Pour des espaces de valorisation et d'interactions

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Avril 2019

Pour des espaces de valorisation et d'interactions

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Avril 2019

[Photo: Distric M / Courtoisie]

ESPACES DE TRAVAIL. Les aires ouvertes aux bureaux non assignés, longtemps louangés comme des espaces propices à la collaboration, ne remplissent pas leurs promesses. Les employés ne s'y sentent pas valorisés. Alors, où et comment préfèrent-ils travailler ?

C'est l'une des questions que Morneau Shepell a posées dans sa dernière étude sur la santé mentale en milieu de travail. La société de services et de technologie en ressources humaines a sondé en ligne 1 589 employés canadiens entre août et septembre 2018, puis a partagé ses données le 20 février à son huitième sommet annuel, à Montréal.

Les résultats montrent que la moitié des répondants qui travaillent dans des espaces non assignés ne se sentent pas valorisés, contre près du quart (23 %) chez les télétravailleurs et plus du tiers (36 %) pour ceux aux bureaux assignés.

«La promesse d'espaces partagés permettant une meilleure collaboration ne s'est finalement pas réalisée, et les gens ne sont pas aussi productifs qu'on avait espéré», constate Paula Allen, vice-présidente, Recherche et solutions intégratives chez Morneau Shepell.

Les espaces non assignés engendrent également davantage de problèmes liés au sommeil (39 %), au stress (39 %) et à l'isolement (22 %). Les chiffres des télétravailleurs montrent quant à eux une meilleure santé des employés, alors que 28 % disent avoir des problèmes liés au sommeil, moins du quart (22 %) au stress et encore moins (17 %) à l'isolement.

«Les bureaux partagés empêchent de créer un sentiment d'appartenance. Donc, même s'ils sont absolument magnifiques, ce n'est pas suffisant, estime Mme Allen. Les entreprises qui ont déjà investi dans ces espaces doivent s'assurer que leurs employés se sentent connectés au lieu de travail, et pas juste physiquement.»

Solutions flexibles

Un espace de travail devrait être aménagé de façon à offrir aux usagers des moyens d'interagir avec cet espace, sans toutefois dicter comment l'utiliser. C'est ce que suggère l'équipe de WeWork, une multinationale spécialisée dans la location de bureaux partagés.

Installée depuis trois ans à Montréal, l'entreprise américaine a débuté en 2010 en louant deux espaces aux entreprises en démarrage et aux travailleurs autonomes. Aujourd'hui, elle loue plus de 45 millions de pieds carrés répartis dans 27 pays. Le tiers de ses quelque 400 000 membres viennent du Fortune Global 500.

«Notre mission consiste à offrir aux entreprises de toutes tailles des espaces conviviaux et modernes, où rencontrer des gens d'autres industries», souligne Simon Tancredi, le directeur de la communauté montréalaise, laquelle est composée de 3 000 membres répartis dans les édifices de Place Ville Marie et de L'Avenue. On y compte de petites entreprises, comme Car2go, et de plus grandes, telles que la Banque Royale et Bombardier.

WeWork propose toutes sortes de solutions de travail sous forme d'abonnement mensuel : des espaces complètement ouverts et partagés avec d'autres entreprises, des bureaux entièrement fermés et privés, des sièges uniques non assignés et des sièges assignés. Et, grâce aux rétroactions des membres, l'équipe de designers et d'architectes peut continuellement modifier l'aménagement de ces espaces.

D'ailleurs, la firme vient tout juste d'acquérir Euclid, une plateforme de données établie à San Francisco et spécialisée dans l'analyse des comportements dans l'espace. Encore à l'étape embryonnaire, l'objectif consistera à intégrer cette technologie à WeWork afin d'aider les entreprises à comprendre comment leurs employés utilisent les espaces de travail.

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Les trois nouveaux satellites d'observation canadiens lancés avec succès

«La prochaine génération de technologies d'observation de la Terre.»

Une prochaine génération de satellites canadiens lancés la semaine prochaine

Trois satellites travailleront ensemble pour localiser les navires, examiner les écosystèmes et surveiller l'Arctique.

À la une

Climat : attention aux certitudes et aux peurs irrationnelles

ANALYSE - Les certitudes des climatosceptiques et la panique de la «collapsologie» minent la lutte pour le climat.

10 choses à savoir cette fin de semaine

Voici 10 nouvelles parues cette semaine à (re)découvrir.

À surveiller: les titres qui ont retenu votre attention

Que faire avec les titres de Stella-Jones, BRP et Bombardier? (Re)voici quelques recommandations d'analystes.