«J'aime quand ce n'est pas facile» - Geneviève Marcon, de GM Développement

Offert par Les Affaires


Édition du 08 Novembre 2014

«J'aime quand ce n'est pas facile» - Geneviève Marcon, de GM Développement

Offert par Les Affaires


Édition du 08 Novembre 2014

Par Valérie Lesage

Geneviève Marcon, de GM Développement. [Photo: Valérie Lesage]

La présidente de GM Développement, Geneviève Marcon, rêvait d'un magasin de jouets : c'est ainsi qu'est née Benjo, il y a 10 ans, dans le quartier Saint-Roch à Québec. Depuis, la boutique de la grenouille verte a fait le bonheur de centaines de milliers d'enfants, et même de Céline Dion pour son fils René-Charles. Mais si les affaires n'étaient qu'un jeu d'enfant, la femme d'affaires de 46 ans, qui a vu en ce magasin le moteur de la revitalisation d'un quartier, n'y aurait jamais trouvé de plaisir.


Cliquez ici pour consulter le dossier Entreprendre au féminin


«J'aime démarrer des projets, et j'aime quand ce n'est pas facile. Ce que j'aime, c'est de trouver des solutions», raconte Mme Marcon, en ajoutant que son complice en affaires et dans la vie, Jean Campeau, a le même penchant pour la complexité.


Après avoir acheté plusieurs immeubles dans le Vieux-Québec, GM Développement, fondée en 1992, a acquis six ans plus tard quelques bâtiments dans le quartier Saint-Roch. Il fallait faire revivre ce quartier moribond, et Geneviève Marcon voulait y attirer des familles. Alors son vieux rêve de magasin de jouets, apparu en visitant FAO Schwarz à New York, a ressurgi.


«J'ai appelé des détaillants pour les inviter à ouvrir un magasin dans Saint-Roch. On me prenait pour une folle ! Je me suis alors dit : je vais l'ouvrir, moi, ce magasin ! Et ça a eu un effet d'entraînement sur tout. Par exemple sur Mountain Equipment Co-op, qui s'est installée parce qu'il y avait Benjo. Pourtant, même mes fournisseurs ne croyaient pas à mon projet», se souvient la femme d'affaires, dont les enfants Benjamin et Joséphine étudient en affaires pour se joindre à l'entreprise familiale.


Maintenir la rentabilité chez Benjo reste un défi encore aujourd'hui, admet Mme Marcon, estimant que c'est le cas de tous les commerces de détail ces années-ci. Néanmoins, un demi-million de personnes chaque année, dont beaucoup de touristes, franchissent les portes de son magasin de 25 000 pieds carrés, ce dont elle est fière.


Cliquez ici pour consulter le dossier Entreprendre au féminin


À suivre dans cette section


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Jacynthe René: un nouveau rôle qui a changé sa vie

Édition de Avril 2019 | Claudine Hébert

La comédienne Jacynthe René n'attend plus que les maisons de production lui confient des rôles pour gagner sa vie. ...

À la une: notre spécial transformation numérique

Édition du 20 Avril 2019 | Les Affaires

En manchette cette semaine, notre spécial transformation numérique.

À la une

Le parti communiste perdra-t-il le monopole du pouvoir en Chine?

19/04/2019 | François Normand

BALADO - Quatre scénarios sont possibles pour l'avenir de la Chine, selon un récent livre. Lequel est le plus probable?

Déjà-vu: Metro a tout pour plaire, sauf son évaluation

BLOGUE. Metro performe bien, mais son évaluation est plus élevée qu'avant place la barre encore plus haute.

Comment calculer la valeur intrinsèque d'une entreprise

19/04/2019 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Si l’on applique la méthode scientifique, la formule pour calculer cette valeur est relativement simple.