Les Premières Nations participent

Publié le 19/05/2014 à 00:00

Les Premières Nations participent

Publié le 19/05/2014 à 00:00

Si certaines compagnies telles Hécla Québec ne font pas de différence entre les communautés locales et les Premières Nations dans leur processus de consultation, certaines, dont Royal Nickel (RNC), leur portent une attention particulière.


« Nous avons mis sur pied un comité spécifique avec la famille qui utilise les territoires au pourtour du projet Dumont, parce que leurs enjeux étaient légèrement différents de ceux des autres résidents », explique le directeur du développement durable Pierre-Philippe Dupont. RNC a également signé un protocole d’entente avec la Première Nation Abitibiwinni.


Ce dernier « met un accent particulier sur le développement de possibilités de formation, d’emploi et d’affaires pour la communauté de Pikogan ». « Ce procédé, nommé memorandum of understanding dans le jargon, met les bases des relations entre les communautés et les promoteurs », détaille M. Dupont.


La formation de la main-d’œuvre est un autre aspect central des relations entre les compagnies minières et les Premières Nations. Il y a deux ans, Forages Rouillier a mis sur pied une école de forage avec la Commission scolaire de la Baie-James et formé deux cohortes de 10 personnes, en majorité des Cris. Cinq autres sont actuellement en formation avec l’entreprise.


Même philosophie du côté de Mines Agnico Eagle, qui supporte des programmes de formation d’aides-foreurs et de mineurs inuits dans le cadre son projet Meliadine. « C’est du développement durable, parce que les gens vont acquérir des connaissances et des expertises qu’ils pourront utiliser dans d’autres mines pour gagner leur vie à long terme », fait valoir la vice-présidente principale environnement et développement durable de la compagnie, Louise Grondin.


L’autre attention particulière d’Agnico Eagle envers les Premières Nations touche les infrastructures que la minière doit construire pour atteindre ses sites d’exploration. « Le projet Meliadine est à 25 km du village inuit de Rankin Inlet, donc on a construit une route. Mais, avant de le faire, on a regardé le tracé avec la population, parce qu’à proximité, il y a le lac Meliadine, où les Inuits vont pêcher. Donc, même si le projet ne va pas de l’avant, ils vont rester avec cette infrastructure-là. Même chose pour la mine Meadowbank, qui est à 110 km de la communauté de Baker Lake. Ce n’était pas un secteur fréquenté par les Inuits, mais maintenant qu’il y une route, il l’est. »

À suivre dans cette section


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

À la rescousse du secteur minier

Édition du 06 Avril 2019 | Pierre Théroux

INDUSTRIE MINIÈRE Malgré un ralentissement de ses activités, l'industrie minière québécoise bat au rythme de nouveaux...

Alderon relance son projet de mine de fer Kami

Édition du 06 Avril 2019 | Pierre Théroux

INDUSTRIE MINIÈRE. Tayfun Eldem entend bien finir ce qu'il a commencé. «Les conditions sont aujourd'hui...

À la une

Newtrax : l'Internet des objets au service de l'industrie minière

18/04/2019 | Marie Lyan

PME DE LA SEMAINE. La société conçoit des systèmes qui permettent de mesurer en temps réel différents paramètres.

Les PME en quête de solutions au salon Connexion

18/04/2019 | Alain McKenna

Au Québec, plusieurs entreprises investissent dans le numérique, mais on sent un manque d’engagement clair.

Passionnés et ti-clins de l'immobilier

Édition de Avril 2019 | Daniel Germain

De tous les investisseurs, ceux qui ont du succès dans l'immobilier sont sans doute les vendeurs les plus ardents et ...