Une année record pour l'éolien

Publié le 20/10/2012 à 00:00, mis à jour le 22/10/2012 à 10:55

Une année record pour l'éolien

Publié le 20/10/2012 à 00:00, mis à jour le 22/10/2012 à 10:55

Par Ulysse Bergeron

La filière québécoise de l'éolien a franchi une étape importante au cours des derniers mois. Avec la mise en activité du parc Le Plateau (138,6 mégawatts) en début d'année, le Québec peut se targuer d'une capacité de production qui dépasse 1 gigawatt.

Au cours des 12 derniers mois, trois parcs éoliens sont entrés en phase d'exploitation, ce qui a fait gonfler la capacité éolienne québécoise de plus de 260 MW.

«C'est une année record», fait remarquer Frédéric Côté, directeur général du TechnoCentre éolien du Québec.

Et ce n'est que le début. En 2012, sept nouveaux parcs éoliens devraient entrer en exploitation, ce qui fera augmenter la capacité de production actuelle de 700 à 1 000 MW.

En juillet, en annonçant un quatrième appel d'offres de 700 MW, Hydro-Québec mettait la dernière main à l'atteinte des 4 GW, objectif de production fixé pour 2015.

Des étapes à franchir

Même si le quatrième appel d'offres était lancé cette l'année, les possibilités que les parcs éoliens issus de celui-ci entrent en phase d'exploitation d'ici 2015 restent minces. Les étapes que les promoteurs éoliens doivent franchir sont multiples: sélection, études environnementales, production et construction du parc. Optimiste, Frédéric Côté estime qu'il serait possible d'espérer atteindre l'objectif de 4GW d'ici «la fin de 2015 ou le début 2016».

Le vice-président des communications de l'Association canadienne de l'énergie éolienne (CanWEA), Chris Forrest, a pour sa part chaudement applaudi l'annonce du quatrième appel d'offres : «Il s'agit d'une excellente nouvelle pour les communautés qui accueilleront de nouveaux projets. En plus de générer d'importants investissements, cette annonce permettra le maintien et la création d'emplois partout au Québec.»

Plus de 37 000 emplois

Selon une étude de CanWEA, lorsque le Québec aura atteint son objectif, l'industrie aura attiré 10 milliards de dollars d'investissements. Elle aura octroyé 25 millions de dollars par année en paiement de location aux propriétaires terriens et aux municipalités, et aura créé plus de 37 000 emplois, certains permanents, mais la majorité durant la construction.

«Environ 3 000 emplois directs et permanents sont rattachés à la filière éolienne», estime Frédéric Coté. Le tiers de ceux-ci se trouvent en Gaspésie, où plusieurs usines de fabrication sont installées.

À ce sujet, CanWEA rappelait que la région, en 2011, a connu son plus bas taux de chômage depuis 1987. Il est passé de 17,3 % à 14,5 %. Le solde migratoire de la péninsule gaspésienne a été positif... une première en 10 ans.

Tout va donc pour le mieux dans le meilleur des mondes ? Pas tout à fait. L'éolien pourrait se faire couper l'herbe sous le pied, croit Pierre- Olivier Pineau, professeur spécialisé en énergie à HEC Montréal. Avec l'entrée en activité du projet de la Romaine, «la justification commerciale» de la filière éolienne n'est plus, selon lui. L'énergie éolienne coûte plus de 10 ¢ le kWh lorsque la production est située près des centres de consommation, alors que celui de l'énergie produite par la Romaine sera de 6,5 ¢ le kWh, selon les estimations d'Hydro-Québec.

Son de cloche différent chez Frédéric Côté, bien qu'il admette que l'industrie a «plutôt hâte» d'être mise au courant de la prochaine stratégie énergétique québécoise. «Le fait que le gouvernement semble vouloir atteindre les 4 GW de production, d'ici 2015, me donne confiance que l'éolien devrait continuer d'être une filière qu'on développera», dit-il. Il rappelle que la province «est gâtée» avec un potentiel théorique de 4 milliards de MW.

CanWEA estime pour sa part que le Québec devrait poursuivre le développement éolien en adoptant une stratégie énergétique qui permettrait d'augmenter la capacité de production éolienne de 800 MW, de 2015 à 2025. L'éolien représenterait ainsi 20 % de l'ensemble du portefeuille énergétique de la province. «Cet objectif à long terme créerait des investissements de 25 G$ et la création d'environ 91 000 nouveaux emplois dans la construction», estime l'organisation.

Projets réalisés en 2012

Massif du Sud Charlevoix 150 MW 75 éoliennes

Le Plateau Gaspésie 139 MW 60 éoliennes

Gros Morne II Gaspésie 111 MW 74 éoliennes

De l'Érable Centre-du-Québec 100 MW 50 éoliennes

Montérégie Montérégie 100 MW 50 éoliennes

Saint-Robert-Bellarmin Estrie 80 MW 40 éoliennes

New Richmond Gaspésie 66 MW 33 éoliennes

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER


Fort potentiel du solaire
Mis à jour le 18/10/2012

À la une

Le G7 Finances fait un pas vers la taxation des géants du numérique

18/07/2019 | AFP

Le G7 s’est aussi entendu sur « pour instaurer une taxation minimale à l’impôt sur les sociétés ».

FaceApp aspire vos données, mais ce n'est pas la seule

18/07/2019 | AFP

Outre le fait que la société est russe, sont en cause les conditions générales d’utilisation.

États-Unis: mises en garde sur la populaire application russe FaceApp

18/07/2019 | AFP

Un sénateur appelle la police à enquêter sur les «risques pour la sécurité nationale et la vie privée».