Comment s'en sortent les cinq chefs sur les réseaux sociaux ?

Publié le 17/08/2021 à 09:28

Comment s'en sortent les cinq chefs sur les réseaux sociaux ?

Publié le 17/08/2021 à 09:28

Par La Presse Canadienne

Justin Trudeau compte 8 millions d'abonnés sur Facebook et 6 millions sur Instagram. (Photo: 123RF)

La campagne est à peine lancée, et déjà les chefs des principaux partis rallient leurs troupes et courtisent les électeurs. Avec la pandémie de COVID−19 qui se poursuit et les médias sociaux qui prennent de plus en plus d’importance dans le quotidien des Canadiens, la bataille électorale de cette année sera avant tout virtuelle.

Mais ce ne sont pas tous les politiciens qui maîtrisent cette nouvelle arène 2.0, et l’état des comptes Twitter, Facebook, Instagram et YouTube des chefs peut en dire long à ce sujet.

 

Qui a la plus grande portée ?

Celui qui est capable de joindre le plus de personnes est sans nul doute Justin Trudeau, qui a l’avantage non négligeable d’être le premier ministre. Avec 8 millions d’abonnés sur Facebook, un peu moins de 6 millions sur Twitter et 4 millions sur Instagram, il est loin en tête, alors qu’aucun autre chef n’approche le million sur quelque plateforme que ce soit.

Le deuxième en lice, Jagmeet Singh du Nouveau Parti démocratique, avec 360 000 abonnés sur Facebook, 480 000 sur Twitter et 673 000 sur Instagram, est encore loin derrière le premier ministre.

Le score le plus haut du conservateur Erin O’Toole est de 140 000 sur Facebook.

Annamie Paul du Parti vert est à la traîne, avec 29 000 abonnés sur Twitter, sa plateforme la plus importante. Elle y est même moins populaire qu’Yves−François Blanchet du Bloc, qui compte sur 38 000 abonnements même en ne courtisant que les électeurs québécois.

 

Qui est le plus à l’aise avec les médias sociaux ?

Cette distinction revient sans nul doute à Jagmeet Singh. Le chef néo−démocrate est entre autres le seul à détenir un compte sur TikTok. Il y adopte les codes de ce réseau social fréquenté par un auditoire plus jeune, notamment des courtes vidéos sur fond de musique, où il danse, mime ou fait de la planche à roulettes. Ce type de publications fait sourciller certains utilisateurs qui y voient un manque de sérieux du candidat, mais plusieurs de ces vidéos récoltent tout de même plus d’un million de votes.

Il est aussi le seul à posséder un compte sur Twitch, bien qu’il n’y ait publié qu’une seule vidéo, où il joue au populaire «Among Us».

Les conservateurs commencent à expérimenter avec des formats s’approchant du «meme», avec des résultats mitigés. Leur vidéo de vendredi, publiée sur Twitter, où le visage de Justin Trudeau est superposé à celui de l’enfant gâtée Verruca Salt, du film «Willy Wonka au pays enchanté», a reçu de nombreuses critiques de la part de leurs propres députés. 

Pendant ce temps, certains chefs et partis n’ont pas encore de compte officiel sur YouTube (Erin O’Toole, Annamie Paul et le Parti vert) ou sur Instagram (Yves−François Blanchet et le Bloc québécois).

 

Qui est éclipsé par son parti ?

Les chefs sont la figure de proue de leur parti et ils sont un élément majeur dans le choix des électeurs. Pourtant, certains d’entre eux peinent à se démarquer au sein de leur formation.

C’est le cas d’Erin O’Toole, qui a un moins grand auditoire que son parti, toutes plateformes confondues. Le chef conservateur n’a été élu que l’année dernière, en pleine pandémie, ce qui ne lui a pas facilité la tâche pour se faire connaître des Canadiens. La campagne est encore jeune, cependant, et pourrait être l’occasion pour lui de se démarquer.

Annamie Paul a une montagne encore plus grande à escalader, elle qui n’a été couronnée à la tête des verts qu’en octobre dernier et qui n’a pas de siège au Parlement. De plus, elle a jusqu’à présent reçu une couverture médiatique plutôt négative à cause des dissensions internes au sein de sa formation. Sur Twitter, elle a six fois moins d’abonnés que le compte de son parti.

Yves−François Blanchet a des résultats plus mitigés, dépendamment de la plateforme. Il devance son parti sur Twitter, mais pas sur Facebook.

Justin Trudeau et Jagmeet Singh, ayant tous deux plusieurs années d’expérience derrière la ceinture, se démarquent sans problème, et ce, sur presque tous les réseaux sociaux (M. Singh a un peu moins d’abonnés que son parti sur YouTube, mais c’est loin d’être sa plateforme la plus importante).

 

Où suivre les chefs ?

La plupart des publications de tous les partis se retrouvent à la fois sur Facebook et Twitter, qui sont les deux plateformes à surveiller de près durant la campagne.

Avant de suivre un politicien ou un parti sur les réseaux sociaux, il est important de vérifier qu’il s’agit bien d’un compte officiel, en regardant si un crochet est placé à côté de son nom.

À la une

Une start-up montréalaise s’envole grâce aux Émirats arabes unis

La start-up montréalaise C3RiOS Systems voit le jour grâce aux Émirats arabes unis.

Comment avoir une écoute vraiment attentive?

MAUDITE JOB! «En tant que boss, je devrais être à l'écoute des autres. Mais je n'y arrive vraiment pas...»

Russie: la Banque centrale veut bannir les cryptomonnaies dans le pays

11:38 | AFP

L'institution a publié un rapport jeudi proposant l'interdiction du «minage», concourant à la création des cryptoactifs.