Kiid: à la rescousse des parents pressés et coincés (par le temps)

Publié le 18/10/2023 à 12:00

Kiid: à la rescousse des parents pressés et coincés (par le temps)

Publié le 18/10/2023 à 12:00

Par Dominique Talbot

«Kiid c’est une solution familiale pour les employeurs. Les employeurs qui deviennent membres de nos services donnent accès à leurs employés à trois services clés qui touchent la famille», résume Marie-Pier Hébert, fondatrice et présidente de Kiid. (Photo: courtoisie)

Pour tout l’automne, Les Affaires vous présente SOLUTION START-UP, une rubrique dédiée aux jeunes entreprises innovantes du Québec. Vous découvrirez des entreprises qui ont franchi l’étape de l’«accélération». C’est un rendez-vous chaque semaine, tous les mercredis à 12h.

SOLUTION START-UP. «De retour à Montréal, après ma vie d’expatriée, j’ai décidé de lancer un service qui allait répondre à ces besoins-là.»

«Ces besoins-là», c’était d’abord la garde d’enfants. Parce que lorsque Marie-Pier Hébert travaillait à l’étranger et lançait des entreprises dans le domaine de l’hôtellerie et de la restauration, on lui demandait tout le temps s’il y avait un service de garde d’enfants. Et toujours, elle devait répondre non. Parfois, elle se chargeait elle-même de garder ceux de ses clients pour les accommoder et leur permettre de sortir seuls quelques heures.

Une fois revenue au Québec, tout était clair pour elle. Il y avait un manque à combler. Sans mauvais jeux de mots, Kiid était né.

Et depuis le lancement de l’entreprise en 2018, d’autres services se sont ajoutés, assurés cette fois par des sous-traitants: l’aide aux devoirs —de la première année au cégep— et les soins à domicile pour quiconque en a besoin, notamment les personnes âgées. 

Mais pour bénéficier de tous ces services, votre employeur doit être inscrit à Kiid. Autrement dit, c’est un service d’abord offert aux entreprises, moyennant un abonnement mensuel dont le prix varie selon la région.

«Kiid c’est une solution familiale pour les employeurs. Les employeurs qui deviennent membres de nos services donnent accès à leurs employés à trois services clés qui touchent la famille», résume Marie-Pier Hébert. 

Par exemple, une entreprise de Montréal paie 275$ par mois. Par la suite, les employés doivent payer eux-mêmes le service dont ils ont besoin. Pour la garde d’enfants, le taux horaire est de 26$ de l’heure.

«Quand les parents sont pris dans un imprévu de dernière minute, il y a un gros stress. Avec Kiid, s’ils ont besoin de quelqu’un demain, disons de 9h à 17h, ils reçoivent dans un délai de deux heures le profil de la personne (qui rendra le service) et on confirme la réservation», poursuit Marie-Pier Hébert. 

 

À SUIVRE: De 5 à 300 gardiens

Sur le même sujet

À la une

Le Québec pâtira-t-il de la guerre commerciale verte avec la Chine?

17/05/2024 | François Normand

ANALYSE. Les producteurs d’acier craignent que la Chine inonde le marché canadien, étant bloquée aux États-Unis.

Bourse: Wall Street finit en ordre dispersé, le Dow Jones clôture au-dessus des 40 000 points

Mis à jour le 17/05/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de New York a terminé en ordre dispersé.

À surveiller: AtkinsRéalis, Boralex et Lightspeed

17/05/2024 | Charles Poulin

Que faire avec les titres AtkinsRéalis, Boralex et Lightspeed? Voici des recommandations d’analystes.