«Les femmes d'affaires ont peur d'être prétentieuses» - Ruth Vachon, présidente du Réseau des femmes d'affaires du Québec

Publié le 10/03/2012 à 00:00, mis à jour le 09/05/2012 à 16:16

«Les femmes d'affaires ont peur d'être prétentieuses» - Ruth Vachon, présidente du Réseau des femmes d'affaires du Québec

Publié le 10/03/2012 à 00:00, mis à jour le 09/05/2012 à 16:16

Pas à pas, les entrepreneures québécoises prennent leur place au sein du monde des affaires. Le point avec une leader d'expérience.

Ruth Vachon a relevé la plupart des défis qui jalonnent le parcours d'une entrepreneure. Présidente du Réseau des femmes d'affaires du Québec (RFAQ) depuis près de deux ans, la Saguenéenne a commencé sa carrière par un passage chez Alcan, puis elle a fondé, à 28 ans, la première de ses deux entreprises... ainsi que son foyer familial. Engagée et volontaire, nommée femme d'affaires du Saguenay à maintes reprises, Mme Vachon porte désormais un regard neuf, grâce à un certain recul, sur les nouveaux enjeux auxquels fait face la gent féminine professionnelle.

Une question d'ambition

«On ne prend pas conscience de l'ampleur de nos défis quand on est entrepreneure, tellement on est dans notre bulle», constate-t-elle aujourd'hui. L'enjeu le plus critique, à ses yeux, est- ce l'équité salariale ? la parité ? la conciliation travail-famille ?

Que nenni. Même si ceux-ci demeurent primordiaux, Ruth Vachon brandit avant toute chose les résultats d'une récente étude de chercheurs de l'Université d'Ottawa : selon leurs conclusions, les descendants d'Adam auraient en général plus d'ambition que ceux d'Ève. Mais pour Mme Vachon, cette situation n'est pas due à un manque d'ambition, plutôt à un manque de confiance en soi-même.

«Les femmes d'affaires québécoises doivent prendre conscience de leurs capacités. Elles sont réticentes quand il s'agit de se promouvoir, de communiquer sans complexe leurs performances. Elles sont très humbles ; on dirait qu'elles ont peur d'être prétentieuses», indique celle qui s'est donné pour mission de lever les freins vers la réussite que les femmes mettent elles-mêmes.

Le désir de ne «pas aller trop vite», de «garder l'équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle» se reflète partout, peut-être même de façon plus intense chez les plus jeunes. «Au RFAQ, on a eu l'occasion de former des femmes de la génération Y ayant des carrières de taille ; des jeunes de chez Deloitte, du Cirque du Soleil. Elles disent vouloir le même résultat que nous [des femmes d'affaires plus âgées], mais pas de la même façon.»

À suivre dans cette section

Tous les prix du Défi Start-up
Mis à jour il y a 7 minutes | lesaffaires.com

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Consigne: reprise des contenants le 8 juin sauf sur l'île de Montréal

La reprise de ces contenants sur l’île de Montréal prendra quant à elle effet le 22 juin.

À surveiller: Banque Royale, Québecor et Gildan

Que faire avec les titres de Banque Royale, Québecor et Gildan

Trump veut «encadrer» les réseaux sociaux

09:15 | AFP

Donald Trump, pointé du doigt par Twitter pour des messages «trompeurs», veut «encadrer» les réseaux sociaux.