Entreprendre au féminin: «Le développement économique passe aussi par le développement des communautés» - Natalie Voland, de Gestion immobilière Quo Vadis

Offert par Les Affaires


Édition du 13 Septembre 2014

Entreprendre au féminin: «Le développement économique passe aussi par le développement des communautés» - Natalie Voland, de Gestion immobilière Quo Vadis

Offert par Les Affaires


Édition du 13 Septembre 2014

Par Pierre Théroux

Natalie Voland, de Gestion immobilière Quo Vadis

Natalie Voland rêvait de travailler pour l'UNICEF en Afrique du Sud. Après l'obtention de deux baccalauréats, l'un en science politique spécialisé en études africaines et anthropologie et l'autre en service social, auxquels elle a jumelé des expériences de travail comme intervenante jeunesse au YMCA puis au service des soins intensifs de l'Hôpital général de Montréal, elle est du jour au lendemain propulsée dans l'immobilier !

Cliquez ici pour consulter le dossier Entreprendre au féminin

Quelque 20 ans plus tard, à 42 ans, elle gère un portefeuille d'environ 1,5 million de pieds carrés (pi2) de bâtiments industriels reconvertis en bureaux et lofts commerciaux qui accueillent plus de 300 sociétés. Dans un quartier montréalais qu'elle a contribué à revitaliser, le Sud-Ouest. Car elle a toujours à coeur de travailler au mieux-être de la société.

«Le développement économique passe aussi par le développement des communautés, par le souci d'avoir un impact social et culturel», soutient la présidente de Gestion immobilière Quo Vadis et des complexes du Canal Lachine et Dompark.

En 1996, alors dans la jeune vingtaine, elle reçoit une demande de son père pour se joindre à l'entreprise familiale qui vivote. L'immigrant allemand, qui était architecte urbaniste à la ville industrielle de Wuppertal avant sa venue au Québec en 1976, est devenu promoteur immobilier résidentiel. La crise économique du début des années 1990 l'incite à se tourner vers les immeubles de bureaux. Il décide alors d'acheter deux bâtiments industriels pratiquement à l'abandon, situés sur les berges du canal Lachine. «C'était des reprises de faillite qu'on a eues à bon prix parce que personne n'en voulait», se rappelle Natalie Voland.

Le premier, l'actuel Complexe du Canal Lachine, a été construit vers 1919 et a abrité l'ancienne manufacture de matelas de la compagnie Simmons. Le Complexe Dompark avait pour sa part été la propriété de la Mount Royal Spinning Company, puis de la Dominion Textile. Les deux bâtiments, dont la superficie totalise près de 800 000 pi2, comptaient environ 80 % d'espaces vacants.

«Le premier défi a été de remplir les bâtiments, et ce, dans un secteur défavorisé», dit-elle. Autre embûche : procéder à des travaux de rénovation avec un budget restreint , au moment où les banques ne voulaient pas leur prêter d'argent.

Pour y arriver, le promoteur immobilier propose un partenariat avec les locataires qu'il souhaite attirer. L'entreprise s'engage à payer les travaux de rénovation qui touchent le bâtiment et les aires intérieures communes, tandis que les locataires prennent à leur charge le coût des améliorations locatives nécessaires à l'aménagement des lofts commerciaux que le promoteur souhaite implanter. En retour, les locataires peuvent bénéficier de loyers à prix moindre et de baux à long terme.

De plus, l'entreprise immobilière y attire une imprimerie et un restaurant de même qu'une garderie et un gym. «Comme le quartier ne comptait pas de commerces de proximité, il fallait créer un écosystème dans nos bâtiments pour intéresser des entreprises à venir s'y installer», explique Mme Voland.

Résultat : les immeubles des complexes du Canal Lachine et Dompark sont aujourd'hui occupés à 90 %, entre autres par des designers industriels, des graphistes, des architectes, des producteurs de films ou encore des organismes à but non lucratif. Aussi, «il s'est créé une synergie entre des locataires qui se rencontrent au restaurant ou au gym, par exemple, et qui font maintenant des affaires ensemble», se réjouit la gestionnaire.

Cliquez ici pour consulter le dossier Entreprendre au féminin

À suivre dans cette section

Le soutien fait la force
Édition du 20 Juillet 2019 | Benoîte Labrosse

image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

À la une: certifié Québec

Édition du 15 Juin 2019 | Les Affaires

Cette semaine, la naissance divers programmes de promotion d'achat local, comme la certification «Bien fait ici».

À la une: le promoteur qui voulait construire autrement

Édition du 01 Juin 2019 | Les Affaires

Cette semaine, KnightsBridge est déterminée à révolutionner l’industrie de la construction.

À la une

Scoring Tech Talent 2019: Montréal première pour son efficacité par rapport aux coûts

09:50 | Pascal Forget

Le rapport Scoring Tech Talent 2019 place Montréal au 13e rang des meilleurs marchés technologiques en Amérique du Nord.

L'Indice des prix à la consommation a progressé de 2 % en juin au Canada

Au Québec et en Ontario, l’Indice des prix à la consommation a progressé de 2,2 % d’une année à l’autre en juin.

À surveiller : Slack, CP et Cogeco

Que faire avec les titres de Slack, CP et Cogeco? Voici quelques recommandations d'analystes.