" Peu d'entreprises définissent clairement la réussite à long terme "

Publié le 15/01/2011 à 00:00, mis à jour le 24/01/2011 à 14:50

" Peu d'entreprises définissent clairement la réussite à long terme "

Publié le 15/01/2011 à 00:00, mis à jour le 24/01/2011 à 14:50

Par Marie-Claude Morin

Changer les pratiques de rémunération des dirigeants est un combat de longue haleine. C'est ce qu'ont constaté les membres du jury du concours d'excellence en gouvernance d'entreprise Korn/Ferry - Les Affaires. En épluchant les dossiers de candidature, ces six administrateurs d'expérience ont parfois souri, parfois grimacé. Réunis pour couronner les conseils d'administration méritants, ils ont constaté avec joie la progression de certaines bonnes pratiques, mais ont également observé que quelques mauvais plis étaient bien difficiles à corriger. Voici leurs coups de coeur et leurs coups de gueule.

De la clarté, enfin !

À force d'ajouter des composantes et des conditions à leur programme de rémunération des dirigeants, plusieurs entreprises ont perdu leurs investisseurs dans les dédales de leur volumineuse circulaire de la direction, le document dans lequel l'entreprise détaille son régime de rémunération. Heureusement, le balancier semble revenir vers plus de simplicité et de clarté. Un mouvement qui n'est pas facile, mais qui est tellement pertinent aux yeux de Denis Desautels, président du jury : " Des gourous de la gouvernance ont préconisé un lien direct entre le rendement et la rémunération, ce qui a entraîné l'utilisation de calculs plutôt que d'éléments qualitatifs. " Lorsqu'elles déterminent l'ensemble de la rémunération, ces formules mathématiques doivent tenir compte de multiples possibilités, ce qui les rend bien complexes et difficiles à comprendre.

Certaines entreprises optent plutôt pour des formules toutes simples, basées par exemple sur la progression des revenus ou du bénéfice net. Ce choix a plu au jury. Reste que de tels calculs ne doivent pas évacuer les objectifs qualitatifs ni le jugement du conseil d'administration, nuance Denis Desautels.

Outre les méthodes de calcul simples, les jurés ont apprécié le langage clair utilisé dans certaines circulaires de la direction. " Les gagnants ont bien expliqué les différentes composantes de leur régime ", estime Claude Lamoureux.

Des objectifs qualitatifs souvent flous

Quand et selon quels critères applaudirons-nous la réussite à long terme d'un pdg et de son équipe ? Chercher les réponses à ces questions dans la description des programmes de rémunération ne mène souvent pas très loin. " Peu d'entreprises définissent clairement la réussite à long terme, juge Claude Lamoureux. Les conseils d'administration veulent se laisser une marge de manoeuvre, ce qui permet parfois d'accepter l'inacceptable. "

En fait, même les conseils d'administration désireux de définir les attentes à long terme se heurtent à la complexité de la tâche, reconnaît l'ancien président de la caisse de retraite Teachers. Par exemple, il est bien difficile d'isoler l'effet des variables hors du contrôle de la direction. De son côté, Denis Desautels cible les objectifs qualitatifs, qui restent souvent bien flous. " Les conseils doivent améliorer l'identification des facteurs qualitatifs utilisés pour évaluer la performance. Cette identification devrait être très claire, ce qui n'est pas le cas actuellement. "

À suivre dans cette section

CA recherchent CPA
Édition du 23 Novembre 2019 | Jean-François Venne

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Metro veut accroître son utilisation des technologies dans ses magasins

Elle prévoit de doubler, à peu près, le nombre de magasins dotés de caisses libre-service au cours de son exercice 2020.

Garder ses gagnants, le cas de Metro

Édition du 24 Août 2019 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. L'épicier Metro (MRU, 53,98 $) n'est plus le secret bien gardé qu'il était. Sa rigueur...

Legault et Fitzgibbon songent à un Amazon Québec

L’idée avait d’abord été lancée en 2017 par l’entrepreneur Alexandre Taillefer.