Questions des entrepreneurs, réponses des partis: le recrutement à l'étranger

Offert par Les Affaires


Édition du 08 Septembre 2021

Questions des entrepreneurs, réponses des partis: le recrutement à l'étranger

Offert par Les Affaires


Édition du 08 Septembre 2021

Par Emmanuel Martinez
Stéphane Boudreau

Stéphane Boudreau, propriétaire et directeur général de l’Hostellerie Baie Bleu (Photo: courtoisie)

«Qu’est-ce que votre parti compte faire pour favoriser le recrutement à l’étranger dans la restauration et l’hôtellerie, ainsi que pour nous faciliter la tâche pour l’embauche au pays?» 

— Stéphane Boudreau, propriétaire et directeur général de l’Hostellerie Baie Bleu Centre des congrès de la Gaspésie, à Carleton-sur-Mer

Bloc québécois (BQ)

Le BQ souhaite accélérer le traitement des dossiers au ministère de l’Immigration. On parle de 27 mois d’attente pour un travailleur désirant obtenir un statut de résident permanent (norme de service : 11 mois), voire plus! Dans le reste du Canada, ce délai est souvent de seulement six mois. Il faut informatiser les dossiers, cesser d’exiger de tout reprendre à zéro dès qu’il manque un document, dégager des ressources pour venir à bout des dossiers en retard. L’ensemble du programme devrait être transféré au gouvernement du Québec, qui est déjà responsable des politiques d’emploi. 

Toutefois, il n’y a pas de recette miracle. Seul un train de mesures en viendra à bout, comme faciliter le maintien en emploi des travailleurs expérimentés et soutenir l’établissement en région.

Parti conservateur du Canada (PCC)

Le PCC veut revoir le Programme des travailleurs étrangers temporaires afin de mieux l’aligner sur les besoins et de mieux protéger les travailleurs — ceux qui sont déjà au Canada et ceux qui veulent y venir pour travailler. Les conservateurs désirent augmenter la participation du Québec à l’assignation des travailleurs étrangers temporaires dans des régions précises et pour leur progression vers la résidence permanente. Pour que les travailleurs peu qualifiés viennent au Canada, le PCC souhaite permettre aux employeurs de parrainer des demandes de résidence permanente.

 

Parti libéral du Canada (PLC)

Le PLC a refusé de répondre à cette question, mais voici ce que mentionne sa plateforme électorale à ce sujet. « [Le PLC veut] réformer les programmes d’immigration économique afin d’élargir les voies d’accès à la résidence permanente pour les travailleurs étrangers temporaires et les anciens étudiants étrangers au moyen du système des points Entrée express. » Les libéraux s’engagent à « établir un système d’employeur de confiance pour simplifier le processus de demande des entreprises canadiennes engageant des travailleurs étrangers temporaires pour pallier les pénuries de main-d’œuvre ». Le PLC veut aussi créer « une ligne d’assistance pour les employeurs, pour que les entreprises canadiennes puissent attirer et engager des travailleurs qualifiés ».

 

Nouveau Parti démocratique (NPD)

Le NPD désire « veiller à ce que [ses] politiques et [ses] niveaux d’immigration répondent aux besoins en matière de main-d’œuvre et reconnaissent les expériences, les contributions et les liens des gens avec le Canada ».

 

(RE)LIRE NOTRE SÉRIE: EN FACE DU PROCHAIN PREMIER MINISTRE.

À la une

Un patron qui veut son bien

Édition de Octobre 2021 | Denis Lalonde

BILLET. La fermeture du capital d'Exfo n'a pas permis de créer un maximum de valeur pour les actionnaires.

Le risque crypto pèse plus sur la Bourse qu’on ne le croit

LES CLÉS DE LA CRYPTO. Les cryptos se montreraient contagieuses s’infiltrant dans les placements et les trésoreries.

À surveiller: Alcoa, Bank of America et Morgan Stanley

10:45 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Alcoa, Bank of America et Morgan Stanley? Voici quelques recommandations d'analystes.