable».