Jour 12: demandes de Legault, aide aux aînés, logement social

Publié le 26/08/2021 à 14:03

Jour 12: demandes de Legault, aide aux aînés, logement social

Publié le 26/08/2021 à 14:03

Par La Presse Canadienne

Justin Trudeau promet une augmentation du supplément de revenu garanti pour les 65 ans et plus. (Photo: La Presse Canadienne)

La 12e journée de la campagne électorale fédérale a été détournée par un politicien qui n’est pas en campagne.

En effet, jeudi, François Legault a annoncé, comme chaque fois, sa liste de demandes aux partis fédéraux. Sa liste, comme son ton, semblaient favoriser les conservateurs, au détriment des libéraux et des néo-démocrates.

Tout en haut de cette liste se trouve sa demande pour une augmentation des transferts en santé. 

Justin Trudeau ne veut pas en parler avant la fin de la pandémie. Erin O’Toole ne s’est engagé qu’à une augmentation de 6% par année. Or, toutes les provinces veulent d’abord que les transferts passent de 22% à 35% de leur facture pour les soins de santé, avant de s’installer à 6% par année.

M. Legault applaudit l’engagement conservateur du 6% et attend d’entendre M. O’Toole sur la mise à niveau. 

Le chef conservateur n’a pas tardé à tempérer les espoirs du premier ministre provincial dans ce dossier. En point de presse à Ottawa, Erin O’Toole n’a voulu s’engager que pour le «6% minimum, mais sans condition», et rien d’autre.

M. Legault a essuyé un autre refus conservateur, plus clair encore. Le premier ministre dit qu’il ne s’inquiète pas du désir du chef conservateur d’annuler le programme national de garderies du gouvernement Trudeau. Québec a obtenu 6 milliards $ sur cinq ans, sans condition, en compensation pour ce programme que la province n’utilisera pas.

«Je m’attends à ce que la signature du gouvernement fédéral soit respectée, peu importe qui sera au pouvoir le 20 septembre au soir», a répondu M. Legault à un journaliste qui s’en inquiétait.

Quelques minutes plus tard, M. O’Toole a clairement laissé entendre que les 6 milliards $ ne seront pas versés à Québec.

«Je vais assister les familles québécoises directement», a-t-il répondu à un journaliste, s’en tenant à sa promesse électorale d’un crédit d’impôt pour les parents.

M. Legault est probablement davantage au même diapason que M. O’Toole pour ce qui est de son «autre priorité»: l’immigration.

Il demande qu’Ottawa cède à Québec les immigrants de la catégorie du regroupement familial. C’est environ le quart des immigrants que reçoit la province. Son objectif: «qu’on puisse mettre nos conditions, entre autres la connaissance du français, et arrêter d’avoir la moitié des 24% qui ne parlent pas français».

«Je vais donner plus de pouvoirs en immigration, incluant la réunification familiale», a promis M. O’Toole.

La déclaration de revenus unique et la loi sur la laïcité ont également trouvé place dans la liste de M. Legault, comme en 2019. Et ce sont là deux sujets où les conservateurs sont davantage en accord avec le gouvernement caquiste que leurs adversaires libéraux et néo-démocrates.

 

Promesses du jour

De passage à Québec, le chef libéral s’est adressé aux médias avant la sortie du premier ministre Legault. Il y était pour promettre une augmentation du supplément de revenu garanti pour les 65 ans et plus.

«On va augmenter de jusqu’à 500 $ le revenu de supplément garanti pour les aînés seuls âgés de 65 ans et plus, et jusqu’à 750 $ pour les couples», a promis Justin Trudeau.

À Saguenay, le chef du Bloc québécois a souligné que cette promesse est loin des demandes répétées de sa formation.

«La demande majeure du Bloc, c’est une bonification de la pension de la sécurité de la vieillesse qui est un programme réservé aux gens de 65 ans et plus, alors que le supplément de revenu garanti ne l’est pas […]. Notre demande demeure donc intégrale», a dit Yves-François Blanchet.

Il continue de reprocher aux libéraux de faire de la discrimination en instaurant, à partir de l’an prochain, une augmentation de la pension de la sécurité de la vieillesse qui ne sera versée qu’aux aînés de 75 ans et plus.

Le chef du Nouveau Parti démocratique était à Winnipeg, jeudi. Il y a répété ses promesses pour contrer la crise du logement. 

«On veut bâtir 500 000 logements sociaux et abordables pour aider les gens», a rappelé Jagmeet Singh.

 

Sur le même sujet

À la une

En route pour l'environnement

Édition du 13 Octobre 2021 | Nicolas St-Germain

MILLE MOTS. Parmi les Canadiens sur le point d’acheter une voiture, 35 % d’entre eux envisagent de se procurer...

Prochain redécoupage: le Canada aura 342 circonscriptions, le Québec perd un siège

Le nombre de sièges est recalculé tous les dix ans après un recensement.

Goldman Sachs voit son bénéfice bondir mais reste attentif aux risques pesant sur l'économie

14:00 | AFP

Il a été tiré par les revenus générés par la division de banque d’investissement, qui se sont envolés de 88%.