Les pancartes électorales sont importantes à l'ère numérique, disent des experts

Publié le 17/09/2021 à 09:33

Les pancartes électorales sont importantes à l'ère numérique, disent des experts

Publié le 17/09/2021 à 09:33

Par La Presse Canadienne

Le professeur Duane Bratt a déclaré que les circonscriptions qui avaient le plus grand nombre de pancartes électorales avaient enregistré les taux de participation les plus élevés des partielles de 2014 et les fédérales de 2015. (Photo: La Presse Canadienne)

Ottawa — Les partis politiques posent des pancartes électorales dans les rues pour se côtoyer les uns avec les autres et créer une dynamique — même si un expert affirme qu’il existe peu de données prouvant que cette tactique a un impact sur les chances de gagner des partis.

L’utilisation de pancartes électorales en plastique et en papier montre à quel point les stratégies de campagne traditionnelles sont toujours importantes malgré la montée du numérique lors des dernières élections, a estimé Jonathan Malloy, un professeur à l’Université Carleton.

«Pour attirer l’attention des électeurs, vous devez souvent quitter le numérique. Vous devez utiliser des signes physiques, en papier ou en plastique. Vous avez besoin de choses tangibles et physiques», a-t-il déclaré.

«Mettre une pancarte dans la rue, sur la route est un moyen de s’assurer d’attirer l’attention des électeurs d’une manière différente des médias sociaux. Ils sont impossibles à éviter et ils sont très simples, bien sûr ils ont certainement le nom (du candidat) et du parti et une photo, pas grand-chose d’autre.»

Le contenu des pancartes indique sur quoi se concentre la campagne du candidat, qu’il s’agisse du candidat local, du chef du parti ou de la politique du parti, a mentionné M. Malloy.

«Les libéraux ont certainement une conception qui met l’accent sur le nom de M. Trudeau tout en haut, et c’est ce qu’ils ont fait au cours des trois dernières élections, ils ont mis l’accent sur le nom de Trudeau», a-t-il déclaré.

«Je n’ai pas vu une pancarte des conservateurs qui indique le nom d’Erin O’Toole. Il y en a peut-être cependant. De toute évidence, je devrais traverser le pays pour chercher partout.»

M. Malloy a indiqué qu’il n’y avait pas beaucoup de recherches à ce sujet, car l’étude de l’efficacité des pancartes pendant une campagne électorale nécessiterait la collecte de nombreuses données sur la quantité de pancartes utilisées lors d’une campagne et leur impact sur le résultat du vote.

«Les campagnes électorales sont très axées sur les données de nos jours, mais je ne suis pas sûr que les pancartes soient très axées sur les données, car il est difficile de vraiment lier scientifiquement le nombre de pancartes au nombre de votes, a-t-il déclaré. C’est peut-être un indicateur, mais il ne signifie pas nécessairement que vous pouvez prouver que les pancartes ont généré plus de votes».

«D’après ce que je peux dire, c’est assez anecdotique, plutôt que basé sur les données.»

Duane Bratt, professeur de sciences politiques à l’Université Mount Royal de Calgary, est l’un des rares chercheurs au Canada à avoir étudié la relation entre les pancartes politiques, le taux de participation et les résultats du scrutin.

M. Bratt et d’autres chercheurs ont compté toutes les pancartes de pelouse utilisées lors de trois élections partielles provinciales en Alberta en 2014 et dans la circonscription de Calgary-Centre lors des élections fédérales de 2015.

«Nous avons eu recours à un groupe d’étudiants bénévoles, et nous avons parcouru chaque circonscription et compté les panneaux au cours de la dernière semaine de la campagne, et avons montré qu’il y avait une corrélation entre le nombre de panneaux pour un parti et leur nombre global de votes», a déclaré le professeur Bratt.

Dans trois des quatre cas, l’ordre d’arrivée et le vainqueur ont été prédits avec précision. Dans le quatrième cas, les panneaux n’ont pas été un bon indicateur, mais c’est là où ils ont été les moins nombreux, a tempéré M. Bratt.

Il a aussi déclaré que les circonscriptions qui avaient le plus grand nombre de pancartes électorales avaient enregistré les taux de participation les plus élevés.

«Plus vous voyez de panneaux sur les pelouses, plus le taux de participation est élevé. Et si un parti mène (en nombre de) panneaux, il a plus de chances de remporter les élections», a-t-il déclaré.

«Les partis dépensent beaucoup d’argent et mettent beaucoup d’heures de bénévolat pour installer des pancartes. Alors, évidemment, les partis croient que les pancartes sont importantes.»

Un porte-parole du Parti vert a déclaré que le parti collecte des données sur le nombre de pancartes que ses candidats ont placées pendant la campagne, mais qu’un nombre précis ne sera disponible qu’après les élections.

John Chenery a déclaré que le parti fournit des modèles de pancartes que les candidats utilisent après avoir ajouté le nom et la photo du candidat.

«De nombreuses campagnes utilisent le design standard, mais d’autres créent leurs propres designs uniques», a-t-il déclaré.

Les libéraux, les conservateurs et le NPD n’ont pas répondu aux demandes de commentaires sur le rôle des pancartes dans leurs campagnes.

Il n’y a pas de règles dans la Loi électorale du Canada sur le contenu des pancartes électorales, mais tous les messages électoraux, y compris ceux sur les pancartes, doivent indiquer qui a autorisé le message.

«Les pancartes d’un candidat doivent être autorisées par l’agent officiel du candidat ou du parti politique, indique Élections Canada sur son site web. Si la publicité est faite par un tiers, elle doit inclure le nom, le numéro de téléphone et l’adresse municipale ou Internet du tiers.»

M. Malloy a déclaré que les considérations de coût et d’aspect pratique déterminent si les pancartes incluent des photos du candidat ou du chef du parti ou des deux.

Il a dit que les pancartes ont également tendance à être différentes à travers le pays.

«Au Québec, les pancartes sont complètement différentes du reste du Canada, a-t-il fait remarquer. Ce sont généralement des affiches plus grandes et de meilleure qualité et elles sont collées sur les lampadaires et autres et elles montrent presque toujours le chef du parti.»

Il a mentionné que le fait que le Parti vert utilise des pancartes électorales traditionnelles malgré l’effet environnemental montre à quel point il est important pour le parti et ses candidats de suivre les autres partis en installant des pancartes physiques dans les rues.

M. Chenery, du Parti vert, a affirmé que l’impact négatif des pancartes électorales sur l’environnement est une préoccupation pour le parti.

«Beaucoup de nos campagnes se donnent beaucoup de mal pour trouver des pancartes fabriquées à partir de plastique recyclable ou, dans certains cas, de matériaux solides en papier ou en carton», a-t-il déclaré.

«D’autres campagnes qui achètent du coroplast (des feuilles de plastique ondulé), fabriquent un faible nombre de pancartes spécifiques aux candidats et le reste (sont) des pancartes génériques qui peuvent être stockées et réutilisées lors d’élections futures», a-t-il ajouté.

Sur le même sujet

Élections Canada publie ses données sur la dernière élection fédérale

Ce sont 17 209 000 Canadiens qui ont exercé leur droit de vote lors de la 44e élection fédérale.

Résultat électoral: les Canadiens ne sont ni ravis ni en colère

Seulement 10% des répondants au sondage Léger se sont dits satisfaits et 12% se disent en colère du résultat électoral.

À la une

Bourse: Wall Street termine la semaine en forme, meilleure semaine depuis juin

Mis à jour le 15/10/2021 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en hausse avec le cours du pétrole brut.

À surveiller: Nuvei, Target et Air Canada

15/10/2021 | Catherine Charron

Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement.

Le bitcoin s'envole, le régulateur américain envisage d'ouvrir un peu plus le marché

15/10/2021 | AFP

Le gendarme boursier américain envisage d'autoriser des fonds indiciels (ETF) liés à la cryptomonnaie.